Mardi 14 septembre 2010 2 14 /09 /Sep /2010 09:40

 

 

 

 

    La pluie battait fort dans cette soirée d'été sur cette route isolée. La pluie était cependant chaude.Mes deux filles et moi étionsPam femme en cellule épuisées car on s'était perdue au cours de cette randonnée en montagne.Enfin j'aperçus les phares d'une voiture.Je me levais toute mouillée pour faire signe,mon tee shirt me collait et devait dessiner mes courbes et mes seins aux tétons dressés par la fraicheur, ma petite jupe me collait aux fesses.Le conducteur allait avoir une surprise de trouver en ce lieu trois femmes épuisées demandant du secours.

C'était en fait une camionnette conduite par une femme qui s'arrêtât aussitôt en nous voyant.

Nous ne devions pas être trop belles à voir toutes les trois avec cette pluie qui nous avait surpris et mouillées nos vêtements légers.

 

                                                                           I/ LA RENCONTRE

 

La blonde très jolie sortit aussitôt pour ouvrir les portes du véhicule.Je remarquais dans son dégagement gracieux de son siége ses jambes superbement galbées ,elle portait des hauts talons vernis noirs avec un tailleur noir trés strict mais chic dont la jupe droite courte mettait ses courbes en valeur.

"Venez ,dit-elle,j'habite avec des copines dans un château à quelques kilomètres"

Je ne demandais pas mon compte et acceptais trop heureuse de trouver de quoi nous abriter et nous changer.


Je ne savais pas que cela allait changer notre vie à moi et mes deux filles de nous retrouver prisonniéres pour les vingt années suivantes dans ce chateau.

 

Nous allions connaitre toutes les tortures réservées aux femmes.Je ne savais pas que la résistance physique d'une femme permettait de supporter les pires sévices surtout sexuels inventés par les hommes pour satifaire leurs bas instincts.


LA VENTE AUX MARCHE AUX ESCLAVES BLANCHES

 

Depuis aprés notre dressage nous avons été vendues comme esclaves depuis quelques années, moi et mes filles, dans un marché aux esclaves blanches en arabie à un maître.

pamela esclve 01Notre nouveau maitre est trés exigeant.Nous sommes continuellement enchainées jour et nuit sauf en quelques circonstances définies par notre maitre.

Les lévres de nos clitoris ont grossi ainsi que nos seins qui ont augmenté de volume pendant notre captivité à la suite de tous nos supplices et sévices sexuels.

Nous faisons toutes maintenant du 90 C.

J'étais si pudique avec mes filles avant notre captivité.

Maintenant nous n'avons plus de pudeur à la suite des traitements qui nous étaient infligés nues.

Je connais toute l'intimité de mes filles et elles aussi.Elles m'ont sucée,nettoyée ma cyprine qui coulait entre mes cuisses pendant les supplices.

Elles savent me déclencher avec mon clitoris turgescent des orgasmes foudroyants qui me raidissent le corps pour le plus grand plaisir de notre maitre.

0010aNos bras sont déformés par les monogants que nous avons portés de longues années,coudes serrés dans le dos et mains liées ensemble avec collier de soumission et souvent un baillon boule pour étouffer nos cris.

pamela-sclave-02-copie-1.jpg

 

Les corsets portés depuis des années nous ont affiné nos tailles et effacé nos ventres.

Mais au prix de douleurs infernales.Mes filles et moi nous nous tordions sur le sol de notre cellule à chaque resserrage.

 

Aucun répit ne nous a été accordé la premiére année jusqu'à ce que Pamela juge nos tailles, nos seins et nos fesses à son goût.

 

Je doit dire que le résultat a été atteint et nous étions devenues trois belles salopes. aux seins généreux et saillants avec une taille fine et des fesses rebondies.


Mon maitre aime m'attacher par les bras, spécialement retournés dans le dos, pour que je ressente comme il dit ma condition d'esclave.Je suis souvent ainsi attachée dans l'une des piéces de la vaste demeure lorsqu'il sort en ville.

C'est infernal les attentes de son retour.Je n'ai jamais pu me libérer de cette position.

Tous les jours il empale l'une d'entre nous dans la salle des tortures.Un gode de taille importante est fiché dans le sol et nous devons le satisfaire en nous mettant au dessus.Il le régle ensuite pour s'enfoncer dans nos vagins d'une vingtaine de centimétres, excluant toute possibilité de s'en dégager en levant les jambes ou s'appuyeant sur nos pauvres  bras rendus déja douloureux par cette position.Nous n'en avons jamais eu le courage.

Perchées sur nos hauts talons nous tournoyons de souffrance autour de ce pieu enfoncé dans notre corps, les bras retournés dans le dos la jounée en attendant la délivrance.

Nous ne devions surtout pas fléchir les jambes car en baissant le bassin le gode s'enfonce plus profondément  touchant le fond délicat de nos vagins.Cela déclenchait des douleurs infernales dans nos ventres.

S'il jugeait en plus que nous avions désobéi, la torture était augmentait en nous mettant un collier  à notre cou relié par chaine au sol pour nous tirer le corps paralléle au sol .Nous sortions brisées de ce supplice qui nous courbait le dos,tirait nos bras tendus vers l'arriére sans espoir de s'en dégager, tout en faisant des efforts inhumains pour éviter de s'empaler plus profondément par la fatigue imposée.La tension dans les jambes que nous devions maintenir bien droites perchées de plus sur nos hauts talons entrainait des tremblements incontrolés des muscles.

Nous hurlons de souffrance en suppliant  d'arrêter le supplice mais il attend comme Pamela souvent trés longtemps avant de nous détacher par sadisme.

pamela-torture.jpg

pamela-torture1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il aime m'avoir dans le salon à sa vue et me regarder me tordre devant lui pour son plaisir dans des tenues sexy et fétichiste.

 

Quant à mes filles il les attachent souvent ensemble et elles doivent s'exciter jusqu'à lorgasme en se frottant les clitoris.

Cela dure le temps pour notre maitre de jouir en nous regardant moi  de raler de douleur dans les épaules et mes filles de se convulser dans des orgasmes à répétition.

 

80450613_p.gif  

 

 

 

  79112184_p.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre vente au marché aux esclaves a rapporté une belle somme d'argent à Pamela car beaucoup voulait m'avoir avec mes filles


Il faut dire que Pamela m'avait exposée en corset serre-taille avec string, bas, soutien gorge seins nus ,hauts talons vernis noirs et baillonée écartelée par les bras à la poutre du portique.


Ma premiére fille se tordait écartelée nue pendue au bout de ses chaines,un collier lui rejetait la tête en arriére la forçant à mieux dévoiler ses seins et son sexe aux acheteurs.

 

 

 

pam-5.jpgpam-6.jpg

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon autre fille était exposée comme les autres esclaves,en serre taille, comme moi, mais sexe nu avec armbinder.

Le raffinement constituait à offrir la vue du vagin aux acheteurs par "le pont d'amour" constitué de pinces aux grandes lévres maintenuesécartées par un bois trés ffexible.Pendue par ses cheveux elle tournoyait en vain sur elle même cambrée sur ses hauts talons pour essayer d'échapper aux douleurs de la position ainsi qu'à la tension sur les mamelons exercés par les poids.

 

InfernalRestraints - 2010-11-05 - Ingenue - 314, Pd, Sister   InfernalRestraints---2010-11-05---Ingenue---314--P-copie-1.jpg                                                                            

        Le "pont d'amour"diabolique ouvrant les grandes lévres pour découvrir les petites lévres et l'entrée vaginale chez l'esclave pour les acheteurs ainsi que le clitoris et l'uretre.                                                                       

 

 

 

 

   

 

Le spectacle de nos corps ainsi exposés pendant toute une journée excita beaucoup les acheteurs et les enchéres le soir montérent trés hauts à la satisfaction de Pamela.

  

 

 

 

 

                                                                                               II  LE CHATEAU

   

L'arrivée au château fut rapide.C'était un style médieval assez austére avec encore son pont levis et ses murs défensifs.

Un coup de klaxon fit s'ouvrir la lourde porte et le pont s'abaissa dans un bruit de chaines.Deux blondes,ce qu'il me sembla apparurent aussi glamour que notre conductrice.Je me demandais ce qu'elles faisait toutes là.Mais j'étais trop fatiguée  pour y répondre.Nous entrames dans la grande cour dominé par une tour qui devait etre le donjon.je me souviens avoir vu comme dans les images du moyen age des estrades,avec des portiques,des poteaux et piloris avec des chaines pendantes;j'en frissonnais.Mais Pamela notre conductrice nous rassura en disant que cela faisait parti du décor...Nous nous dirigeâmes dans une petite salle à manger et l'une des blondes nous servit une grande assiétte de soupe qui était la bienvenue .

 

Pamela nous dit qu'elle nous mènera vers nos chambres après notre repas.

 

                                                                                     III  LE REVEIL

Après je ne me souviens plus de rien mais je me réveillais avec mes deux filles dans une cellule attachées toutes les trois nues.

Dans le couloir des bruits de hauts talons,de chaînes et des cris parfois résonnaient sous les voûtes.

        Pam pendue en cellule 01                                                          Pam-esclave-attachee-au-sol-02.jpg

                                       

Ma cadette,Isabelle,attachée,baillonnée et engodée             Mon ainée,Ursula, mains liées dans le dos.                                                                                                                       

Pam-exposee-en-cellule-02.jpg

                  Pam-exposee-en-cellule.jpg

                               

Moi,Florence,offerte attachée avec mon buttplug

 

J'étais offerte cuisses écartées,attachée par des cordes à une petite croix ,les bras tirés en haut et mains attachées au dessus de ma tête,bâillon boule dans la bouche et cuisses maintenues relevées par des cordes fixées aux genoux et aux chevilles aux extremités de la poutre horizontale de la croix.On m'avait mis un buttplug de bonne taille qui m'écartelait mon anus et appuyait sur mon utérus.

 

Isabelle était en face de moi, attachée de façon sadique,elle pouvait se trémousser et ramper sur le sol mais restait prisonnière de ses liens.Un bâillon lui interdisait de parler et je s'aperçut avec horreur pendant qu'elle se tordait d'impuissance au sol,qu'elle avait aussi deux godes ,un dans le vagin et l'autre dans l'anus, maintenus en place par des cordes passées à la taille .


 Ursula était elle pendue à coté de sa soeur, les poignets attachés dans le dos et reliés à une chaine fixée au plafond.Elle était perchée sur un billot de bois qui l'obligeait à rester immobile sinon elle se retrouvait pendue douloureusement par les bras retournés dans le dos.Elle avait un bandeau sur les yeux.


"Maman pitié j'ai mal,délivre moi,je t'en supplie.C'est horrible je suis nue sans défense"me disait Ursula

Je ne pouvais lui répondre que par des sons inaudibles.Je pensais que nous devions être prisonnières d'un sadique certainement et que nous ne pouvions qu'attendre ce qu'il nous réservait.

Moi qui était trés pudique comme mes deux filles j'étais affolée de notre condition.

Dans un angle obscur de la cellule j'entendis un gémissement.

Je m'aperçus de la présence d'une femme dans une cage.Elle était recroquevillée,enchaînée aux pieds et aux mains.

 

Pam-cage-a-femme.jpg

"Oh ma pauvre vous êtes dans un château maudit.Cela fait 10 ans que je suis retenue ici avec 7 autres femmes.On est prisonnière de 4 transsexuelles qui se livrent sur nous à des sévices régulièrement et nous traitent comme des esclaves sexuelles.Mon corps est devenu d'une sensibilité extrême.Je ne savais pas que mes seins ou mon sexe me feraient réagir comme cela,c'est infernal d'être une femme ici.

  Je vous plains car la première année est très dure.Vous allez être nue ou en sous vêtements uniquement et hauts talons pour vous déplacer.Vous devrez constamment exposer vos corps avec des contraintes diaboliques.Vous les découvrirez suffisamment tôt.Vous êtes belles toutes les trois,elles vont s'occuper de vous mes pauvres.

Les cris que vous entendez sont ceux de la jeune Constance peut-être de jouissance ou de douleur.Elles la punissent depuis plusiers jours pour désobéiance."

Je ne pus répondre que par un grognement,affolée à ce qu'elle me disait;mes deux filles pleuraient en se tordant dans leurs liens.

 

                                                                          IV  LA VISITE DE PAMELA

 

La clé grinça dans la serrure et Pamela entra.Elle était vêtue d'un soutien gorge bandeau léopard qui lui faisait saillir ses beaux seins,d'une gaine ouverte assortie noir et léopard avec string noir,8 jarretelles tendaient des bas noirs couture.Elle marchait avec grace sur des escarpins à hauts talons noirs vernis qui lui faisait flotter ses longs cheveux blonds.Elle portait un fouet roulé dans la main droite et tenait en laisse de la main gauche un beau berger allemand.

"Alors mes belles vous avez passé une bonne nuit.Vous êtes maintenant mes prisonnières.J'ai toujours rêvé d'avoir une mère et ses filles.On va pouvoir faire des expériences....."dit-elle avec un sourire narquois.

J'en frissonnais et mes filles commencèrent à pleurer et supplier tandis que le chien allait de l'une à l'autre en humant nos parties génitales.

"On va déjà voir qui est la plus résistante"

Elle déplia le fouet et l'abattit avec force sur Ursula qui surprise poussa un hurlement atroce.Jamais ma fille n'avait hurler de douleur de cette façon.Je me tordais d'impuissance dans mes liens cherchant à me protéger sans résultat car mon cri fut étouffé par le baillon dans lequel j'enfonçais mes dents .Isabelle se tortillait sur le sol pour s'échapper mais le fouet lui zébra le ventre et la douleur la fit se raidir dans ses liens et elle roula sur le sol pour se calmer,ses cris étouffés par le bâillon.

"C'est bien,dit Pamela,vous criez bien,je vais vous dresser.Mais j'ai un petit problème de place dans les cachots.Une femme doit mourir,eh oui,ce sera toi Florence qui la choisira au cours du repas.Vous assisterez toutes à sa longue agonie.La dernière a mis prés de deux mois pour mourir dans des souffrances extrêmes.Je vous laisse avec Rex qui adore les femmes.Vous allez le faire bander,c'est un bon "amant" vous verrez quand il vous possédera.Vos orgasmes seront sans pareil....."

Pamela repartit avec grâce en balançant son bassin de façon languissante.Je pleurais avec mes filles impuissante et affolée de ce qui allait se passer.

Le chien tourna dans la cellule puis s'intéressa plus à moi qui était cuisses ouvertes.Il commençait à bander en me léchant le sexe.Il mordillait mon clitoris pour le faire se raidir et se gonfler.Sa queue devenait semblable à celle d'un homme.

Une fois que j'étais excitée,ma chatte bien mouillée de cyprine,il se dressa et mis ses pattes avant sur mes épaules,je sentais son souffle et bientôt sa queue à l'entrée de mon vagin.Il commença son va et vient..Mon dieu ,me dis-je,ce n'est pas possible.

Je gémis dans mon bâillon quand il s'enfonça d'un coup.Il était tellement excité que nous étions soudés par ses boules qui avaient gonflées dans mon vagin et empechaient de sortir.Je fus submergée d'un orgasme incontrôlable.

Je sentis des giclés de sperme pendant que je jouissais en continu ainsi offerte et attachée.Je perdis connaissance devant l'intensité des orgasmes.

Pamela revint au bout d'un temps infini pour me séparer de Rex.Il y eut un bruit de succion et aussitot un mélange de sperme et de cyprine s'écoula de mon sexe ouvert.J'étais épuisée.

"C'est bien,dit Pamela,il t'adore,il en tremble encore sur ses pattes"

Puis elle nous détacha en prenant la précaution de nous entraver les mains dans le dos et les pieds par des chaines reliées entre elles.Nous ne pouvions faire que des petits pas avec mes filles.Nous mettions en final les escarpins à hauts talons apportés par Pamela.

"Je vais vous faire visiter votre nouvelle demeure" nous dit-elle en riant.

 

                                                                          V  VISITE DES CELLULES

 

Elle nous fixa un collier métallique autour du cou et nous tira comme des chiennes toutes les trois hors de la cellule dans le couloir du château.

 Une quinzaine de porte s'ouvraient sur ce couloir.Des gémissements et parfois de longs cris résonnaient sous les voutes.

"Elles s'éveillent,dit pamela,elles attendent....."

Elle ouvrit une porte et on eut un mouvement de recul.

Pam-ecartelee-01a.jpg

Une  jeune femme nue était écartelée entre des poteaux devant sa cage,un baillon lui remplissait la bouche déformée.

Son corps était superbe,zébré cependant sur le ventre et haut des cuisses de traces de coups de fouet.

Elle essaya en vain de parler,des larmes de douleur coulaient sur ses joues.

"Douce nuit,n'est ce pas, Catherine"dit Pamela à la suppliciée qui l'implorait du regard de la détacher.

"Tu sauras comme cela qu'il faut m'obeir,courage encore deux nuits de punition.Tu vas avoir ton petit déjeuner avec ta maitresse"en lui montrant le seau dans lequel la pauvre avait uriné pendant la nuit."C'est bon pour le teint hah hah hah......."

La jeune femme remua la tête les yeux appeurés.

"Venez ,laissons Catherine au dressage de sa maitresse.Je vais vous montrer Sylvie qui est à la traite"

Nous n'avons pas sur le moment compris mais dans la salle suivante l'expression a pris tout son sens.

   

Enchainée sur une chaise une femme d'environ 40 ans était  nue.Des suceurs étaient prêts à être fixés sur les mamelons gonflés de ses seins opulents pour lui soutirer du lait.

"Je n'en peux plus Pamela,arrete la machine je t'en supplie,je ferai tout ce que tu voudras"

Pamela nous expliqua qu'elle voulait avoir toujours dans ses esclaves une femme qui allaitait aprés avoir donné naissance à un enfant dans une salle d'accouchement trés spéciale.

Les femmes accouchait dans la douleur pendant des heures attachées à la table,les cuisses relevées et écartées.

Aprés l'accouchement les montées de lait étaient activées par la succion des appareils.L'esclave désignée était bien nourrie pour obtenir pendant deux ans du lait maternel.Elle restait cependant toujours enchainée mais avec moins de tortures que les autres.

"Pamela haaaaaaaaaaaaaah"hurla Sylvie .

Pam torture sur chaise souffrance extreme

Pam-torture-sur-chaise-souffrance-extreme01.jpg

                                   

Elle fut prise de convulsions devant nous,un gode enfoncé dans le vagin lui délivrait des décharges élestriques;chaque impulsion  automatique et aléatoire lui déclenchait ces réactions.Un orgasme incroyable lui secouait le corps mais la femme immobilisée hurlait sa jouissance et sa souffrance en même temps.

Pamela nous montra son clitoris turgescent.

Chaque allaitement était précédé ainsi par ses scéances de jouissance qui permettait de receuillir la cyprine intime pour être mélangée au lait féminin donné aux maitresses à leur déjeuner.

Nous partimes mais je ne pouvais m'empêcher de regarder cette femme attachée su cette chaise spéciale se tordre en hurlant dans des convulsions infernales lui donnant ce clitoris gonflé rouge vif et excité à l'extreme;la cyprine jaillissait  maintenant par sacccades à chaque orgasme devenu incontrolable.

"Je vais vous montrer le mur des souffrances et le présentoir à femme dans la salle suivante"dit Pamela

Elle nous indiqua une construction en bois constituée de deux poteaux hauts de 2 métres munis de rails dans lesquelles coulissaient  d'épais madriers munis pour certains de tous plus ou moins gros.Ils étaient espacés d'environ 2 métres.

 

Pam-mur-a-femme-01.jpg

Pam-presentoir-a-femme-04a.jpg

                                     

"J'aime cette invention"dit Pamela"On peux immobiliser un corps en passant dans les trous des parties du corps féminin.Les petits trous sont pour les poignets, les bras ou les chevilles ,le moyen pour le cou et le gros pour la taille.

"Tenez on améne Ursula qui est punie ,vous allez voir"

Ursula arriva, tenue en laisse par une maitresse, chaussée de mules à hauts talons et en nuisette noire laissant voir sa nudité et des formes superbes.

Pamela souleva les panneaux centraux.Ursula se courba et les panneaux se refermérent sur sa taille.Elle avait moitié du corps d'un coté et moitié de l'autre.Pamela souleva des panneaux supérieursen lui ramenant les bras en arriére pour les emprisonner aux niveau des coudes.Pamela termina en lui mettant  un masque à laniére équipé d'un anneau qui arondissait la bouche de la malheureuse.Elle relia ce masque à une corde qui passait sur un anneau du plafond et pour redescendre se fixer à un crochet qu'elle enfonça dans l'anus offert .En tendant la corde elle lui redressait la tête et en même temps elle cambrait ses fesses et ses seins involontairement.

La vue était excitante d'Ursula maintenue sans défense dans ce mur des souffrances.Je mouillais involontairement

La maitresse était revenue avec un fouet.Elle se plaça derriére et lui appliqua une cinglée de 5 coups qui lui marquérent de rouge ses globes fessiers bien cambrés.Ursula hurla longuement sans pratiquement pouvoir bouger si ce n'est ses mains qui se contractaient sous l'effet de la douleur.

"Partons ,dit Pamela, laissons la,sa journée sera longue.Vous entendrez ses cris aujourd'hui.Je me demande qui des filles ou de la mére sera la plus résistante,je suis impatiente de vous y voir,hah hah"

Dans un bruit de chaines nous sortimes angoissées de cette vue en nous demandant comment nous réagirons sous la douleur.

Insex---810-Pregnant6.jpg Dans la cellule voisine se trouvait Monique.La jeune femme enceinte était couchée sur le sol,nue dans des cordes qui lui maintenaient le haut du corps les bras retournés en arriére offrant sa poitrine opulente et son ventre rond à ses maitresses. annoncant une naissance prochaine.

Elle sera destinée aprés la naissance de prendre le relai de Laeticia pour donner son lait maternel à son tour.Ses seins étaient bien gonflés et laissaient supposer qu'elle produirait de bonnne quantité de lait.

 

  Les tortures de Laeticia étaient d'une cruauté extreme.Son lait était  soutiré plusieurs fois par jour dans des conditions Insex---Lactating---Slave-Girl-Tied-Up-Milked8.jpg

Insex - Lactating - Slave Girl Tied Up Milked

                       

trés dures.

Mais Pamela nous tira toutes les trois dans notre cellule pour la préparation de la journée.

"Vous allez être mises au régime pour effacer ces petits ventre.J'ai une bonne recette avec le port de corset qui vous redonnerront une taille de guêpe...."

Pam toilette de soumiseUne maitresse arriva pour la toilette avec une chaise particuliére.Elle me mis d'abord un baillon en forme d'anneau dans la bouche pour la maintenir grande ouverte.

Puis elle serra la base de chaque sein avec une cordelette .Elle fit plusieurs tours pour me les faire saillir trés durs.Puis elle me fit mettre assise en écartant les cuisses pour les fixer dans des supports qu'elle referma et me fixa les chevilles aux montants.Elle fit de même avec le cou les avants bras et les poignets ramenés dans le dos.Elle tira sur les cotés mes seins pour finir ,j'en pouvais plus je hurlais de douleur.J'étais totalement offerte nue sans défense pour la douche.

Mes filles subirent le même sort .

       

Pamela aimait les blondes aux gros seins.J'allais le savoir à mes dépens ,torturée devant mes filles ou les autres esclaves.Les pendaisons et les écartelements souvent nue était ses prélidections.

Je me suis apperçue qu'Il faut peu de choses pour immobiliser une femme,des barres aux pieds et aux mains ,une poulie sous une poutre et vous étes sans défence,soumise au fouet ou masturbée.

blonde-gros-seins-ecartelee-01.jpg 20111014-121307.JPG

                                     

                                                                             VI  LES REPAS

 

Les repas étaient pris dans la grande salle du chateau.Une table épaisse en chêne tronait au milieu avec au pourtour 10  chaises trés spéciales constituées d'un poteau d'environ1.50 m comme dossier et de deux tubes carrés écartés à angle droit avec des pietements reposant au sol.Divers anneaux étaient soudés et fixés sur les tubes et le poteau avec des sangles prêtes à fixer des corps.Le poteau disposait d'un large collier métallique qui pouvait se serrer à volonté autour du cou d'une suppliciée à l'aide d'une vis munie d'un volant.

A chaque extremité se trouvait de plus un crucifix d'un coté et une croix de saint andré mobile autour de l'autre qui attendaient leurs suppliciées.

Nous avons été effrayées mes filles et moi par cette salle lugubre,je mouillais de peur.On allait effectivement la connaitre à nos dépens au cours de ces longues années

Chaque soir était choisie une femme pour être mise en croix.

Le rituel était le même impitoyable:une fois désignée on devait se présenter nue en hauts talons parfaitement épilée,baillonnée pour le petit déjeuner du jour suivant.L'une de maitresse nous mettait alors une épaisse cagoule en latex munie de juste deux petits trous pour respirer.Nous n'avions plus aucun contact avec l'extérieur.Pamela nous poussait sur la place de notre supplice.

100.jpg 09

                             

La fille précédente était d'abord descendue de la croix,en général évanouie de douleur.Les maitresses nous mettaient des bracelets de cuirs aux poignets et aux chevilles et nous fixaient sur la croix.Nos pieds reposaient parfois sur des petits reposoirs pour nous permettre un appui précaire qui augmentait l'horreur de notre supplice.

Des sangles aux guenoux,à la taille,aux épaules et à la taille achevaient de maintenir notre corps pour que malgré l'épuisement nous restions bien en place.Cette position durait toute une journée et une nuit, souvent réveillée par les coups de fouet qui nous zébraient les hanches ou le ventre.Au bout d'une journée nous étions épuisées et l'évanouissement était notre salut pour quelques instants.J'ai cru mourir à chaque fois,impuissante,souffrant le martyr sans pouvoir crier ou supplier du à l'étouffement progressif lié à l'étirement des bras.

 

                                                                            V LE CHOIX

 

Une semaine aprés notre arrivée Pamela nous annonça lors d'un repas que l'une des filles devait nous céder sa cellule.

Elle précisa que j'allais tirer au sort laquelle serait choisie et mise à mort au cours de longues séances de supplices.

J'étais terrifiée et glacée de la situation; les autres filles suppliérent Pamela de ne pas réaliser ce projet.

Mais rien n'y fit.Pamela amena une boite avec tous les noms et me fit signe de tirer un nom.Je me mis à pleurer et à refuser.Pamela alla vers ma fille Isabelle qui était immobilisée sur sa chaise et commença à serrer le collier de son cou.

Elle me regarda effrayée essaya de crier mais le serrage était déja assez fort et aucun son ne sortit de sa gorge.Je devais choisir si je ne voulais pas assister à l'étranglement de ma fille.

Finalement je pris un nom dans la boite et je désignais Agnés pour ce supplice à mort, une belle brune aux longs cheveux.

Bien qu'attachée sur son siége comme nous toutes sa réaction fut violente suppliant Pamela de l'épargner.

Sur un signe les maitresses vinrent la prendre lui enlever son soutien gorge et son string mais lui laissérent ses bas jarretiére et ses escarpins à hauts talons qui lui cambraient magnifiquement ses reins.

Elle fut attachée par les poignets au dessus de sa tête à une chaine pendante du plafond pour la nuit.

arton308-copie-1.jpg Pamela lui mis un baillon boule pour étouffer ses cris et ses pleurs ainsi que des pinces avec des poids aux seins pour la préparer aux prochains supplices des semaines à venir.

Nous regardions toutes fascinées Agnés se balançer nue en tournant sur elle même  au bout de ses chaines cherchant un appui précaire perchée sur ses escarpins, la peur au ventre pour nous toutes d'etre à sa place la prochaine fois.

Agnés ,elle, savait qu'elle ne regagnerait jamais plus sa cellule,la période de ses souffrances allait commencer en nudité intégrale comme l'exigeait Pamela.

Son souhait est que Pamela lui abrége les souffrances lors de sa crucifiction.

Pamela prit un fouet et commença une flagellation de ses cuisses et remonta vers son sexe,ses fesses, son ventre et termina par les seins.De fines striures qui perlaient de sang apparaissaient sur la peau d'Agnés;ses cris étaient étouffés par le baillon mais au vu de ses réactions violentes la douleur devait être intense.

Au bout d'une vingtaine de coups de fouet Pamela l'abandonna toute pantelante,ses jambes ne la supportaient plus,seuls ses poignets la tenaient debout.

.Elle allait rester ainsi toute la nuit.

Je repartais toute frisonnante dans ma nouvelle cellule abandonnée par Agnés avec mes filles.Nous quittames la salle avec la vision d'Agnés tête rejetée en arriére,salivant abondamment ,les jambes pliées sous elle,sans force,son corps strié des traces laissées par les laniéres du fouet..

Son calvaire ne faisait que commencer et se terminerait avec sa mort plus ou moins rapide selon sa résistance à la douleur des supplices que lui préparait Pamela.

Les autre filles me dirent dans l'aprés midi que cela pouvait durer des semaines comme pour les autres suppliciées qui demandaient à la fin de les faire mourir rapidement, ne supportant plus les souffrances.

C'était horrible à voir et entendre car Pamela nous obligeait lors des repas à manger en assistant aux supplices de la condamnée sur l'estrade en bout de salle. .

 Agnés a été clouée vivante devant nous dans la salle des repas sur la croix et elle est morte aprés une semaine de souffrances extremes et une agonie lente sans que ses suppliques pour la tuer ne soient exhausées.Les autres esclaves souhaitaient sa mort rapide car le chateau résonnait de ses cris par moments inhumains.

J'étais chargé avec mes filles de donner à manger et à boire à Agnés pour lui prolonger le supplice.

Pamela par sadisme pour faire durer ses souffrances avait installé sur le poteau un reposoir incliné sur lequel les pieds ensemble étaient cloués.Mais un autre reposoir supportait deux godes de belles dimensions sur lequel Agnés s'asseyait par épuisement, s'empalant à la fois le vagin et l'anus.

Ces dispositifs diaboliques lui évitait l'étouffement trop vite.Ainsi elle tirait sur ses bras et se repoussait avec les pieds pour respirer provoquant une sortie de 10 cm des godes puis la douleur insupportable provoquée par les clous enfoncés dans ses poignets et ses pieds iradiait son corps pris de tremblement et elle retombait en s'empalant de nouveau sur les godes.

Ce va et vient provoquait réguliérement des orgasmes de douleurs et de plaisir sadomasochiste  à Agnés.Mais les jours passant Agnés avait de moins en moins de force s'étouffant progressivement.Du fait de ses repas elle urinait réguliérement de sa croix ainsi que des selles difficile à sortir du fait du gode dans l'anus augmentant ses douleurs dans le ventre.Elle les soulageait en tirant sur ses bras au début pour faire sortir les matiéres fécales car le gode avait une forme conique.A la fin elle gémissait continuellement ponctué de hurlements atroces.

Elle s'est affaissée une nuit  au bout de 10 jours de souffrance et est morte au petit matin quand je lui apportais le petit déjeuner.Je me souviendrais toujours de son regard tandis qu'elle essayait de me dire des paroles en se soulevant une derniére fois mais les forces l'ont abandonnée et elle s'est retrouvée la tête sur le coté ,bouche grande ouverte,ses longs cheveux blonds couvrant un de ses seins,le corps en avant retenue par ses bras retournés cloués en arriére sur la poutre au dessus d'elle.

 

 

                                                                VI LE SOUS SOL INTERDIT 

  

  PonyGirl_11.jpg336417.jpg

.

     

      


                     

Le chateau possédait une annexe réservée à Pamela et aux maitresses pour pratiquer des supplices sexuels raffinés de cruauté sur les prisonniéres soit par simple motif de désobéissance ou par pur sadisme.

 

Les femmes en parlaient à demi mots en frissonnant à cette idée tant elles avaient souffert et en même temps joui dans les cachots et les salles de torture.

Tous les instruments de l'Inquisition y étaient représenéts: les croix, les piloris, les bancs d'étirement, les chevalets, les portiques, les roues, les poteaux et bien d'autres accessoires.   arton984.jpg

Toutes nous allions à l'annexe à un moment ou un autre selon les humeurs de Pamela pour des temps plus on moins longs.Parfois certaines y sont restées plusieurs années.

Le raffinement des supplices faisaient frissonner toutes les femmes tant elles souffraient tout en jouissant à l'extreme dans des jeux trés pervers.

J'y suis restée un an la premiére fois  et deux ans la seconde fois toujours avec mes deux filles car Pamela voulait savoir qui résistait le mieux aux tortures ou qui jouissait le mieux.

Mainenant nous ne pouvons plus faire l'amour normalement.J'ai besoin d'être entravée et mieux d'être torturée avant.

 fem4.jpgNous avons été écartelées entre des poteaux, pendues par les poignets et les pieds jusqu'à l'évanouissement.

Le pire était la pendaison par les pieds.Pamela aimait manger avec une de ses esclaves ainsi torturée.

Pour ne pas nous voir et étouffer nos cris elle pouvait nous mettre une cagoule fermée.

Elle jouisssait du spectacle des corps nues de ses esclaves se tordant par les pieds.

Parfois nos mains étaient enchainées et reliées à un anneau au sol pour nous empêcher de nous servir de nos bras et de détacher la cagoule.

14m.jpgParfois nos bras étaient ramanés dans le dos les poignets tirés vers la nuque,des cordes serraient nos bras et faisaient saillir nos seins.

Notre corps était ainsi mieux mis à sa disposition et son "dessert" consistait à nous masturber et provoquer des orgasmes qui nous convulsaient.

  

L'essentiel du temps dans l'annexe nous étions simplement en hauts talons et bas jarretiéres,parfois en corset sans soutien gorge ni string mais toujours nues pour les supplices .

 

 

 cruci2-copie-1.jpg Les crucifictions étaient longues et douloureuses.A l'exception des condamnées à mort,nous n'étions pas clouées vivantes sur la croix.

Des sangles en cuir reliées par des chaines nous maintenaient sur la croix.

Nous pouvions prendre appui sur les chaines des pieds pour nous soulever et soulager la tension dans les bras, facilitant la respiration.

Ces contortions de nos corps nus excitaient beaucoup nos maitresses qui se masturbaient en nous regardant

    Le supplice était accompagné souvent d'une flagellation de notre corps surtout les seins ,le ventre et le sexe.J'ai uriné d'excitation sur la croix suite à ces douleurs devant mes maitresses ce qui a provoqué des punitions supplémentaires. 

J'ai hurlé, comme mes filles qu'elles me forçaient à regarder, de douleur de ces brulures qui s'ajoutaient à celles de la crucifiction.

Indépendamment de notre volonté dans ces contortions on présentait nos seins en saillie comme notre ventre en écartant nos cuisses dans nos efforts désespérés pour respirer.

Ces séances duraient  de longues heures.Pamela voulait connaitre notre résistance à la douleur.

Personnellement j'ai résisté deux jours avant de m'évanouir tremblante de tous mes membres tétanisés; mes filles à peine une bonne journée.

J'ai jamais vu pendant mon esclavage au chateau aucune femme pouvoir s'échapper de ce supplice.On devait l'endurer selon le bon vouloir de Pamela ou des autres maitresses.

Descendue de la croix je ne pouvais pas marcher pendant plus d'une journée du fait des muscles endoloris

 

Crucifiction+++++,pendaison écartelée et flagellation deCrucifiction------pendaison-ecartelee-et-flagell-copie-1.jpg

                                                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pamela aimait nous supplicier toutes les trois.Elle m'écartelait entre mes filles pendues par les pieds.Lors de ma flagellation en me contractant de douleur je tirais sur les corps de mes fillesce qui les faisait se balancer et acroitre leur douleur ainsi que les miennes quand le balencement des corps me distendaient encore plus.

Rope-Bondage---Hogtied---Preview07.jpg  Rope-Bondage---Hogtied---Preview01.jpg

                                                                              

 

                                                                                       VII NOS TORTURES

 

Nous étions toutes attachées pendant notre séjour parfois dans des conditions trés dures et humiliantes.

Pamela inventait des supplices diaboliques surtout avec mes filles.

 

La table de soumission.

Elle nous mettait en catsuit de résille noire avec des balletboot .Nous avions les jambes largement écartelées bien attachées par des cordes à la table .Pour durcir la punition elle nous attachait les coudes ensemble dans le dos avec les mains tirées vers le haut forçant la suppliciée à se courber.Par sadisme elle nous mettait un baillon boule pour étouffer nos cris et par humiliation finale elle nous maintenait la tête fixée par une corde à la table rendant impossible à la suppliciée de se soulager les bras ou les jambes.

Beaucoup de suppliciées s'évanouissaient de douleur sans un mot.

Descendue de la table nous étaions emmenées dans notre cellule incapable pendant une journée de se tenir debout car les articulations étaient endolories à l'extreme.

Je ne sais comment j'ai pu supporter ces supplices pendant toutes ces longues années ainsi que mes filles dont l'adolescence et leurs jeunes vies de femme ont été cruellement marquées pour toujours par ces supplices sexuels.

 

Houseofgord New Room 237 (House Of Gord, Brought By Nice-BoHouseofgord-New-Room-237--House-Of-Gord--Brought-B-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pamela aimait nous travailler toujours toutes les trois ensemble.

Elle nous laissait de longues heures ainsi attachées en position hogtied ,mors dans la bouche ,têtes relevées et enchainées au mur dans l'attente de nos supllices.

 

                                                                                  VII LA PESEE

 

Le moment de la semaine que nous toutes angoissions étaient la pesée des soumises.

Dés le dimanche soir nous nous préparions car Pamela exigeait que nous soyons les plus séduisantes et sexy possible.Bain,coiffure,manucure épilation et maquillage nous occupaient longuement.

 

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIATION-SLUT0.jpgNous devions nous présenter nue devant Pamela,simplement perchée sur des hauts talons.Les autres maitresses nous menottaient les mains dans le dos avec des chaines aux pieds  pour sortir de nos cellules.Dans une grande salle une dizaine de chaines pendaient des voutes avec des larges colliers de cuir qui nous étaient mis trés tendus autour de nos cous.L'efficacité était terrible car nous étions toutes cambrées sur nos hauts talons pour ne pas s'étrangler. Pamela nous passaient en revue en nous palpant les seins,passant sa main entre nos cuisses pour voir l'état de notre sexe.

 

Le pire était réservé aux poney girl de Pamela qui se trouvaient dans une aile spéciale du chateau.Quand nous arrivions les jeunes débutantes étaient déja présentes sur le sol sévérement corsetées avec cagoules, baillons,sangles de cuir aux chevilles et guenoux, armbinder qui leur ramenait les bras serrés aux coudes dans le dos et balletboots.On ne connaissait pas le visage de ces femmes aux corps superbes qui gémissaient faiblement et réguliérement de douleur.Elles se tordaient en roulant sur le sol  tout en raidissant vainement leurs jambes dus à des décharges électriques aléatoires de godes certainement enfoncés dans leurs orificesInfernalrestraints---Claire-Adams---Bound-thing-022---16.12.jpg

 

Au milieu de la piéce pendait du plafond une "balance" constituée d'un crochet attaché à un ressort.

Pamela avait eu cette idée diabolique et humiliante de nous peser comme des bêtes pendue par les pieds.

Pamela prenait son temps,souvent prés de une demi heure pour le plaisir de nous voir nous tordre au bout de ce crochet et pour nous vérifier sous tous les angles,les seins palpés, les lévres du sexe écartées,le clitoris excité pour une belle saillie rouge.

Si le poids était stable nous recevions 10 coups de laniére de cuir qui nous laissaient des traces rouges plusieurs jours sur les cuisses, le ventre et les seins.Nous hurlions toutes de douleur. On se raidissait et se tordait, excitant encore plus nos maitresses.

Le pire était réservé pour celle d'entre nous qui avait grossi.D'abord elle recevait 25 coups de laniére de cuir qui la laissaient souvent inanimée aprés avoir hurlée sa douleur à l'extreme dans des contortions désespérées pour échapper à la morsure du fouet.Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-2.jpg

Ensuite dépendue elle était emmenée ainsi nue le corps zébré de sillons rouges pour la pose des fers aux poignets,aux mains et au cou.

Pamela lui mettait un corset qu'elle serrait avec délice laissant la suppliciée le souffle court.

La taille ainsi étrangléE,elle lui faisait porter des hauts talons pour améliorer sa cambrure.

Reconduite dans sa cellule la chaine du cou était ensuite fixée à un anneau scellé au mur ne laissant que 2 à 3 métres de liberté pour le coucher.

 

 

 

 

 

 

Le régime ensuite était ignoble ,je l'ai subit plusieurs fois pendant ma longue captivité.J' étais nourrie au sperme de Pamela et des maitresses qui venaient à tour de role dans la cellule.

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-1.jpgJe devais les recevoir à guenoux et les masturber aves ma seule bouche,mes mains toujours enchainées dans mon dos, pour receuillir le sperme qui était ma seule nourriture.

J'arrivais au bout de plusieurs jours à attendre cette "nourriture" avec impatience tant j'avais faim.

Je masturbais bien mes geoliers car je devais tout receuillir.Avec l'expérience je sentais la montée du sperme dans leurs "clitoris"qui se raidissaient dans ma bouche.Le sang battant les verges, là je titilais rapidement l'extrémité du gland pour l'explosion finale.Trés vite j'engouffrais le clitoris en l'aspirant pour avaler les jets de sperme tout chaud.

Ma boisson était constituée de ma propre urine et de celles des autres soumises qui venaient à tour de role me satisfaire.

Je collais ma bouche à leurs sexes et elles m'envoyaient par giclées successives leurs précieux breuvages.

Souvent par sadisme ils ajoutaient à l'horreur de me pendre par les pieds avec mes chaines afin de les sucer la tête en bas.

C'était trés difficile d'avaler ainsi le sperme et je restais souillée  autour de la bouche et sur le corps jusqu'à la toilette de lendemain.

Les périodes des régles ajoutaient à l'horreur de la situation car je n'avais pas droit à des protections.

Infernalrestraints [09-01-16] Kali Kane - HUMILIAT-copie-3Pour éviter d'avoir des traces de sang dans la cellule, la journée un baillon ignoble en metal fixé au mur était enfoncé dans ma bouche m'obligeant à rester collée au mur de la cellule mains et pieds enchainés.

Les geoliers pouvaient m'attacher l'une des jambes latéralement pour mieux me pénétrer si l'envie leur en prenait....ou voir mon sang s'écouler.

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-4.jpg

 

La nuit les geoliers m' enchainaient les pieds et les mains dans le dos dans un lit en forme de bac métallique afin de laisser le sang s'écouler.

 

La tête était prise dans un collier rigide interdisant tout mouvement.Il était réglable soit au niveau du lit la nuit, soit pour" l'alimentation" le matin à 80 cm de haut pour sucer le "clitoris" de Pamela ou des autres en guise de petit déjeuner.

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-5.jpg

 

 

 

Le régime était terrible.Les femmes perdaient vite des kilos. Car le sperme n'apportait pas beaucoup de calories.Avec cela les souffrances réguliéres et le port du corset trés serré pour éviter d'avoir faim contribuaient à la perte rapide de poids attendue.

Pamela savait déclencher mes orgasmes rapidement comme pour mes filles .Cuisses écartelées une masturbation de mon clitoris m'amenait à l'orgasme que je ne pouvais controler.

J'étais prise de convultions tout le temps de l'excitation de mon clitoris qui pouvait durer trés longtemps au gout de Pamela.Elle me laissait inconsciente dans mes chaines aprés sa satisfaction de m'avoir entendue hurler et vue me tordre de jouissance devant elle.

Je restais haletante de longues heures avec des soubresauts périodiques de mon corps ainsi excité, la cyprine de mon sexe palpitant s'écoulant le long de mes cuisses.

 

                                                                                          LES PONEY GIRL

Dans le batiment des écuries se trouvaient les poney girl de Pamela et des autres maitresses.

Elles étaient choises parmi les plus belles filles de la région enlevées souvent  dés leurs plus jeunes ages, vers 18/20 ans.

Une dizaine de filles étaient logées dans ces écuries constituées de boxes juxtaposés constitués de grilles qui ne permettaient ancune intimité.

Pamela m'y a entrainée un jour.

J'ai été réveillée de bonne heure pour être préparée pour cette visite.

Aprés mon bain,maquillée et coiffée, Pamela m'apporta bas noirs ,porte jarretelles 12 jarretelles trés fétichiste et vernis noirs hauts talons à brides.J'étais surprise de ne pas avoir de soutien gorge et de string.Pamela m'a répondu que là où j'allais je n'en avais pas besoin. Mon sexe était lisse bien épilée depuis la veille, les gosses lévres bien gonflées et les petites lévres rosées et huilées comme pour les sorties.Mes seins étaient percés par deux anneaux soudés au niveau des mamelons bruns et saillants.

Puis je fus enchainée par des bracelets et chaines chromés,ceinture ajustée à la taille d'où partait deux courtes chaines pour les bracelets des poignets pour m'empêcher de toucher mon sexe ou mes seins,collier avec attache pour laisse et bracelets des chevilles reliés par une courte chaine entre eux.

Ainsi attachée et les attaches verrouillées je ne pouvais pas me sauver.

J'essayais de suivre le mieux possible Pamela qui m'avait mise une laisse mais la chaine des pieds assez courte m'empêchait de faire des grands pas.

Je marchais comme une esclave tête baissée et voyais mes seins se balancer à chaque pas.L'air frais du matin me faisait frissonner.

Je n'allais pas oublier la visite que j'allais faire ce jour là

Pamela m'expliqua en chemin que toutes les filles dont certaines étaient là depuis plus de vingt ans vivaient pratiquement nues. Elles portaient des hauts talons et suivant les cas pouvaient avoir droit à des bas et strings.Les soutien gorges étaient interdits.

Les plus anciennes avaient droit à être habillée en certaines circonstances.

Le régime était strict: nudité intégrale pendant plusieurs années et port de chaines la journée.

La nuit les femmes étaient attachées dans des positions offrant à la vue de leurs gardiennes leur sexe.

Entrainement physique chaque jour à tirer une maitresse dans un sulky à une ou plusieurs toujours en hauts talons ou cuissades.

Pamela poussa une lourde grille du mur d'enceinte et on pris une allée qui menait aux batiment des écuries.Je frissonnait en voyant des rangées de poteaux équipés d'anneaux et de croix qui étaient certainement destinés aux filles pour les punitions ou les soirées de bondage offertes à des initiés qui venaient admirer les corps de femmes se tordant de souffrance dans des supplices décidés par Pamela.

Des manéges étaient installés composés d'un poteau vertical central sur lequel était fixé un long tube d'où pendait une chaine avec un collier. Les filles, mains liées dans le dos, font de l'exercice en tournant en cercle.

On entra dans le batiment de forme circulaire.La vue me fit mouiller à l'entre jambe.

Au centre se trouvait une salle digne de l'inquisition avec chaines pendant du plafond, chevalet , croix ,...

Une dizaine d'alcoves en pierre donnaient par des grilles sur cet espace central dans lesquelles je devinais maintenant dans la pénombre des formes de femmes nues enchainées.

Certaines étaient attachées à des poteaux,d'autres étaient au sol en hogtied reliées par un collier à un anneau scellé au sol, écartelées sur une croix de saint andré ou à guenoux dans une position ignoble.

Hardtied-----2011-07-06--Hailey-Young-torturee-au-copie-1.jpg

Hardtied----Blonde-torturee-poteau-et-sol-Jenny-mod.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Certaines avaient  un bandeau sur les yeux pour la nuit et/ou un baillon boule dans la bouche qui les faisaient abondamment saliver. Des femmes pendaient inertes au bout de leurs chaines.

Pamela m'expliqua qu'elles venaient de passer la nuit ainsi et attendaient leur réveil.

Catherine avait été attachée au poteau hier soir et savait qu'elle allait etre flagellée ce matin pour désobeissance les maitresses lui ayant relevées les jambes pour atteidre plus facilement son sexe et la masturber.

Clara, une belle blonde, était restée à guenoux pour la nuit en ballet boots avec un harnais de torse en cordes les cuisses maintenues au sol à méditer car elle avait perdu à la course de sulky hier.Elle est secouée de tremblements car elle a un oeuf vibrant dans le vagin qui la fais jouir réguliérement oute la nuit. Par sadisme elle est obligée de rester droite car sinon ses mamelons attachés par leurs anneaux au poteau sont torturer en étirement si elle redresse la tête. Cette aprés midi elle sera épuisée mais trés docile dit Pamela

"Je vais te montrer une séance de dresssage et de tortures des poney girl,dit Pamela."

Sur ordre l'une des maitresses alla chercher Diane,esclave au chateau depuis plus de dix ans.

J'entendis une lourde porte grincer puis des bruits de chaines et des cris. Diane suppliait de ne pas la torturer à nouveau.

Je vis arriver une superbe femme aux jambes fuselées en escarpins vernis à hauts talons,enchainées aux pieds et les mains ramenées et tirées trés haut dans le dos attachées à une courte chaine descendant d'un lourd collier métallique.Elle avait été enlevée à vingt ans en allant à une discothéque une nuit il y a prés de vingt ans.Depuis elle avait connu la captivité des femmes du chateau. Elle avait été rendue addict au sexe par des séances de bondage sexuels dans lesquels des orgasmes forcés l'avaient rendue folles.Pour ne pas se masturber les maitresses ui attachent toujours les mains dans le dos jour et nuit pour controler sa sexualité.Les périodes d'abstinance étaient mal vécues et suppliait les gardiennes de la soulager même au prix de tortures sur les appareils de l'inquisition.

Une jeune fille en lingerie, Emilie, la suivait en pleurant. Elle était en fait sa propre fille née en captivité.Elle avait connu toujours sa mère pratiquement nue et dés son plus jeune age avait participé aux traitements de soumission des femmes de l'écurie et surtout de sa mère.

Diane l'avait allaitée pendant plusieurs années contribuant à lui faire une superbe poitrine bien dressée.Maintenant Emilie participait aux supplices de sa mère et savait la faire jouir sans retenue.Diane se cabrait dans ses liens mais Emilie savait comme aucune autre dégager le clitoris de sa gaine pour le faire grossir avec sa langue et ses petits doigts. Les jouissances de Diane était intense et sans limite de cette façon.

Emilie prenait plaisir maintenant à faire se contracter sa mère attachée à un poteau sans défense et la faire hurler de plaisir et de souffrance comme les maitresses lui avaient enseignée.

 

pamela-Hardtied-----2011-07-06--Hailey-Young-torturee-au-s.jpg

 

Diane était complétement suspendue au poteau,les pieds ramenés avec les mains à l'arriére.

Elle offrit ainsi sa poitrine et son sexe à sa propre fille sur les ordres des lmaitresses.

Ses hurlements étaient étouffés par le baillon boule.Mais les soubresauts de son corps et les contractions des muscles de ses cuisses maintenues écartées traduisaient sa souffrance entre des orgasmes fulgurants qui la laissaient plusieurs minutes sans réactions avant que l'excitation et la douleur la réveille pour un nouvel orgasme qui n'en finissait pas.

Les orgasmes forcés étaient pratiqués constamment dans cette partie du chateau rendant les femmes folles de sexe au bout de quelques semaines, surtout pour les jeunes nouvelles. 

 

 

 

 

 

 

 

  Un groupe de quatre femmes parées d'un gode dans l'anus avec une queue de cheval,de hauts talons et bas noirs était avancé dans l'allée.Les maitresses leur mirent un harnais de tête avec mors dans la bouche qui les faisait baver.

Un gant de cuir pour finir leur emprisonna leurs bras dans le dos fixé par des lanières croisées sur la poitrine pour leur mettre en valeur leurs seins percés d'anneaux. Les cordons du gant furent serrés de façon à faire se toucher les coudes.Deux courroies complétèrent l'immobilisation des bras et les poignets des femmes qui poussèrent un gémissement de douleur étouffé par le mors quand les courroies se fermèrent.

Dans l'attente les femmes furent poussées sous une poutre d'où pendaient quatre chaines avec de larges colliers.Les maitresses les attachérent très serrés à leurs cous pour les forcer à rester bien droites sur leurs hauts talons. Pamela me dit qu'elles resteraient ainsi plusieurs heures avant d’être attelées.

 

Mais Pamela voulait me montrer particuliérement deux suppliciées qui m'attendaient.

La salle ressemblait aux autres, on y entrait par une lourde porte qui grinca de façon sinistre.La vue des deux femmes torturées me glaca le sang.J'en mouillait mon string de façon importante de peur et d'excitation aussi.

Une lourde roue équipée de chaines et bracelets de cuir épais pendants était fixée sur le mur,effrayante, articulée en son moyeu destinée à écarteler et retourner les corps.

Dans deux cages métalliques on pouvait voir les corps de femmes nues en attente de leurs supplices.Deux autres soumises nues arriverent à leur tour derriére nous pour servir d'aide.

Pamela m'expliqua que ce mois ci c'était au tour de l'une des deux soeurs d'etre soumises au fouet, comme toutes les pensionnaires de l'écurie.

La particularité était que l'une d'elle serait le bourreau de l'autre par un tirage au sort. Celle désignée devait appliquer de façon sévére le fouet sur sa soeur sous peine d'etre envoyée au cachot pendant 1 mois.

L'ainée gémissait dans sa cage étroite recroquevillée depuis la veille au soir. Elle avait une barre passée passée derriére ses bras dans le dos,ses poignets enchainés aux chevilles la laissaient reposer sur ses guenoux douloureusement. Elle leva douloureusement la tête et regarda Pamela, ses yeux la suppliant d'arreter son supplice. L'effort avait été trop grand et sa tête retomba sur le fond de la cage,salivant sans un mot dans son baillon boule.

cage-a-soumise.jpg

Sa soeur cadette était simplement enchainée les bras attachés dans le dos aux coudes et les poignets reliés aux chevilles, ce qui lui permettait de se reposer sur le coté dans sa cage.

Pamela ordonna de sortir la soeur ainée de sa cage et de la lui présenter.

Les deux soumises aussitot ouvrirent la cage, la sortirent et la préparérent pour une présentation à Pamela.

Elles lui laissérent la barre de maintien des bras dans le dos aprés lui avoir resserer les liens et lui tirerent la tete en arriéere en attachant ses longs cheveux à la barre dans l'attente du choix.

La position de soumise à guenoux sans défence était exemplaire et j'en mouillait mon entrejambe.

Elles sortirent l'autre soeur et elles attendirent ainsi attachées le tirage au sort décidée par Pamela.

 

pam-presentation-esclave-03-mod.jpg

 

Le tirage au sort désigna la soeur ainée pour subir le fouet. Elle fondit en larmes à la sentence,tandis que sa soeur cadette était détachée.

Les deux soumises la prirent ,lui otérent les cordes qui l'emprisonnaient sur la barre et la porterent vers la croix de saint andré. Elle n'avait plus de force déja.

Les bracelets de cuir lui emprisonnérent rapidement les chevilles, les guenoux,les coudes et les poignets.Un autre lui fut passé à la taille pour mieux etre plaquée sur la croix.

Son supplice allait pouvoir commencer sous les yeux de Pamela qui allait compter les 30 coups de fouet qu'elle devait subir,

 

  pamela-roue-mod.jpg

 

 

 

 

 

 

  15 coups de fouet sur le dos et 15 coups de fouet sur le devant, les plus terribles pour terminer car elle allait offrir ses seins et son sexe.

Pendant ce temps la cadette fut détachée. Elle eut du mal à se redresser tant la cage pendant la nuit l'avait laissée sans force. Mais elle se remis sur pieds et alla nue chercher le fouet pour flageller sa soeur.

Les coups de fouet furent sévérement appliqués par sa soeur car elles savaient que si elles ne pratiquaient pas le supplice correctement elles étaient mises aux fers dans le chateau dans des fosses horribles.

La soeur ainée hurla longtemps aprés la fin du supplice tellement le fouet lui avait mordu la chair du dos, ses parties intimes et ses seins surtout ses mamelons saignants.

 

 

 

 

 

  Pamela satisfaite laissa les gardes s'occuper des suppliciées.Les soeurs étaient au chateau depuis de longues années et n'avaient plus la force de s'en échapper. Elles avaient vu les tortures infligées aux filles qui avaient essayé. Elles étaient mortes aprés des mois de souffrances devant toutes les femmes à titre d'exemple.

 

Puis on se diriga dans une galerie du chateau appelée le présentoir des femmes.

L'humiliation des femmes esclaves étaient à son paroxisme.Trois appareils constitués d'un U renversé en gros tubes métalliques étaient alignés et  semblaient anodins à voir. On supposait avec les chaines fixés au sol et les courroies de cuir qu'elles servaient à attacher les corps.

Pamela appela une gardienne pour qu'elle m'y attache.Je compris vite l'horreur de la position simple mais efficace. Je fus mise de dos sur le U et mon buste rejeté en arriére avec les jambes pendantes.Les gardiennes attachérent rapidement mes poignets tirés écartelés , de même pour les jambes.J'avais la tête pendante incapable de voir mon sexe. Mais pour mieux immobiliser une chaine fut fixée à mon collier pour me tenir la tête rejeté en arriére

J'étais incapble de voir le supplicece qul'on me préparait .J'avais les cuisses complétement ouvertes et les seins offerts.

Le premier coup de fouet sur mon ventre me fis hurler sans pouvoir bouger..Les autres coups atteignirrent mes lévres et mon clitoris..La douleur devint horrible quand mes seins furent zébrés d'un dernier coup de fouet qui me laissa pentelante.

Toute à mon supplice je ne vis pas dans la pénombre devant moi un corps supplicié d'une transexuelle trés belle. Elle était écartelée pendante nue au bout de ses chaines ,ses longs cheveux blonds couvraient son visage, elle gémissait faiblement Je voyais son sexe d'homme bien gonflé avec ses seins de toute beauté.. Le spectacle m'excitat et involontairement je mouillais malgré mes souffrances dues au fouet.

Pamela dit de me laisser là la matinée.Je pus au bout d'une heure parler avec Isabelle ,prénom de cette transexuelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A suivre

Par pamela - Publié dans : soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Décembre 2016
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus