Jeudi 2 juin 4 02 /06 /Juin 16:43

La crucifixion moderne de femmes

D'abord, il y a la flagellation.

 

        Le poteau de flagellation, haut de 160 cm, est au milieu de la salle . Des chaises sont en périhérie pour les spectateurs qui choisissaent la vue de la suppliciée. Des anneaux de fer,l'un placé à l'avant d'où pend une chaine avec un crochet anal terminé par une boule de 3 cm de diametre et l'autre à l'arriére d'où pend deux chaines terminées par destorturée pal 034 bracelets métalliques larges en inox sécurisés par des vis inviolables équipe ce poteau complété par une barre en inox de gros diamétre traversante à 0.80cm du sol. Des anneaux sont scellés au sol à l'avant écartés de 2.00m environ.

L'ensemble est engoissant à voir pour les suppliciées car elle pouvait s'imaginer  ainsi attachée sans défenses, présentée au fouet.

 

       Aujourd'hui le spectacle sera de choix dans la salle de torture du chateau car trois femmes sont livrées au bourreau par leurs maitres. Une mére et sa fille ainsi qu'une jeune étudiante.

         Le tribunal les a condamnées il y a 3 mois à la crucifiction lente pour la mére et sa fille, 2 superbes femmes, et à la crucifiction normale pour la jeune l'étudiante

            A la lecture des sanctions les 3 femmes ont hurlé de terreur en suppliant leurs maitres de les épargner.Mais en vain ,leurs maitres restérent inflexibles.Elles étaient sadomachosistes mais ne pensaient pas arriver à ce stade de cruauté sadique. Elles savaient qu'elles allaient mourir sans secours car personne ne connaissaient leur présence dans ce chateau maudit. 

          Dans l'attente de leurs supplices,à une date qu'elles ne connaissaient pas pour faire croitre leur angoisse, elles durent s'occuper pendant des mois des invités du chateau en tenue sexy ce qui avait l'avantage d'exciter encore plus aujourd'hui les hommes présents qui avaient eu pour amante ces femmes condamnées à mort.

Le soir elles étaient de nouveau solidement enchainées dans leurs cellules.Les gardes ne se sont pas privés de profiter de ces belles femmes auxquelles ils imposaient des tenues de l'érotique à la femme bcbg.

               Aujourd'hui était fixé le jour de leurs supplices.

Pour agrémenter le spectacle les femmes avaient été réveillées de bonne heure pour etre préparées pour une sortie présumée avec les invités..Bien coiffée et maquillée elles avaient mis robes moulantes courtes , mini jupes et hauts décolletés. L'ensemble était complété de bas, string, soutien gorges push up et escarpins hauts talons avec des porte jarretelles et un corset trés serré pour la mére qui lui mettait les forme en valeur.

Elles furent surprises ainsi habillées de voir qu'on leur mettait des chaines aux pieds et aux mains ramenées dans le dos. Elles comprirent que c'était le jour de leurs supplices.Les deux jeunes femmes s'effondrérent en larmes en hurlant de terreur ne voulant pas mourir.

Les gardes comprirent que le spectacle offert aux invités serait pour les prochains jours de qualité.

            Un collier fut fixé au cou de chaque femme , une chaine mise dans l'anneau et les gardes tirerent les femmes dans les couloirs et les escaliers qui menaient à la salle des supplices pour la flagellation .

Quant à la crucifiction elle était prévue en plein air dans la cour du chateau plus tard

Les gardes amenerent en trainant les 3 femmes vers leurs supplices et les pousserent dans la salle déja remplie de spectateurs. certains maitres avaient à leurs pieds des soumises entravées qui allaient assister au spectacle et peut etre un jour aussi etre suppliciée.

La jeune étudiante était dirigée vers le poteau pour etre flagellée.Elle se débattit vigoureusement mais la jupe et le teeshirt furent enlevés rapidement pour etre en lingerie. Courbée en avant on la força à passer ses bras au dessus de la barre horizontale d'un petit portique, les bras furent ramenés à la verticale vers le bas et les poignets pris dans les menottes.Cela a eu pour effet de courber le corps de la malheureuse et de présenter sa croupe .On lui laissa les hauts talons et ses bas et les jambes furent écartées et les chaines furent fixées aux chevilles et reliées à la base des poteux du portique. Déja la pauvre ne pouvait plus se défendre .Pour completer et éviter qu'elle baisse son bassin le crochet annal lui fut enfoncé dans l'anus.Elle cria au passage de la boule qui lui écarta violamment l'anus qui ensuite avala l'objet dans un bruit de succion. La chaine du crochet fut tendue et attahée à un crochet du plafond.Les femmes dans cette position ne pouvaient plus bouger et enduraient leur supplices à la limite de leurs forces.Certains maitres souhaitaient que leurs soumises meurent dans les souffrances horribles de la flagellation, le corps et le sexe déchiquetés. 

Le spectacle du supplice de la crucifiction était prévu les jours prochains.Chaque femme devait mourir avant que la suivante prenne sa place. Exceptionnellement la mére assistera à la crucifiction de sa fille en hogtied sur une table.

Pour la journée de préparation la mére et la fille dans l'attente de leur flagellation seront attachées pour etre violées.La mére aux seins lourds et laiteux est mise en lingerie adossée à guenoux à un petit portique en forme de U renversé fait en poutres solides.La tête est prise dans un large collier métallique et se trouve au niveau du sexe des hommes .Les mains sont écartées latéralement et prises dans des bracelets métalliques.L'ensemble est d'une grande rigidité.Pour garantir la soumission de la mére les chevilles sont écartées et fixées au sol.La pauvre offre son sexe ouvert et sa bouche aux hommes.

La fille a un supplice plus raffiné. Elle est pendue par les jambes écartées, les mains liées dans le dos et fixées à la taille.Elle ne porte plus son soutien gorge et son string . Elle est relevée dans cette position pour permettre aux hommes de sucer son sexe et elle de sucer les membres .La mére et la fille sont en vis à vis et se voit ainsi dégradée sexuellement.Elles gémissent toutes les deux de la position douloureuse de cette immobilisation mais qui n'est rien par rapport à ce qu'elles vont subir dans les heures et jours qui viennent. Beaucoup de femmes sur la fin demandent qu'on les achéve pour arreter les souffrances qui deviennent insupportable sur la croix.   

 

 

 

La femme tremblante se deshabillait en pleurs suppliant de l'épargner.Les vêtements de la femme étaient arrachés du corps de la prisonnière, afin que celle-ci soit nue. Les licteurs romains étaient des professionnels. Ils limitaient leur travail à une flagellation subtile et brutale et ils pouvaient battre leur victime jusqu'à ce qu'il ne lui restât qu'une petite étincelle de vie.

 

Les poignets étaient fortement ligotés à l'anneau de fer. Ensuite, la victime était mise dans une posture tendue, le visage dirigé vers le sol, les pieds écartés tirés loin du poteau et fixés à des anneaux au sol.

Le fouet romain était tristement célèbre. C'était un fouet court composé de plusieurs minces chaînes en fer ayant à leur bout des petits poids.

On appelait la flagellation la "petite mort". Elle précédait la "grande mort" : la crucifixion.

 

Même la tension pendant l'attente du premier coup était cruelle. Tout le corps était raide. Les muscles se contractaient dans des crampes pleines de tourments. La couleur disparaissait des joues. Les lèvres étaient étroitement serrées contre les dents.

 

Quand le fouet tombait, les chaînes se déployaient sur tout le long du dos, chaque partie de la chaîne déchirait la peau et pénétrait profondément dans la chair. Les poids s´enfonçaient avec une force fracassante entre les côtes et s´enroulaient autour des seins en causant une véritable torture.

Sous l´effet de la flagellation, la douleur était inexprimable. La sueur perlait des sourcils et piquait les yeux. A chaque coup de fouet, le corps de la femme se tordait. Le second coup de fouet balayait le dos et la moitié de la poitrine d´une marque en forme de "V" constituée de petites entailles dans la peau.

Chaque coup de fouet arrachait un morceau de vie. Il ne restait que la douleur brûlante et aveuglante, lorsque le fouet cruel sifflait dans l'air encore et encore, balayant le dos et les épaules. Le fouet romain pouvait écorcher vif une femme. Les hurlements étaient horribles

 

La loi des Hébreux limitait le nombre de coups de fouet à 39. Chez les Romains, cette limite n'existait pas. Pour le licteur qui fouettait la femme avant la crucifixion, il n´y avait qu´une seule règle : la femme ne devait pas mourir. Une étincelle de vie devait toujours être conservée pour l'agonie sur la croix.

Des femmes se sont coupées la langue en deux en se mordant sous de tels coups.

Seul l'évanouissement béni pouvait soulager.

 

Mais le bourreau savait doser les souffrances et pour les belles femmes la flagellation était moins sévère pour offrir un corps crucifié peu marqué par ce fouet impitoyable. En contrepartie la mort sur la croix était très longue, une  semaine d’agonie pour offrir au public le corps nu d'une femme se tordant sur la croix. 

 

Le corps sans force de la femme pendant par les poignets était détaché du poteau. Les blessures étaient lavées avec de l'eau salée mais évidemment pas médicalement soignées.Cela avait pour effet de réveiller la femme évanouie.

 

Ensuite aprés un certain temps c'était la procession vers le lieu d'exécution vêtue d’une robe courte légère qui se tachait du sang des blessures du fouet..

 

Les hommes politiques de Rome aimaient toujours que les condamnées servent d'exemple. Le long chemin, parcouru lentement dans les rues animées, devait constituer un avertissement pour les autres, puisque Rome agissait toujours vite et sans pitié.

Habituellement, un centurion servait d'exécuteur ou carnifex servorum.

 

La robe de la prisonnière était enlevée sur le lieu d'execution pour être à nouveau présentée nue au public. Souvent déjà épuisée par les tortures infligés par la flagellation les soldats la soutenaient debout en lui ramenant les bras dans le dos pour présenter son corps. Le bourreau savait épargner les belles femmes pour qu’elles montrent leurs seins fermes, leurs ventres plats et leurs sexes épilés. Le public allait avoir le loisir, pour certaines durant la semaine, de les voir se tordre dans de grandes souffrances.

Ensuite quatre soldats l’étendaient au sol sur la croix en bois. Ils tenaient la prisonnière par les mains et les pieds car la douleur donnait des forces importantes aux crucifiées qui refusaient leur supplice. Mais le bourreau mettait rapidement le clou en fer de 12 cm de long à pointe fine au milieu de chaque poignet. Un coup adroit et expérimenté le fixait au bois. Quatre ou cinq autres coups enfonçaient le clou profondément dans la poutre brute, et, d´un autre coup, le clou était cintré vers le haut afin que la main ne puisse pas être déchirée et le corps rester en place pendant toute l’agonie sur la poutre malgré la tension du poids de la crucifiée.

La femme poussait des hurlements atroces. Son corps se cabrait avec la douleur. Elle se débattait en regardant horrifiée son bourreau pendant que les derniers coups de marteau achevaient d’enfoncer les clous dans ses poignets et la fixaient de façon inexorable sur son instrument de supplice

Sous le bassin était fixé un petit rebord qui ressemblait à la corne d'un rhinocéros terminée en forme de gode, et qui était connu sous le nom de "sédile". Ce rebord devait soulager les mains du poids de la condamnée. Mais s’enfonçant dans son vagin il provoquait aussi des excitations sexuelles involontaires malgré les douleurs. Le bourreau savait bien l’ajuster pour que la condamnée aille et vienne sur ce gode infernal sans s’en échapper. Le public aimait entendre les bruits de succion dans les parties intimes de la femme provoqués par ses mouvements pour échapper aux douleurs dans ses membres. Régulièrement la prisonnière poussait les cris rauques d’un orgasme qu’elle ne maitrisait pas avant de s’affaisser haletante en convulsions, les yeux révulsés, la bouche grande ouverte empalée sur ce gode diabolique qui la maintenait en vie durant une semaine de façon atroce. Les femmes demandaient d’être achevées plutôt que de souffrir et d’offrir leur jouissance mais le public aimait cela. Le bourreau donnait à boire régulièrement aux belles femmes pour que le public assiste pendant la semaine aux convulsions de la condamnée qui offrait de façon impudique ses parties intimes et sa poitrine gonflée par la douleur .

Ensuite, un clou était enfoncé dans chaque pied pour achever la crucifixion. La femme hurlait déjà sur sa croix au sol mais ses souffrances ne faisaient que commencer pour devenir insupportables dans le temps sans espoir d’en échapper si ce n’est que dans une  mort rapide.

Un  moment très douloureux lorsque la croix était redressée avec la prisonnière et tombait sèchement dans le trou. En général les blessures aux mains envoyaient des douleurs comme du feu dans les bras lorsque le corps se reposait enfin entièrement sur les clous des poignets. Les femmes hurlaient cabrées de longues minutes lorsqu’elles se retrouvaient dans cette position, certaines surtout les jeunes filles n’y résistaient pas et perdaient déjà connaissance.

L'évanouissement apportait un soulagement temporaire aux femmes dans cette longue marche vers la mort.

L'obscurité alternait avec la douleur et la douleur avec l'obscurité.

La douleur au dos, dans les bras, les mains, les pieds et au bassin était sourde, lancinante, horrible et sans fin. La douleur augmentait, se multipliait et s'accumulait. Il n'y avait aucun moment de repos.

La croix était positionnée de façon à ce que le soleil brille en plein dans les yeux de la prisonnière et dévoile son corps nu, ses seins et son sexe souvent rasé pour mieux voir les lèvres vaginales qui allaient s’humidifier et goutter pendant tout le supplice avec l’effet du gode qui provoquait des orgasmes à répétition.

En bas, les curieux attendaient, fascinés par la torture de la femme qui se dressait sur ses pieds cloués pour retomber empalée sur son gode hurlante de douleurs. Le spectacle macabre se déroulait lentement suivant la force des femmes souvent très résistantes. Certaines agonisaient ainsi environ 8 jours pour celles que le bourreau avait épargnées au fouet.

Puis, la soif commençait.

Les lèvres étaient sèches. La bouche était desséchée. Le sang était brûlant. La peau était fiévreuse. A ce moment-là, rien n'était plus nécessaire qu'une goutte d'eau froide.

L'eau était refusée.

Les soldats et le public buvaient sous les yeux de la crucifiée, seulement pour augmenter les douleurs psychologiques. Le soleil dardait ses rayons directement sur son visage. Une lueur crue entrait même par les paupières fermées. La langue enflait, la salive était comme de la laine froissée. Les mains et les pieds se mettaient à enfler. Le "sédile" pressait sur les parties génitales. Il était impossible de se tourner et de changer de position. Le tressaillement musculaire commençait.

Mais l'horreur débutait seulement.

Jusque-là, ce n´était qu´un jeu d´enfant.

Les muscles se contractaient les uns après les autres, ce qui provoquait de fortes crampes. Il n´y avait aucun moyen d´y échapper ou de les repousser, aucune main secourable pour masser et apaiser. Les crampes venaient jusqu'aux épaules et à la poitrine. Elles descendaient jusqu´à l´abdomen.

Après deux heures sur la croix, les muscles du corps n'étaient plus que des nœuds durs et l´agonie dépassait le seuil du supportable. Les femmes criaient jusqu'au stade de la folie. Leurs corps étaient secoués de tremblements incontrôlables pendant des heures ponctuées par les cris inhumains des crucifiées.

Les douleurs et les symptômes étaient les mêmes que pour le tétanos (état des muscles sous contraction permanente).

La  mort était plus cruelle et plus atroce que celle que provoque le tétanos - la contraction lente et continuelle de chaque muscle. La mort sur la croix prolongeait l'agonie le plus longtemps possible.

Chaque heure devenait une éternité.

De temps en temps, des crampes raidissaient la nuque et la tête s'appuyait alors sur le poteau vertical. Les femmes la bouche grande ouverte demandaient la mort, leurs corps n’en pouvaient plus.

Il y avait des mouches et des insectes, et le jappement des chiens qui sentaient le sang. Des oiseaux de proie traversaient le ciel, traçant leurs cercles toujours plus bas.

Les heures passant, les fines veines qui mènent aux nerfs se contractaient jusqu´à l´aplatissement, et le dysfonctionnement de la circulation du sang était la cause de raidissements aux effets paralysants.

Une nouvelle douleur attaquait celui qui était sur la croix : les muqueuses endolories.

Sur la croix, la souffrance n'avait pas de fin. Seules la manière et l'intensité des souffrances changeaient. Les cotes devenaient saillantes allongeant les seins, les ventres se creusaient par l’allongement des corps. Des jets d’urine jaillissaient de temps en temps des sexes torturés par la sédile.

Pour celles qui résistaient la nuit apportait la fraicheur mais pas la fin des souffrances qui devenaient infernales. Les râles des crucifiées résonnaient dans la nuit .Elles imploraient la mort qui ne voulait pas d’elles encore.

Les soldats avaient tendance à accélérer la mort pour celles résistantes au bout de quelques jours. Ils commençaient à casser les os. D'une échelle, un légionnaire frappait également d'un coup violent la hanche droite à l´aide d´un gourdin, et brisait la cuisse. Un deuxième coup encore plus violent, et la cuisse gauche était brisée.

Cela amenait de nouvelles souffrances inhumaines pour les crucifiées qui ne pouvaient plus se redresser sur leurs pieds.

La respiration devenait haletante et le regard lourd. La tête roulait sur le coté la bouche sèche grande ouverte présageant la fin prochaine.

Le corps de la femme ne réagissait plus, ses cuisses s’écartaient montrant un sexe en sang. Les bras étaient tendus à l’extrême, les seins étirés sur des cotes saillantes qui ne se soulevaient pratiquement plus avec un ventre très creusé par la position et la douleur.

La tête enfin basculait sur l’avant les yeux exorbités par la douleur et la bouche grande ouverte qu’elle n’arrivait plus à exprimer.

La crucifiée mourrait en silence.

 

 

 

Par pamela - Publié dans : tortures
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 11 juillet 5 11 /07 /Juil 15:06

torturée palCela fait huit mois que je dispose d'une soumise désirant etre traitée en femme ,esclave domestique et sexuelle.

Je dois dire que ses progrés sont importants et ses habitudes ont changées ainsi que sa résistance.

J'ai un donjon aménagé pour les punitions et au sous sol une cellule barreaudée avec des chaines qui lui est résevée.

Repérée sur un site où elle voulait s'abandonner en esclavage je contactais le travesti trés fin et féminine comme je voulais.

Aprés quelques discussions je la rencontrais et étais séduit par sa recherche et moi de disposer à volonté d'une esclave travestie.

Elle arriva enfin un jour avec ses bagages et ses tenues féminines.

Elle signa un contrat de soumission ,esclavage et féminisation totale.

Aussitot je lui demandais de se débarrasser de ses habits masculins qu'elle brula sur le terrain.Elle était femme maintenant et à ma disposition.  

Sa féminisation et son esclavage pouvait commencer.

La premiére semaine elle fit connaissance du donjon et de ses appareils de torture puis de sa cellule.

Attachée nue au début constamment jour et nuit elle subit des tourments douloureux et de multiples orgasmes forcés qui la laissérent épuisée et trés obéissante.

Pendant 2 mois elle fut torturée sexuellement .J'aimais l'avoir en face de moi la nuit dans ma chambre écartelée sur sa croix une piéce de bois entre les cuisses pour la maintenir doulourement en place les jambes pendantes .son sexe dressé d'excitation je la masturbais réguliérement pour la voir cracher son sperme épais et raler de plaisir cabrée sur soa piéce de bois.En général elle retombait sans connaissance à la longue pendant plusieurs heures retenue par ses bras solidement fixés par des bracelets métalliques et des chaines à la poutre horizontale.

 

 

 

 

 

 

 

A suivre

Par pamela - Publié dans : soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 5 juillet 6 05 /07 /Juil 13:53

La condamnée est amenée sur les lieux de son supplice dans une cage métallique posée sur une charrette tirés par un cheval..

Elle était captive depuis plusieurs mois dans le harem. Son statut de princesse l'avait alors épargné d 'etre égorgée avec sa famille.Le sultan l'avait longement torturée pour connaitre la cachette de sa mére et sa soeur ainée..

Elle avait révélé celle ci dans l'espoir vain d'arreter ses souffrances devenues insupportables.

 

Le sultan l'a obligé à assister aux tortures de sa mére et de sa soeur, impuissante,enchainée au mur de la salle des supplices du chateau, puis de leur mise à mort,comme elle aujoud'hui, empalées nues en public.

Sa mére était morte aprés 3 jours et sa soeur plus résistante en 4 jours dans des souffrances inhumaines.

Elle espérait mourir rapidement mais le bourreau était particulierement sadique pour que ses victimes restent en vie le plus longtemps possible.

 

Le sultan a réservé pour son peuple cette semaine de festivités aprés sa victoire en livrant une centaine de femmes captives et certaines de son harem  pour ces jeux mortels.

 

La place des jeux était entourée de poteaux, croix et pal sur lesquels des femmes nues plus jolies les unes que les autres se tordaient agonisantes aprés le spectacle de leurs tortures sur l'estrade.

 

Sur celle ci portique pour écarteler, croix de saint andré et poteau pour torturer au fouet les femmes dans l'attente de prendre la suite des suppliciées qui mourraient sur ces intruments.

Le public avide assistait à ce spectacle horrible.

 

Des cages metalliques se succedaient sur la place contenant chacune une ou deux de femmes à supplicier et repartait avec les cadavres des femmes mortes sous la torture.

A son arrivée elle voit au travers des barreaux de la cage ces instruments de supplice sur lesqels se tordent les femmes en hurlant de douleur.

 

La jeune princesse frisonna de peur ses mains enchainées crispées sur les barreaux de sa cage.

Ses bourreaux l'avaient préparée pour aujourd'hui en l'habillant de façon sexy et superbement maquillée et coiffée avec ses longs cheveux noirs.Elle n'avait pas été torturée depuis un mois pour avoir un corps légérement bronzé sans traces. 

Ses jambes tremblaient sur ses hauts talons.Elle avait déja uriné de peur et mouillé  son string; son humidité coulait en perles sur ses bas tendus par son porte jarretelle.Elle sentait ses seins dressés dans son soutien gorge, les mamelons déja sensibles.Sa jupe courte mettait ses jambes longes en valeur et un haut en tulle transparent moulait son buste .On devinait la beauté de ses seins.

 

Sa confidente, une superbe grande brune,crucifiée la veille, venait enfin de mourir aprés avoir hurler toute la nuit.Sa tete cachée par ses longs cheveux avait roulé sur le coté.Sa bouche grande ouverte trahissait sa lente agonie de suffocation.Elle pendait par ses bras cloués sur la poutre, ses cotes saillantes mettaient encore plus en valeur ses seins lourds étirés, son ventre s'était creusé au cours du supplice.Ses jambes qui ne la supportaient plus s'étaient écartées au niveau des cuisses du fait des pieds cloués ensemble.Son sexe imberbe apparaissait avec des grandes lévres charnues et de longues petites lévres trés luisantes car elle venait d'uriner depuis peu de temps.

Les gardes mirent à terre la croix pour déclouer la suppliciée.Ils passerent devant la cage de la princesse en pleurs de voir le corps nu de celle qui avait si longtemps partagée sa vie et etre jetée comme une chienne sur un chariot au milieu d'autres femmes mortes. Elle savait que cela allait lui etre aussi réservé bientot.

 

La femme torturée en attente sur l'estrade fut détachée de ses chaines et emmenée par les gardes au milieu de ses hurlements sur la terrible croix à terre couverte de sang.Ils durent de mettre à quatre pour lui maintenir les jambes et les bras.Le bourreau arriva avec les longs clous et sans ménagement à coups de marteau cloua les poignets de la suppliciée.Ses hurlements atteignirent son paroxisme au second clou et un des garde du mettre ses guenous sur son ventre pour la maintenir en place sur la croix tellement elle se débattait. Le clou sur les deux pieds rassemblés fit perdre connaissance à la femme déja longement torturée.Les gardes estimérent qu'elle ne supporterait pas longtemps encore ce nouveau supplice et qu'elle mourrait pour la fin de la journée

.

torturée pal 034 Le sultan avait réservé un sort spécial à la princesse.Il voulait que le peuple voit comment jouissait cette femme superbe habituée à faire l'amour depuis son plus jeune age.

Aussi sur l'estrade le bourreau prépara en conséquence ses appareils diaboliques.

D'abord le poteau fut équipé d'un support en forme de cale destiné pour les pieds des crucifiées mais qui allait servir d'appui à la poitrine.Deux barres furent engagées dans les trous ,la barre inférieure pour le creux des coudes et la barre supérieure pour l'appui des mains.Des anneaux furent fixés au sol suffisament écartés entre eux et du poteau avec aussi des bracelets métalliques pour des chevilles.Un anneau métallique large destiné au cou fut fixé à l'avant du poteau et deux bracelets métalliques visiblement pour des poignets à l'arriére du poteau.

 

La princesse voyait ces préparatifs depuis sa cage redoutant que cela lui fut réservé Elle allait bientot connaitre leur usage diabolique pour le plaisir du peuple venu assister à l'execution.

 

Le bourreau descendit de l'estrade et se dirigea vers la cage de la princesse qui instintivement se réfugia dans un angle. La porte ouverte il la saisit sans ménagement par ses chaines des mains et la tira hors de la cage pour l'emmener sur l'estrade.

 

Il la présenta au public, la fit tourner pour admirer sa plastique.Puis il baissa sa mini jupe la faisant crier de surprise.Elle apparu en porte jarretelle noir et bas couture noir. Le public murmura de voir ses jambes gainées de nylon et l'effet érotique de ce porte jarretelle ,string et bas noirs perchée sur des hauts talons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  A suivre

Par pamela - Publié dans : tortures
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 22 septembre 7 22 /09 /Sep 16:56

Il est de plus en plus rare de nos jours de pouvoir assister à la mise en croix de femmes, exposées nues sur la place publique ou sur une colline des environs. La crucifixion, comme châtiment exemplaire est en voix de disparition partout dans le monde, signe de laxisme de la part des autorités judiciaires et de décadence des moeurs.

 

Les amateurs de crucifixion féminine, faute de mieux, peuvent toutefois assouvir leur passion en utilisant leur compagne consentante ou non ainsi qu'un matériel peu coûteux facile à fabriquer soi-même.

 

L'idéal est de posséder une maison avec une grande cave ou un grenier spacieux qui servira de salle de torture prélable pour l'interrogatoire et d' un vaste terrain accidenté, clôturé d'arbres pour  protéger la croix et sa suppliciée des regards indiscrets.

 

 L'été dernier un ami m'a entrainé dans un club sado maso qui pratiquait des supplices.

 

Le principe était que une ou des femmes étaient tirés au sort pour subir le supplice désigné. Je frémissais de cette expérience lorsque mon ami m'en a parlé mais j'acceptais. Les femmes devaient être habillées trés glamour, dessous sexy ,bas hauts talons ,coiffées longs cheveux, maquillées.Je mettais donc ma robe courte noire en gersey fluide et aprés mettre préparée toute l'aprés midi j'attendais mon ami vers 18h.

 

La voiture s'arreta sur un parking discret où déja une dizaine d'autres y étaient.Nons nous dirigeaames vers l'entrée. Aprés avoir sonné la lourde porte s'ouvrit sur une maitresse toute de cuir vétue. Mon sang se glaca mais j'avançais la peur au ventre.Elle me mis de suite des menottes métalliques aux poignets reliées à des chaines passées aux pieds. Je ne pouvais plus m'échapper et me déplaçait dans un cliquetis de métal. Je fus poussée à l'entrée d'une salle où dans le sas une urne de tirage au sort se trouvait pour le choix du supplice.Mon ami tira un papier et le montra à la maitresse qui sourit satisfaite. J'avais peur maintenant de ce qui allait m'etre réservé.

 

Elle me pris par le bras et me retira de mon ami pour m'entrainer dans une arriére salle.Elle me dis pour me rassurer que mon ami était dans la salle pas loin et me verra.

 

Je commençais à entendre des gémissements de femmes, parfois ponctués de hurlements qui venaient de la salle. La maitresse me dis que des femmes étaient au supplice et que bientot ce serait mon tour. Le tirage au sort m'avait désignée pour subir le supplice complet de la crucifiction. Mes jambes se dérobaient sous moi à cette idée, la flagellation d'abord et la crucifiction ensuite jusqu'à l'épuisement. La maitresse me dis que cela durait plusieurs jours. Les autre femmes étaient souvent là depuis 2/3 jours, voire plus à la demande de leurs maris.

 

J'entrais dans une cellule d'attente qui communiquait par une porte avec la salle et je fus enchainée au mur comme au moyen age au cou ,poignets et pieds par de lourdes chaines.

J'entendais maintenant distinctement les hurlements de la femme torturée sur la scéne.J'étais folle de peur et je me mis à uriner dans mon string. J'écartais les cuisses car je ne pouvais me controler, mes mains étant attachées au dessus de ma tête.

 

Le temps me sembla interminable, entre claquements du fouet et cris étouffés de la femme qui me précédait.

 

Puis un silence et il me sembla que l'on tirait son corps inanimé dans la cellule voisine avant le bruit des chaine qui l'immobilisait certainement comme moi. J'avais encore plus peur car cela aller être mon tour.

 

La porte s'ouvrit et le public put me voir enchainée dans la celluleUn brouhaha du public indiqua qu'il s'impatientait à me voir.Les chaines me furent otées et je fus poussée sur la scéne pleine de lumiére.J'étais encore habillée comme l'avais demandé mon ami glamour. Le public sembla apprécier aux murmures que j'entendis.

 

La maitresse me lut mon supplice: crucifiction dans 3 jours précedée d'interrogatoires pour indiquer mes complices du complot.Je n'en croyait pas mes oreilles et tombait à guenoux pour supplier de m'épargner tous ces tourments. Mais le public n'apprécia pas et la maitresse me releva par mes longs cheveux blonds en me disant que les supplices seront appliqués.

 

Pour commencersuspendue-01a.jpeg elle fis descendre une barre.Deux femmes de l'assistance vinrent m'attacher hogtied,coudes serrés mains, guenoux et chevilles liées.Un baillon boule me fut enfoncé dans la bouche et serré fortement derriére la nuque; je ne pouvais plus rien dire de comprehensible.On me souleva pour passer mes jambes au dessus de la barre et l'une des assistante lia immédiatement mes mains à mes pieds.J'étais pendue tête en bas, incapable de me dégager de la position. Pour m'empêcher de tourner une corde me fut passée autour du cou et reliée aux mains en s'accrochant au poteau au passage.Mes seins étaient maintenant sortis de ma robe par leurs poids et ma robe était remontée dévoilant  mes jarretelles et un peu de mon string..

 

C'était diabolique je ne pouvais plus bouger pendue la tête en bas j'étais sur un coté du portique pour assister à la flagellation d'une toute jeune femme.

 

Je l'ai vue arriver, les mains liées dans le dos ;sa mére venait juste d'être torturée avant moi et c'était à son tour de subir une flagellation écartelée nue devant le public.Sa beauté était sublime avec ses jeunes seins qui pointaient fierement.Son sexe était épilé révélant des petites lévres bien formées et luisantes certainement de peur. 

 

ecartelee-03.jpeg

 

 

Elle fut étendue sur la croix de saint andré et les assistantes fixerent aussitot les courroies autour de ses membres puis la baillonnérent à son tour.

La croix pouvait pivoter et etre redressée si besoin.

La maitresse présenta la jeune suppliciée au public en la faisant tourner la croix sur son axe pour que le public voit bien son corps et ses parties intimes dévoillées.

Le public voulait savoir si elle serait aussi résistante que sa mére à la douleur et qui hurlerait le plus fort.

 

 

 

Je tournais la tête et vis avec frayeur une petite fille blonde d'un couple dont la mére nue, les mains menottées dans le dos, pratiquait une fellation à son mari.

Il lui expliquait où me mettre les pinces crocodiles en désignant certainement mes seins volumineux.Elle monta sur l'estrade et sans se tromper me les posa sur les mamelons saillants. Elle me souris et me caressa la tête lorsque je hurlais de douleur, étouffée par le baillon.Puis elle repartit s'asseoir par terre à coté de sa mére toujours à guenoux occupée avec le sexe de son mari.

Les pinces ajoutaient un niveau de douleur à mon supplice.Mais je fus surpris par les premiers cris de la jeune femme dont la flagellation commençait.Ses hurlements stridents s'emplifaient lorsque les laniéres touchaient les lévres de son sexe.Les violentes contractions de son corps montraient l'habileté du bourreau à atteindre ses parties sensibles.Les courroies se tendaient à craquer à chaque fois mais involontairement elle présentait son corps toujours à son bourreau malgré ses tourments.

Sa mére se mis à supplier dans son cachot tout proche d'arrêter de torturer sa fille et demandait à être mise à sa place pour l'épargner.

 

La suppliciée aprés son interrogatoire ,encore marquée des traces du fouet sur son corps est amenée sur le lieu de l'execution dans le jardin les mains liées dans le dos, un collier métallique prolongé d'une chaine sert à la guider fermement sur les lieux de son supplice

 

Elle est habillée en tailleur sombre avec bas chair à couture et escarpins hauts talons noirs.La veste légérement ouverte laisse apparaitre la dentelle de son soutien gorge noir et dans sa démarche ondulante on peut voir le début des bas maintenus par des jarretelles révélés par la mini jupe fluide qui s'ouvre au gré du vent.

 

Le public priviliégié reteint son souffle devant ce tableau sensuel de cette jeune femme dont les hauts talons résonnent sur le dallage menant à sa crucifiction.Des hommes sont présents avec des jeunes femmes à guenoux à leurs pieds.

 

La suppliciée est poussée vers la croix qui est au sol.

 

Elle supplie son bourreau de l'épargner en tombant en pleurs à ses pieds. Il la reléve par sa longue chevelure blonde qui lui cache le visage.

 

Il lui rejete ses cheveux dans le dos pour la présenter à l'assistance qui est muette devant la beauté de cette femme qui va souffrir le martyr devant leurs yeux.Déja des jeunes femmes ont dégagés les sexes de leurs compagnons et à guenoux entreprennent une fellation. Certaines ont déja les mains liées dans le dos.

 

Le bourreau délie les mains de la suppliciée et il entreprend de la deshabiller. La femme se débat. D'abord sa veste qui révéle sa poitrine ferme soulignée par son soutien gorge push up en dentelle noire puis la mini jupe glisse à ses pieds.Elle apparait sans string, en porte jarretelles et bas noirs tirés sur de superbes jambes mises en valeur par ses hauts talons vernis. Son sexe apparait alors, soignement épilé.Il montre des grandes lévres charnues dévoilant des petites lévres roses et luisantes avec un mont de venus saillant traduisant sa peur..Elle veux mettre ses mains sur sa poitrine et son sexe mais le bourreau les lui raméne dans le dos.Il termine son effeuillage la laissant complétement nue.

 

La femme sanglote de sa situation ainsi offerte aux regards de l'assistance qui ne dit pas un mot subjuguée par la beauté de ce corps.

 

Il lui met de suite de larges bracelets métalliques chromés aux poignets et aux chevilles, serrés par des vis intérieures empechant toute fuite de la suppliciée. Elle est ensuite conduite prés d'un poteau d'exposition destiné à exposer le corps de la suppliciée avant la crucifiction.Ses mains sont  attachées au dessus de sa tête à un anneau, de même pour les les chevilles au pied du poteau.

 

La femme est étirée sur la pointe de ses pieds face au public qui peut la voir d'abord se débattre ainsi offerte dans l'attente insupportable du spectacle de la crucifiction.Au bout de plusieurs heures la jeune femme s'est affaissée dans ses chaines épuisée.

 

Dans le public de nombreux rales de jouissance des hommes qui éjaculent sur leurs compagnes, excités par le spectacle

 

Le bourreau juge alors le moment propice pour commencer le supplice final.Les chaines sont décrochées des bracelets. La jeune femme sans force s'abandonne dans les bras de son bourreau qui va la déposer le dos à la croix posée sur le sol.

 

Deux femmes de l'assistance en lingerie viennent aussitot aider le bourreau à attacher les bracelets aux anneaux de la croix avant que la jeune femme ne réagisse.Celle ci ne tarde pas à hurler, apeurée, se rendant compte de la situation, à se débattre mais trop tard.Une des jeunes femmes lui caresse les seins saillants lui disant de se calmer.

 

Le bourreau et ses aides féminines redressent verticalement la croix dans des hurlements de frayeur de la suppliciée.La croix descend dans son trou d'un coup secouant le corps crucifié qui pousse un long cri de souffrance.

 

Les bracelets permettent à la femme de se tordre sur la croix sans etre mutilée mais les souffrances sont les mêmes et durent extremement longtemps avant la mort de la suppliciée. Cette méthode est d'un raffinement de cruauté qui peut etre augmenté en disposant un bois triangulaire au niveau de l'entrejambe.Le bourreau juge de la bonne hauteur lorsque la femme se repose dessus bras tendus et jambes légerement repliées.

 

La suppliciée s'appuie sur ses jambes attachées par bracelets à la base de la croix pour soulager ses bras et respirer tout en ne touchant pas avec ses lévres vaginales l'arete de bois.Mais la fatigue aidant la femme  relache la tension dans ses jambes et elle s'affaisse, retenue seulement par les bras écartelés et son sexe meurtri par l'arete diabolique du bois.

 

Au bout de plusieurs heures de ces efforts les jambes se tétanisent, tremblent et supportent difficilement le corps qui pend par les bras engourdis. Des filets de sang coulent maintenant de son sexe le long des jambes de la suppliciée qui s'étouffe en criant. 

 

Ce manége diabolique peut durer des jours, la suppliciée urinant par saccade.Aprés une journée la femme est hagard et demande pitié. Certaines préférent la mort à la poursuite du supplice.Les moments de répis sont les évanouissements dus à la douleur

  crucifiee-09.JPG

 

 

 

Les jambes se mettent à trembler convulsivement en secouant le corps ce qui déclenche un ballotement des seins en tous sens. Les yeux de la condamnée remplis de terreur s'arrondissent comme des billes tandis que la bouche crispée n'arrive pas à contenir des grognements sourds de douleur, de rage et de honte. Puis le buste bascule en avant tandis que la croupe se dresse contre la potence à la recherche d'un point d'appui illusoire. Mais le corps glisse inexorablement, tire de tout son poids sur les bras distendus et les poignets "cloués".

Les cuisses s'ouvrent et s'offrent aux regards aguichés. La suppliciée se sent comme écartelée. L'asphyxie devient intolérable. Il faut remonter coûte que coûte! Et le fabuleux spectacle recommence ainsi indéfiniment sans que l'on s'en lasse.

PAM-CRUCIFICTION-03.jpg

Vous avez tout le loisir de le faire durer selon votre bon plaisir jusqu'à ce que l'orgasme vous fasse monter au septième ciel ou jusqu'à l'épuisement complet de la femme. Le supplice peut durer des heures pour les plus endurantes à surveiller car la femme à la fin n'a plus de force et s'étouffe sans pouvoir le dire .

La bouche grande ouverte, le corps pendu par les poignets sans réaction sont le signe de l'épuisement.

Par pamela - Publié dans : tortures
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 20 septembre 5 20 /09 /Sep 14:28

 

CCela faisait quelques temps que Kevin ne s’était pas « occupé » d’Elsa, une éternité pour lui et un temps de répit pour elle. Il a eu tout le loisir de fantasmer sur le futur traitement qu’Elsa allait avoir à subir. Après de multiples hésitations, il a décidé de donner vie à un dessin de BD qui était loin de le laisser indifférent et lui faisait toujours le même effet au niveau de son bas ventre quant il y pensait.

En fait, il y avait le dessin, mais surtout le texte qui expliquait avec moult détails la situation dans laquelle était la fille.

Pour ce qui est du dessin, ou plutôt des dessins, une fille simplement attachée les bras dans le dos, rien de bien exceptionnel,

gl01.jpg

Mais le deuxième dessin est déjà plus explicite sur les équipements équipant la fille.

gl02.jpg

 

Une ceinture de chasteté un peu particulière munie de 2 plugs qui n’ont pas l’air si méchants que cela.

Mais c’est le texte qui décrit toute l’horreur de la situation.

La fille est en fait une prisonnière qui au lieu d’être enfermée dans une cellule, elle bénéficie d’un régime particulier, un peu comme le bracelet électronique mais paraît-il beaucoup plus efficace …

Un boîtier électronique est placé dans le dos de la fille. L’auteur en précise l’utilité, en fait, c’est un récepteur de télécommande, destiné à commander les différents dispositifs dont elle est équipée.

Tout d’abord le plug vibrant inséré dans sa chatte, les geôliers peuvent déclancher les vibrations  à volonté, et ils ne s’en privent pas. La fille doit aimer au début, mais ce doit être l’horreur à la longue. Mais c’est pour elle le seul coté agréable. Ses tétons sont munis d’électrodes reliées au boîtier par des fils électriques, ce qui permet de la punir à distance, l’intensité peut être ajustée en fonction des fautes commises, enfin en théorie car le truc est toujours réglé au maxi, et tout est motif à punition pour les geôliers qui prennent un réel plaisir à la voir se tordre sous l’effet des décharges électriques.

Mais le plus horrible est ce qu’elle renferme dans ses fesses, le plug est rempli de C4, un puissant explosif, très dissuasif pour empêcher la fille de s’échapper. Il peut être commandé à distance mais peut aussi se déclancher automatiquement si la fille devient hors de portée de l’émetteur.

Tout un programme pour Kévin … et ce doit être une surprise pour Elsa.

 

Cela fait une bonne semaine qu’il réfléchit aux adaptations possibles, à chaque fois qu’il pense au dessin, c’est Elsa qu’il voit à la place de la fille. 

Quelques achats sur internet et un peu de préparation, Kevin est maintenant prêt.

  

Elsa ne doit pas connaître le dessin en question et Kevin ne lui en a jamais parlé. Elle devrait être coopérative.

Pour ne pas attirer ses soupçons, Kevin décide d’appliquer progressivement son plan le week end suivant.

Samedi matin, un bon bain avant de revêtir la tenue de rigueur pour bien commencer le week end, un peu contraignante, surtout que Kevin l’a avertie que c’était pour les deux jours.

gl03.jpg

 

Combinaison intégrale de vinyle noir, ballet boots, un vrai délice pour Elsa. Elle est presque frustrée que seulement ses bras soient immobilisés dans son dos par un efficace monogant bien ajusté. Kevin l’avait habitué à mieux … pas de bâillon, les jambes libres … triste week end.

  Kevin décide qu’il est temps de prendre l’air et de profiter cette belle matinée d’été. Les choses se compliquent pour Elsa, il va falloir marcher, exercice quasi impossible avec ses talons, mais Kevin est sympa, et avec son aide la voilà maintenant dans le jardin. gl04.jpgSon équilibre est plus que précaire et Kevin en a vite assez de la soutenir et Elsa finit à plat ventre sur la pelouse.

gl05.jpg

Kevin, prétextant la mauvaise volonté d’Elsa continue malicieusement de dérouler son plan diabolique. Quelques entraves supplémentaires pour immobiliser Elsa et lui faire comprendre qu’elle n’est pas en situation de résister. Elle reste étendue, ligotée en attendant le bon vouloir de Kevin.

gl06.jpg

 

Cela fait plus de 2 heures que Kevin l’a abandonnée là, elle commence à avoir d’atroces crampes et craint d’avoir à passer le reste du week end ainsi.

Cette attende fait partie du plan de Kevin pour qu’Elsa coopère pour la suite.

Kevin est de nouveau là, les gémissements d’Elsa se transforment en supplications pour qu’il lui libère au moins les jambes …

Curieusement Kevin ne semble pas contre mais comme elle s’y attendait, il propose une contrepartie, quelques accessoires en échange et pas de questions à leur sujet.

Comme Elsa n’a pas vraiment le choix et de toute façon n’est pas en position pour refuser quoique ce soit, Kevin a le champ libre pour mener son plan à bien.

Kevin ramène Elsa dans la maison pour poursuivre.

Les bras toujours prisonniers du monogant, Elsa assiste impuissante aux préparatifs avant que Kevin ne l’équipe des accessoires.

Elsa commence à regretter d’avoir si facilement accepté en voyant les objets préparés par Kevin.

gl07a.jpggl07b.jpg

 

Les deux plugs munis de fils électriques lui promettent rien de bon, les électrodes, elle ne connaît que trop …

Ils sont rapidement insérés dans ses deux orifices avant qu’une ceintures de chasteté vienne empêcher toute envie de les enlever.

gl08.jpg

Puis Kevin s’occupe des seins d’Elsa, plaçant une électrode adhésive de chaque coté de chacun de ses tétons.

gl09.jpg

 

Ensuite, Kevin termine de la « rhabiller » puis place une curieuse boite munie d’une antenne dans le dos d’Elsa. Il y raccorde les différents fils provenant des plugs et des tétons.

C’est seulement maintenant qu’il montre à Elsa les deux dessins qui ont inspiré le scénario dans lequel elle est la principale intéressée. Il lui détaille toutes les subtilités de l’équipement de la fille, insistant surtout sur le C4. Elsa se mit à hurler, Kevin est devenu fou.

Récupérant au passage une télécommande identique à celles servant pour le modélisme, il conduit de nouveau Elsa terrorisée à l’extérieur.

gl10.jpg

 

« Allez, je vois que tu commence à angoisser, mais je ne suis pas complètement débile, j’ai un peu modifié tes équipements par rapport à l’original. Pour les seins, malheureusement pour toi, rien de changé. Par contre, pour les plugs, j’ai eu pitié de toi, tu n’auras pas de C4 dans les fesses, je tiens trop à toi, mais ils ont quand même quelques particularités, celui dans ta chatte est vibrant, comme celui de la fille du dessin, mais il possède également 2 électrodes … tout comme celui de tes fesses. Cela doit t’aider à rester tranquille. Je crois que j’ai assez d’arguments pour que tu ne me désobéisses pas trop. »

Sur ces paroles, Kevin teste les équipements pour que Elsa puisse en mesurer tous les effets. Il se contente de réglages relativement modérés pour commencer. Elsa gémit sous l’effet de la morsure du courant dans ses parties les plus intimes. Kevin continue à jouer avec la télécommande pendant quelques instants puis abandonne Elsa à son sort en ayant pris soin de laisser vibrer le plug de sa chatte. Il s’éloigne et disparaît de la vue d’Elsa alors qu’elle sent son premier orgasme la dévorer, impossible de l’empêcher, elle est condamnée à subir en permanence les assauts de ce truc tant que Kevin le voudra. Heureusement, les électrodes sont désactivées, tout du moins pour l’instant …

Cela semble à Elsa une éternité, depuis combien de temps Kevin est parti ?, combien d’orgasmes ?, elle ne compte plus.

 

Kevin est enfin revenu, la télécommande de nouveau à la main, Elsa se tord sous l’effet de la morsure de l’électricité dans sa chatte, puis ses fesses, puis ses seins et çà recommence. Kevin la regarde onduler comme un serpent sur l’effet des décharges, ce qui semble l’amuser.

« Au fait tout à l’heure, je t’ai menti, ou plutôt je ne t’ai pas tout dit, pour le plug de tes fesses, c’est vrai qu’il ne contient pas de C4, mais il n’est quand même pas complètement inoffensif. Il contient une petite cartouche de CO2 sous pression qui a pour effet de pouvoir le gonfler, un truc que j’ai découvert sur internet, le fabricant indique que la cartouche garanti un volume d’au moins 1 litre et que le diamètre peut atteindre 10 bons centimètres, le plug de ta chatte a également les mêmes propriétés, mais là, le fabricant parle de plus de 2 litres, il indique même que une fois le truc gonflé, la fille parait enceinte d’au moins 7 mois … Mais je n’ai pas eu à m’en servir. Je te précise au passage que si tu avais eue la bonne idée de casser ton antenne, l’absence de signal radio aurait déclanché le gonflage … »

Elsa à l’air horrifié par l’idée du châtiment auquel elle a échappé. 

 

« Allez, il est temps de modifier un peu ton équipement, la télécommande ne m’amuse plus vraiment, je t’ai concocté quelque chose de plus sympa, tu auras ton destin en main. »

Kevin à décidé de sortir Elsa ce soir, dans une boite un peu spéciale, où  elle ne devrait pas vraiment dépareiller.

Il enlève le boîtier qui est fixé dans son dos, pas très sexy et pas pratique, et il ne veut pas prendre le risque que l’antenne se brise avec pour effet  de gonfler le plug, le truc doit seulement être dissuasif.

Il place un autre boîtier plus petit qu’il incorpore dans le nouveau monogant.

 

Kevin place ensuite un énorme bâillon boule dans la bouche d’Elsa, deux petits fils électriques sortent du bâillon. Il entrouvre la fermeture du catsuit de vinyle, place ce qui ressemble à une petite plaque de mousse sur le devant, couvrant l’entrejambes. La plaque de mousse est également équipée de deux fils.

Kevin dissimule les fils sus le catsuit de vinyle et les raccorde au boîtier caché sous le monogant, tout l’étrange dispositif est invisible de l’extérieur, seule la ceinture de chasteté reste perceptible au travers du vinyle.

Il insère également un petit écouteur dans son oreille droite, écouteur relié lui aussi au boiter.

gl11.jpg

« Enfin prête miss, il est temps d’y aller, juste le temps de récupérer la voiture, attends moi, je reviens »

Kevin abandonne Elsa, la laissant imaginer ce qui l’attend, mais tout est encore mystérieux pour elle, il n’y a plus la télécommande, et de nouveaux intrus ont été ajoutés … elle ne présage rien de sympa. 

Le retour de Kevin la tire de ses pensées, elle s’attend à des explications, mais Kevin a l’air de vouloir la laisser cogiter sur son sort …

Dernière petite touche avant de partir, Kevin lui demande de mettre sa tête en arrière. Il tend un petit câble entre le sommet de sa tête et un petit anneau fixé sur le boîtier.

« Un conseil, reste la tête en arrière quoiqu’il arrive, sinon l’effet peut être dévastateur »

Elsa ne sait pas pourquoi, mais elle est décidée à croire Kevin et à maintenir sa tête en arrière malgré la tension dans son cou, elle regarde maintenant constamment le plafond. Kevin en profite pour lui placer 2 lentilles de contact sur les pupilles, qui ont aussi la particularité d’empêcher les paupières de se fermer..

Kevin aide Elsa à s’installer dans la voiture et lui attache la ceinture de sécurité. Curieusement, Elsa se trouve prisonnière, assise dans la voiture, étrange sensation que d’être immobilisée par cette ceinture.

Kevin met le moteur en route et commence à rouler tandis que Elsa se concentre pour maintenir sa tête toujours en arrière. Elle ne voit que le toit de la voiture et n’a  aucune idée du chemin et de la destination.

La voiture finit par s’arrêter, Kevin coupe le moteur et observe Elsa maintenant complètement immobile. Il sait à quoi elle pense et combien elle s’interroge. Il est maintenant temps d’arrêter le suspens.

« Je te dois bien quelques explications, pour que tu puisses profiter au maximum de ta soirée. Je ne sais pas ce que tu as deviné ou pas. Tout est relié au mini boîtier que tu as dans le dos, c’est lui qui gère, mais c’est toi qui commande et qui décide de ce qui va t’arriver. Je te précise que pour l’instant rien n’est actif …

Je vais commencer par tes seins, le plus basique, les électrodes sont activées par le micro que tu as dans le bâillon, plus le son est fort, plus le courant augmente, tu n’as qu’à rester muette et rien ne t’arrivera.

Le plug dans tes fesses, il est un peu particulier, il réagit à la pression de tes sphincters, si tu relâche la pression, les électrodes te rappellent à l’ordre, là aussi tu n’as qu’à garder les fesses serrées. 

Le plug dans ta chatte, il fonctionne un peu comme celui des fesses, un capteur mesure la pression de tes muscles, et si tu relâches, tu es rappelée à l’ordre.

« Je crois que tu sais maintenant tout ou presque. Deux derniers détails, le premier, le câble qui maintient ta tête en arrière est relié à une goupille insérée dans le boîtier de commande. Tant que la goupille est en place comme maintenant, rien n’est activé, par contre, si tu baisse la tête, tu arraches la goupille et tous les systèmes deviennent actifs et il n’y a pas de retour possible. Le dernier détail et j’en aurai fini, les lentilles placées sur tes yeux ont la particularité de s’obscurcir progressivement avec la lumière ambiante, jusqu’à devenir complètement opaques. Si j’avais un dernier conseil à te donner, j’éviterai de trop fixer les spots du plafond, eh oui, tu dois choisir, devenir aveugle ou activer tes gadgets … Petite information au sujet des réglages, en fait, ce n’est pas comme la télécommande, il n’y a pas de réglages, ou plutôt tout est au maxi, vibrations, intensité … »

« Mais au fait, je manque de savoir vivre, tu dois avoir soif depuis le temps ». Kevin l’énorme bâillon boule de sa bouche et approche de sa bouche une grande bouteille qui contient un liquide verdâtre. Elsa se méfie un peu et teste du bout des lèvres le liquide qu’elle reconnaît, en fait de l’eau mélangée à du sirop de menthe. Elle bout quelque gorgées, mais devant l’insistance de Kevin, vide finalement la bouteille qui devait contenir un litre et demi.

 

Kevin replace le bâillon qu’il serre à nouveau très fort et libère Elsa de sa ceinture de sécurité et l’aide à sortir du véhicule. Il lui place une chaînette autour du cou, chaînette à laquelle est accrochée une petite pancarte qui est maintenant dans son dos.  Il l’aide à marcher jusqu’à l’entrée de la boite. Elsa se déplace difficilement avec ses interminables talons, ses bras absents qui augmentent la sensation d’instabilité et surtout sa tête cambrée en arrière. Ils entrent dans la boite et se fraient un passage au travers des nombreux clients. Elsa ne peux regarder que le plafond illuminé et est incapable de voir ce qui se passe autour d’elle.

« Il est 22 heures passées, je suis un peu fatigué de ma journée, je crois que je vais rentrer et me coucher. Mais je ne veux pas gâcher ta soirée, tu peux rester … »

Elsa n’en croit pas ses oreilles, il n’en est pas question, Kevin ne va pas l’abandonner, elle bredouille quelques mots inaudibles dans son bâillon, elle est sur le point de baisser la tête pour se rendre compte de la situation, mais se ravise, et de toute façon, Kevin est déjà parti, le salaud.

Elsa reste plantée au milieu de nul part, elle ne sait pas quoi faire et commence à évaluer la situation critique dans laquelle elle est. Les lentilles de ses yeux commencent à faire leur effet, les lumières deviennent moins vives. Si elle reste ainsi, ce sera bientôt l’obscurité totale, et ce sera alors impossible de se sortir de ce mauvais pas. Mais si elle baisse la tête ? Elle activera les systèmes …

Elle se remémore les explications de Kevin.

Les seins, se taire, probablement le plus facile. Le plug des fesses, serrer les fesses, elle devrait y arriver sans trop de problèmes. Le plug dans la chatte, contracter les muscles, elle est plutôt forte pour çà.. Finalement, le mieux est de baisser la tête pour essayer de ce sortir de ce guêpier au plus vite.

Encore quelques secondes d’hésitation, Elsa serre les fesses et contracte les muscles de sa chatte et elle baisse finalement la tête, un petit clic se fait entendre au niveau du boiter indiquent que la goupille est arrachée. Mais pour Elsa, c’est l’horreur, le plug dans sa chatte est maintenant animé de puissantes vibrations. Kevin avait tout dit, sauf çà, la goupille active également les vibrations du plug, et il ne sait pas comment l’arrêter ou même si elle peut l’arrêter.

C’est à ce moment qu’elle reconnaît une voix dans le brouhaha de la boite. Kevin, mais non, il est parti, la voix est dans l’écouteur, un message enregistré:  

 » Ultimes détails, mais pour ceux là, j’ai préféré attendre d’être loin de toi pour te les donner. J’espère que tu n’as pas oubliés les dispositifs de gonflage de tes plugs. Je vais t’en expliquer toutes les subtilités, je dois dire que c’est assez raffiné…. Pour ce qui est du plug de tes fesses, il est en fait commandé par les talons de tes boots. Une commande assez subtile, tant que tes 2 talons touchent le sol, il ne se passe rien ou rien d’immédiat, mais au bout de une minute, si les deux talons sont toujours en contact, le gonflage est déclanché et la cartouche va se vider complètement, je te laisse imaginer … Oui je sais que tu connais la parade, il suffit de marcher ou de soulever de temps en temps un des talons… Pas si simple, chaque fois qu’un des talons quitte le sol, le dispositif va libérer une toute petite quantité de CO2 dans le plug. A toi de gérer… Au cas où tu aurais la bonne idée de t’allonger, je te préviens que si aucun des deux talons ne touche le sol le CO2 va très lentement gonfler le plug, jusqu’à ce qu’un des talons ne revienne à nouveau en contact avec le sol pour arrêter le gonflage, qui peut durer la journée jusqu’à ce que la cartouche se vide  si tu laisses faire, mais je sais que tu n’en as pas envie.

Pour le plug de ta chatte, c’est moins compliqué et plus basique, la petite plaque de mousse de ton entrejambes est en fait une petite éponge qui contient un capteur d’humidité, je te laisse deviner la suite … tu n’aurais pas du tant boire, mais à ta place, j’éviterai de faire pipi … »    

Elle regarde autour d’elle, la pièce est pleine de monde, du monde habillé.  normalement comme dans une boite normale, pas une boite fétichiste ou SM, elle est la seule dans cette tenue et tout le monde l’observe. Elle essaie d’évaluer la situation pendant qu’elle sent le plaisir monter inexorablement en elle. Elle pense au message de Kevin et lève un talon, elle sent le plug se dilater très légèrement … Elle va finir par exploser, devant son public qui en fait ignore tout des tourments auxquels elle est soumise. Elle hurle dans le bâillon au moment où elle explose, seul un grognement sourd est audible à l’extérieur mais le bâillon fait son travail, ses tétons sont traversés par de violentes décharges électriques, elle se tord de douleur au milieu de la pièce et perd en même temps le contrôle de ses muscles faisant réagir les électrodes de ses deux plugs. Elsa réussit à reprendre le dessus, contracte à nouveau ses muscles, mais les vibrations dans sa chatte sont toujours aussi intenses, et elle est obligée de contracter ses muscles en permanence sur le plug. Elle sait qu’elle va continuer à exploser comme çà toute la soirée. Et personne n’est là pour l’aider. Elle pense à lever régulièrement un de ses talons et l’effet se fait aussitôt ressentir dans son étroit orifice. Elle a du mal à contracter en permanence ses muscles pour maintenir la pression sur les plugs et ceux-ci le lui rappellent si besoin.

Quelqu’un finira peut être par comprendre et l’aidera ?. Elle pense à rentrer à pieds, en marchant, le plug va lentement se gonfler, mais au moins elle va se rapprocher de Kevin, sinon, en restant ici, elle est certaine de l’issue, les plugs, sans compter les vibrations et les décharges dans ses tétons … 

Elle essaie de se déplacer dans la boite dans l’espoir de rencontrer l’âme charitable. Elle repère une fille qui la regarde avec insistance, une fille, elle devrait la comprendre. Elle se rapproche et juste devant la fille est de nouveau cueillie par un violent orgasme, ce qui n’a pas l’air de déplaire à la fille qui regarde maintenant Elsa avec grand intérêt. Elle fait le tour de cette forme bondagée qui l’inspire et disparaît derrière Elsa. Elle enlève la chaînette et la pancarte du cou d’Elsa et la montre à l’assistance comme un trophée. Elsa, malgré les lentilles sombres couvrant ses yeux déchiffre les mots imprimés.

« Consignes pour le retour d’Elsa »

Finalement, Kevin n’est pas si vache que çà, il avait prévu le retour.

La fille ouvre l’enveloppe et prend quelques instants pour lire la feuille qui était à l’intérieur.

Puis la fille aide Elsa à sortir de la boite, accompagnée par quelques clients qui veulent profiter encore un peu du spectacle d’autant plus qu’un nouvel orgasme est en train de ravager Elsa.

Ce que voit Elsa à l’extérieur a plutôt tendance à l’exciter, une caisse, ils vont la mettre en caisse pour la ramener, dans à peine 10 minutes elle sera de nouveau auprès de Kevin, génial.

La fille aidée par un des clients ne cherche pas longtemps dans quelle position placer Elsa, la caisse étant faite aux mesures exactes, elle est finalement impeccablement immobilisée dans les dispositifs de calage.

Ils restent quelques instants à contempler le contenu de la caisse et Elsa commence à sentir le plug de ses fesse se dilater très progressivement, mais c’est loin de l’inquiéter, juste le temps du trajet … Par contre, elle sait qu’elle est de nouveau prête à exploser sous l’effet des vibrations du gode, elle se lâche dans le bâillon, et les décharges dans ses seins ne se font pas attendre.

gl12.jpg

Ils se décident enfin à fermer le couvercle, couvercle qui est ensuite cloué sur la caisse. Un vrai supplice pour Elsa, chaque coup de marteau résonne dans la caisse et déclanche le micro du bâillon et ses tétons sont électrifiés à chaque coup de marteau.

Finalement le couvercle est bien fixé et le silence est revenu dans la gl13.jpg 

caisse. Plus qu’à charger la caisse et le voyage va pouvoir commencer…

Elsa sait que la fille est toujours là car elle l’entend parler aux clients sortis pour assister à l’emballage.

« Plus qu’à téléphoner au transporteur pour qu’il vienne chercher la caisse, il y a son numéro sur la feuille ».

Elsa est un peu surprise que Kevin aie prévu un transporteur, mais c’est vrai que les clients ne doivent probablement pas être venus avec une camionnette … et puis même si cela va prendre un peu plus de tempes, c’est finalement,t plus rassurant que de partir avec un des clients déjà bien excité par le spectacle qu’elle a donné malgré elle.

« Allo, oui, les transports ICE, bonjour … j’ai un colis à livrer, vous devez être au courant ….oui il est prêt … oui oui, l’adresse est dessus … pas livré ce soir, ah bon, je croyais …oui, je sais bien que nous sommes samedi soir … fermé pour le week end … ah OK, vous faites quand même l’enlèvement maintenant … livraison lundi après midi …. la caisse entreposée chez vous … c’est que ….non, non, pas de problème … merci « .

 

Elsa a compris a demi mots et ne tient plus en place dans sa caisse, elle essaie de se dégager de sa caisse, mais callée comme elle est, impossible du moindre mouvement, elle essaie de hurler, mais la douleur dans ses tétons la dissuade rapidement. Elle ne peut rien faire qu’attendre, attendre. … la pression du plug dans ses fesses se fait de plus en plus pressante et sa vessie la fait souffir atrocement …


Elsa ne tient plus et urine. La réaction des électrodes est immédiate.Elle se raidit de souffrance dans ses liens en essayant d'hurler.

gl14.jpg

 

Par pamela - Publié dans : tortures
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 septembre 4 12 /09 /Sep 19:18
Rupert von Hentzau - Captive des Indiens

Comme depuis sa capture depuis un an elle ne portait qu'un soutien gorge
dentelle noire bien rempli mettant sa poitrine ferme bien en valeur avec un string dentelle
noir assorti dont la forme épousait et mettait en valeur ses fesses rebondies.
Elle portait au pieds des escarpins noirs avec talons lui donnant une démarche
trés sexy.
Aucune des femmes ou des enfants indiens ne semblait être dans le voisinage.
Elisabeth marcha vers le ruisseau, lentement, comme si elle
descendait pour boire de l'eau. Elle s'agenouilla sur le
bord et se pencha pour se désaltérer.
Elle regarda autour d'elle avec précaution. Il n'y
avait personne en vue. Elle se redressa, fit un premier
pas dans l'eau, puis quelques autres jusqu'au milieu
du courant. A nouveau, elle se pencha pour prendre
une gorgée d'eau. A nouveau, elle regarda avec soin
autour d'elle. Il n'y avait toujours personne à l'horizon.
Elle marcha lentement dans l'eau jusqu'à l'autre rive
du ruisseau, s'arrêta sur le bord et se glissa derrière
le tronc d'un saule. Si n'importe qui était venu lui
demander ce qu'elle faisait, elle aurait fait comprendre
qu'elle se reposait. Elle attendit. Personne ne se
manifesta. Elle n'aperçut personne. Elle ne parvenait
pas à croire qu'il était si facile de s'échapper du
village. Elle se fraya silencieusement un chemin à
travers la végétation de ce côté du ruisseau, puisse
redressa et s'éloigna de la rive et du village. Elle ne
savait pas exactement de quel côté se diriger, mais
tout ce qui lui importait était de s'éloigner le plus
possible du village. Elle pouvait à peu près se
représenter la direction où se trouvait le campement
des colons lorsqu'elle s'y trouvait à l'abri de ses
ravisseurs. Pendant une heure, elle traversa les bois,
en suivant les pistes des animaux, toujours à l'affût
pour voir si elle ne revenait pas accidentellement
vers le village. Soudain, une silhouette se dessina derrière
un grand chêne juste sur sa route. C'était celle d'un
des chasseurs du village. Elle se retourna pour

s'enfuir, et en trouva un autre derrière elle. Elle
se tourna sur sa gauche. Un autre chasseur émergeait
des buissons. De quelque côté qu'elle se tourne,
l'issue était bloquée par un Indien. Ils se
rassemblèrent comme un troupeau, la renfermant à
l'intérieur comme pour traquer un animal effrayé. Elle
chargea comme un taureau pour passer au milieu de
deux d'entre eux avant d'être saisie et rejetée dans
les bras d'un troisième. Ils la dénudèrent, arrachant
au loin son soutien gorge et le slip étroit.
Puis ils attachèrent ses poignets devant elle avec
une corde en cuir. Un des guerriers, une brute
particulièrement grande et forte, se chargea de la
corde. Ils s'en revinrent par la forêt, les autres
chasseurs marchant devant eux.
D'abord, ils semblèrent errer sans but. Mais l'un
des chasseurs finit par trouver ce qu'ils recherchaient.
Il interpella les autres et le groupe tout entier
convergea dans la direction d'où venait sa voix.
Il se tenait à côté de sa trouvaille, un arbre avec une
fourche fendue d'environ dix pieds au dessus du sol.
L'extrémité libre de la corde d'Elisabeth fut jetée
par dessus la fourche. Quatre des chasseurs s'en
emparèrent et tirèrent fortement, décollant les pieds
d'Elisabeth. Elle fut plaquée contre le tronc, puis
étirée vers le haut tout contre l'écorce rugueuse
jusqu'à ce qu'elle se retrouve à vingt centimétres du sol.
Ses chevilles furent saisies et attachées au tronc.
La corde de ses poignets subit quelques fortes tractions
supplémentaires avant d'être nouée, pour s'assurer qu'elle
était bien fermement étirée contre le tronc de l'arbre.
Tandis qu'Elisabeth était ainsi préparée, plusieurs Indiens s'en étaient
allés. Ils s'en revinrent avec des branches
soigneusement choisies, qu'ils repassèrent à leurs
camarades.

Le groupe entier prit alors son tour pour fouetter
Elisabeth, travaillant son dos, ses fesses et ses
cuisses. Ils ne s'arrêtèrent pas avant qu'elle n'ait été
couverte d'un réseau de stries. Alors, la corde fut
libérée et elle tomba comme un paquet au pied de
l'arbre. Ils la remirent sur ses pieds. Ses poignets
furent croisés derrière elle en arrière et attachés. Une
branche de cinq centimétres d'épaisseur et vingt centimétres de
long fut alors sanglée à ses poignets. Ensuite, une
mince corde faite d'un tendon fut étroitement nouée
autour des mamelons d'Elisabeth en les reliant. La
branche des poignets fut fixée entre ses jambes, dévoilant la fente
de ses lèvres inférieures et forcant Elizabeth à s'étirer vers l'arriére.
Une corde fut attachée avec une boucle passée au-dessus du
tendon qui reliait ses mamelons. Puis elle fut
rapportée vers le bas et attachée au bâton. L'Indien
chargé d'attacher la corde lui donna plusieurs bonnes
secousses pour s'assurer qu'elle était bien serrée.
Ainsi, les épaules d'Elisabeth étaient tirées en arrière
tandis que ses mamelons étaient allongés en bas, et
que la branche creusait dans ses parties intimes. Il n'y
avait aucune solution qui lui permette de soulager
la pression sur une zone sans l'augmenter quelque part
autrement.
Pour finir, une corde en cuir fut attachée autour
de son cou. Les Indiens se préparèrent à partir.
Elisabeth fut brutalement remise sur ses pieds, mais
parvint à regagner son équilibre. C'était un vrai
chemin de croix, avec l'écorce rugueuse de la
branche qui échauffait ses lèvres charnues à chaque
pas. Mais deux des chasseurs, à petits coups de
bâtons, avaient pris position derrière elle pour
s'assurer qu'elle continuait de marcher. Ils atteignirent
le village en quinze minutes. Elisabeth était
consternée de voir le peu de distance qu'elle avait
couvert dans sa tentative d'évasion. Trébuchant sur
ses derniers pas au centre du village, elle s'effondra

aux pieds du chef. Celui-ci donna un ordre brusque.
Ses liens furent retirés. Puis elle fut redressée par
deux guerriers qui restèrent à côté d'elle pour la
soutenir. Le chef la contempla longuement. Puis il se
lança dans un long discours incompréhensible et
violent. Il était visiblement très en colère. Elisabeth
regarda à la dérobée pour tenter d'apercevoir Becky
mais elle était nulle part.
Après avoir fini de la terroriser, le chef dit à
l'évidence " emmenez là " en faisant signe avec son
bras. Les deux guerriers traînèrent à moitié Elisabeth
une nouvelle fois jusqu'au poteau, où elle fut
solidement liée nue pour la nuit.Un indien lui donna  boire et du riz.
Tôt dans l'après-midi suivant, Elisabeth sans force fut retirée du poteau,
déliée et traînée jusqu'au rectangle de bois pour de nouvelles
tortures. Celui-ci avait été modifié légèrement. Il y
avait maintenant une deuxième barre de bois en
travers. Elle avait été installée à la hauteur de sa
taille. Elle fut forcée de se placer dessous. Ses bras
furent alignés le long de la barre et attachés par
les poignets, les coudes et les épaules. Ses jambe furent
alors tirées vers l'arrière, sous elle. Des bras musclés
les écartèrent le plus loin possible. Elle perçut que ses
chevilles étaient attachées aux pieux enfoncés dans
la terre. Quand ils eurent terminé, Elisabeth se
retrouva penchée vers l'avant, bras écartés dans la
position de l'aigle, avec les seins qui se balançaient.
Un petit groupe d'Indiens, hommes et femmes,
portant des petits paquets et deux cuvettes en bois,
s'approcha. Ils s'arrêtèrent devant Elisabeth. Un des
hommes exhiba une paire de solides et larges
brindilles. Un des femmes plongea dans une des
cuvettes et en retira une mince bande de cuir vert
et humide qu'elle remit à l'homme. Il relia adroitement
l'une des extrémités des brindilles ensemble. Puis
il attrapa un des mamelons d'Elisabeth et l'introduisit
entre elles. Il resserra les brindilles ensemble et

attacha les extrémités libres avec une autre bande
de cuir vert. Puis il appliqua le même traitement à l'
autre mamelon. Les femmes retirèrent ensuite de plus
longues et plus épaisses bandes de cuir vert de la
cuvette dans laquelle elles s'imbibaient, et elles
les remirent à deux autres hommes qui entreprirent de les
lier étroitement autour des seins d'Elisabeth. Ils
prirent quelques moments pour tester la solidité de leur
ouvrage avant de passer à l'entrejambes d'Elisabeth.
Elle sentit que des doigts calleux fourrageaient
dans ses parties secrètes. Puis elle sentit que des
brindilles rugueuses étaient placées et maintenues
étroitement ensemble pour emprisonner ses grandes
lèvres. Deux brindilles supplémentaires furent placées
à l'extérieur de ses lèvres. Alors l'assemblage entier
fut serré ensemble et attaché avec des bandes de cuir
vert. Il sembla à Elisabeth qu'elle sentait presque
immédiatement les brides de cuir brut se serrer
pendant que le cuir vert se desséchait et rétrécissait.
Mais le processus était trop lent pour ses
tourmenteurs. Ils accumulèrent de petites piles de
branchages sous ses seins et sa fourche. Ils
apportèrent ensuite du charbon de bois du foyer, le
placèrent sur les petits foyers et attisèrent la flamme.
Ils maintenaient des feux très réduits afin que
seulement l'air chaud et la fumée atteignent Elisabeth.
Mais ceci accélérait le processus de dessication et
pendant que le cuir vert séchait, les brides se
rétractaient toujours davantage, comprimant
inexorablement la plupart des organes sensibles. Et
comme la pression augmentait, la douleur croissait
également. Elle était régulière et constante. Il n'y avait
rien qu' Elisabeth puisse faire sauf grincer des dents
et essayer de la supporter.
Des heures plus tard, pendant que le soleil
s'estompait, le chef vint examiner le progrès de sa
torture. Il caressa la poitrine rouge foncé, soupesa les
crucifiee-010.JPG
seins durs et gorgés de sang et donna un ordre. Une
par une, les brides et les bandes furent retirées.
Les Indiens étaient diaboliquement cruels même en la
libérant de ses liens. Chacun était retiré à son tour,
puis ils attendaient avant de passer au prochain. Et
chaque fois qu'une courroie ou une bride était retirée,
Elizabeth sentait une nouvelle vague de douleur la
submerger pendant que l'écoulement du sang était
restauré.Ils la firent hurler pendant une heure.C'était comme si
des milliers de broches minuscules avaient été plantées dans sa chair. Ils
commencèrent par les courroies autour de ses seins,
puis les brides sur ses mamelons. Enfin ses lèvres
furent libérées. Elisabeth se tordait furieusement,hurlait sans fin,
dans un effort insensé pour échapper à ce qu'elle ressentait
être comme des milliers d'aiguilles enfoncées dans
ses lèvres. Quand elle eut enfin cessé de lutter,
Elisabeth fut finalement détachée sans ménagement
et reposée par terre. Il n'y avait aucune possibilité
qu'elle puisse seulement essayer de s'échapper ou de
résister. L'épreuve l'avait laissée vidée.
Tandis qu'Elisabeth restait étendue là,épuisée par ses supplices, ses
tortionnaires allèrent préparer la prochaine étape
de sa torture.
La barre inférieure, alors ajustée à sa taille,fut remontée.
Quand les guerriers trouvèrent la bonne
hauteur, celle-ci fut solidement remise en place à
nouveau. Quatre guerriers saisirent alors le corps inerte d'Elizabeth,
un par chaque bras ou jambe. Elle fut soulevée très haut,
puis placée à cheval sur le rondin. Ses poignets furent
placés au-dessus de la barre supérieure du portique et attachés
ensemble. Puis, pour la touche finale, la dernière
torture, ses chevilles furent placées derrière elle
le long de ce rondin et étroitement maintenues.
Ceci forçait Elisabeth à se pencher légèrement vers
l'avant, plaçant plus de son poids sur sa vulve et
son clitoris. Elle pouvait se soulever légèrement pour
soulager la pression mais ses bras ne pouvaient pas
soutenir son corps très longtemps et elle retombait sur ses parties intimes
martyrisées qui saignierent rapidement .

Elizabeth resta à cheval sur la barre
transversale qui la déchirait toute la nuit et jusqu'au
début de l'après-midi suivant. D'ici là, la moitié
inférieure entière de son corps s'était engourdie.Elle n'avait plus la force de se
soulever, son clitoris ,ses lèvres vaginales et son anus étaient écorchés à vif.
Elle devenait folle de douleur et souhaitait la mort rapidement.
Quand elle fut finalement enlevée de la barre et
remise sur ses pieds, elle s'effondra dans un semi
évanouissement. Il lui fut donné un bref sursis de
peut-être une demi-heure, puis elle fut forcée de se
tenir sur ses jambes flageolantes. Ses poignets furent
encore liés derrière elle tandis qu'elle était menée par
l'entrée du village vers le bord de la forêt. Ils
l'arrêtèrent juste avant qu'elle ait atteint la lisière de la
forêt. Deux jeunes arbres vigoureux, de six à huit
pouces de diamètre, se tenaient là à environ six pieds
l'un de l'autre. Toutes les branches inférieures avaient
été coupées. Deux solides poteaux avaient été posés
horizontalement entre eux, l'un à hauteur de poitrine,
l'autre à mi-cuisse. Elizabeth fut forcée de se tenir
entre les arbres, face aux poteaux. Ses bras et ses
jambes furent écartelés au maximum et attachés dans la
position de l'aigle. Dans cette position, ses seins
reposaient sur la barre transversale supérieure tandis
que la plus basse croisait ses cuisses entre ses
genoux et son sexe glabre. Ses cuisses furent
rapidement et étroitement ligotées à la barre. Puis
ses seins furent solidement attachés sur la barre
supérieure.
Les guerriers se tinrent en arrière et les femmes
s'avancèrent. Chacune portait une poignée d'épines.
Elles commencèrent d'enfoncer les épines dans les
fesses d’Élisabeth et les parties exposées de ses
seins. Elles semblaient particulièrement amusées par
le fait de piquer les épines dans la zone périphérique
de son anus. En conclusion, quand elles furent
satisfaites de leur travail, elle concentrèrent leurs
efforts sur le sexe d’Élisabeth. L'une après l'autre,
elles prirent leur tour pour enfoncer des épines dans

ses lèvres externes et dodues provoquant des tressaillements incontrôlables
du bas ventre d'Elizabeth, hurlant sa douleur, incapable d'échapper à ses tortionnaires.
Les femme s'écartèrent. Un petit feu avait été allumé près du
chemin un peu plus loin. Le vieil ennemi d'Elisabeth,
le guerrier dont l'épouse avait été massacrée, se
tenait à côté. Il choisit avec soin un brandon
enflammé et marcha vers Elisabeth. Avec un visage
parfaitement impassible, il le maintint juste au-
dessous de l'un de ses mamelons. Elisabeth poussa
un hurlement de terreur. Elle fit un effort désespéré
pour s'écarter loin de la flamme, mais les liens
maintenaient les parties menacées strictement
immobiles. Le guerrier déplaça la torche sous l'autre
mamelon. Il allait dans les deux sens, martyrisant
le premier, puis l'autre.Une odeur de chair brulée se répandit dans la forêt.
Quand il eut réduit les deux pointes fragiles à l'état de ruines carbonisées,
il s'en alla plus loin,parfaitement impassible, en jetant le brandon sur le feu.
Elizabeth avait finie de hurler,elle s'était évanouie de douleur.
Alors, un groupe de guerriers s'approcha. Deux
d'entre eux délièrent la barre transversale supérieure.
Lorsqu'elle fut libérée, ils la tirèrent le plus loin
possible d'Elisabeth, étirant par là même son ample
poitrine au seuil de la rupture. Deux autres guerriers
s'approchèrent, et chacun était porteur d'un long
coutelas rouillé. Alors que la foule s'était rapprochée
du cercle pour profiter du spectacle, les deux
guerriers entreprirent avec lenteur de scier doucement
les larges mamelles étirées d'Elisabeth. Les couteaux
étaient ébréchés. Ils prirent tout leur temps pour
séparer de son torse les bandes de chair tendre et
vulnérable. Pour Elisabeth, le supplice insupportable sembla durer
pendant des heures interminables, le sang coulait sur son ventre
pendant que la lame coupait la chair ses seins.
Quand la dernière bande de peau fut tranchée, la barre transversale,
avec ses deux trophées sanglants toujours en place,
fut portée haut et exhibée devant les yeux d'Elisabeth
torture-femmes.png
Rupert von Hentzau - Captive des Indiens
Page 35
qui vis une derniére fois ses seins si généreux pendre sanguinolant
avant d'être prise de nouveau et portée au village
pour être exposée.
Trois femmes, l'une d'elle étant la vieille squaw
qui avait fouetté Elisabeth si sévèrement,
s'approchèrent ensuite, car la prochaine étape de la
mutilation d'Elisabeth était leur domaine réservé.
Elles se mirent à genoux devant sa vulve exposée. Des
doigts saisirent avec précision une des petites lèvres
d'Elisabeth et l'étirèrent jusqu'à la déchirer. La
lame d'un couteau jeta un éclair. Elisabeth hurla encore.
Le morceau de chair ensanglanté fut brandi sous les
acclamations et les hululements des spectateurs. Puis
il fut jeté en pâture à un des nombreux chiens qui
s'étaient arrêté autour de la foule. L'autre lèvre
intérieure fut amputée, exhibée et jetée. La vieille
sorcière entreprit de pincer le misérable clitoris
d'Elisabeth entre le pouce et l'index, incrustant le bout
de ses ongles dans la chair tendre. Lentement, elle
commença de le scier avec son couteau, pour faire
durer l'opération et la rendre plus douloureuse. Une
fois encore Elisabeth cria longuement puis elle
s'évanouit, s'effondrant dans ses liens. Elle ne vit pas
ce qui était advenu de son minuscule organe.
Tandis qu'elle reprenait lentement ses esprits,
les Indiens retirèrent la barre transversale inférieure.
Ils commencèrent également à empiler des bâtons et
des branches entre les jambes d'Elisabeth jusqu'à ce
que la pile atteigne ses genoux.
Quand Elisabeth fut tout à consciente, le chef
donna un ordre. Deux guerriers se dirigèrent vers le
petit feu et choisirent des branches enflammées. Ils
s'approchèrent d'Elisabeth, tenant haut les pieux
flamboyant. Ils passèrent derrière elle. Ils appliquèrent
les torches sur la pile de bois entre ses jambes. Le
feu prit rapidement. Soudain, elle sentit des mains
écarter ses fesses. En réalisant ce qui allait se
produire, elle poussa un hurlement sauvage. Une des

torches flamboyantes fut poussée dans son anus.Un moment plus tard,
l'autre fut enfoncée dans son vagin. Les guerriers faisaient
attention à pousser les bâtons sans éteindre les flammes.
Avec la douleur abominable entre ses jambes des flammes qui léchaient ses
parties intimes ,elle ne se rendit pas compte que des mains saisissaient ses
cheveux, tirant sa tête en arrière et qu'un couteau découpait une incision,
déchirant profondément son cuir chevelu pour scalper sa longue chevelure
blonde.
La douleur était à son paroxisme, son corps n'était que souffrances infinis.
elle n'avait plus de seins ,plus de parties intimes et sans cheveux.
Elle était couverte de sang.
Elle espérait seulement que le feu qui léchait ses jambes, ses
fesses et sa vulve, augmenterait et la consumerait
rapidement pour mettre fin à son calvaire.
Mais les indiens étaient sadiques et ils voulaient que
la femme blanche meure lentement.Effectivement pendant des heures
Elizabeth hurla dans le camp,se tordit dans ses liens sans effet,le feu
lentement la dévorait,elle poussa des cris qui firent frissonner les indiens
tant ils étaient devenus inhumains.
Ses beaux yeux bleus étaient révulsés de souffrance, elle demanda de
nombreuses fois qu'on l'achéve pour arreter ses souffrances mais les femmes indiennes voulaient la laisser souffrir jusqu'à sa mort.
Son supplice dura toute l'aprés midi;elle mourut d'épuisement dans la soirée
sans cris n'ayant plus de voix pour crier sa douleur infini.
Le lendemain, après un sévère engagement avec les indiens hostiles,
une force combinée de militaires de carrière et de miliciens entra dans
le village abandonné.
Charles Kempton, un sergent de la milice,découvra  le superbe corps nu
torturé d'Elizabeth était encore attaché aux poteaux, écartelé sans vie.
Son visage trahissait encore l'horreur du supplice.
Elle était morte certainement dans un ultime long hurlement,ses yeux
étaient exhorbités et sa bouche grande ouverte quand il lui redressa sa tête
chauve tombée sur sa poitrine mutilée.
Ses cuisses étaient couvertes du sang de son sexe et le l'anus torturés.
Il frissonna en pensant à ce qu'avait pu etre ses supplices.
En fouillant les teepees un régulier lui  apporta le scalp de cheveux blonds
d'Elizabeth.
Par pamela - Publié dans : tortures
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 septembre 2 14 /09 /Sep 09:40

 

 

 

 

    La pluie battait fort dans cette soirée d'été sur cette route isolée. La pluie était cependant chaude.Mes deux filles et moi étionsPam femme en cellule épuisées car on s'était perdue au cours de cette randonnée en montagne.Enfin j'aperçus les phares d'une voiture.Je me levais toute mouillée pour faire signe,mon tee shirt me collait et devait dessiner mes courbes et mes seins aux tétons dressés par la fraicheur, ma petite jupe me collait aux fesses.Le conducteur allait avoir une surprise de trouver en ce lieu trois femmes épuisées demandant du secours.

C'était en fait une camionnette conduite par une femme qui s'arrêtât aussitôt en nous voyant.

Nous ne devions pas être trop belles à voir toutes les trois avec cette pluie qui nous avait surpris et mouillées nos vêtements légers.

 

                                                                           I/ LA RENCONTRE

 

La blonde très jolie sortit aussitôt pour ouvrir les portes du véhicule.Je remarquais dans son dégagement gracieux de son siége ses jambes superbement galbées ,elle portait des hauts talons vernis noirs avec un tailleur noir trés strict mais chic dont la jupe droite courte mettait ses courbes en valeur.

"Venez ,dit-elle,j'habite avec des copines dans un château à quelques kilomètres"

Je ne demandais pas mon compte et acceptais trop heureuse de trouver de quoi nous abriter et nous changer.


Je ne savais pas que cela allait changer notre vie à moi et mes deux filles de nous retrouver prisonniéres pour les vingt années suivantes dans ce chateau.

 

Nous allions connaitre toutes les tortures réservées aux femmes.Je ne savais pas que la résistance physique d'une femme permettait de supporter les pires sévices surtout sexuels inventés par les hommes pour satifaire leurs bas instincts.


LA VENTE AUX MARCHE AUX ESCLAVES BLANCHES

 

Depuis aprés notre dressage nous avons été vendues comme esclaves depuis quelques années, moi et mes filles, dans un marché aux esclaves blanches en arabie à un maître.

pamela esclve 01Notre nouveau maitre est trés exigeant.Nous sommes continuellement enchainées jour et nuit sauf en quelques circonstances définies par notre maitre.

Les lévres de nos clitoris ont grossi ainsi que nos seins qui ont augmenté de volume pendant notre captivité à la suite de tous nos supplices et sévices sexuels.

Nous faisons toutes maintenant du 90 C.

J'étais si pudique avec mes filles avant notre captivité.

Maintenant nous n'avons plus de pudeur à la suite des traitements qui nous étaient infligés nues.

Je connais toute l'intimité de mes filles et elles aussi.Elles m'ont sucée,nettoyée ma cyprine qui coulait entre mes cuisses pendant les supplices.

Elles savent me déclencher avec mon clitoris turgescent des orgasmes foudroyants qui me raidissent le corps pour le plus grand plaisir de notre maitre.

0010aNos bras sont déformés par les monogants que nous avons portés de longues années,coudes serrés dans le dos et mains liées ensemble avec collier de soumission et souvent un baillon boule pour étouffer nos cris.

pamela-sclave-02-copie-1.jpg

 

Les corsets portés depuis des années nous ont affiné nos tailles et effacé nos ventres.

Mais au prix de douleurs infernales.Mes filles et moi nous nous tordions sur le sol de notre cellule à chaque resserrage.

 

Aucun répit ne nous a été accordé la premiére année jusqu'à ce que Pamela juge nos tailles, nos seins et nos fesses à son goût.

 

Je doit dire que le résultat a été atteint et nous étions devenues trois belles salopes. aux seins généreux et saillants avec une taille fine et des fesses rebondies.


Mon maitre aime m'attacher par les bras, spécialement retournés dans le dos, pour que je ressente comme il dit ma condition d'esclave.Je suis souvent ainsi attachée dans l'une des piéces de la vaste demeure lorsqu'il sort en ville.

C'est infernal les attentes de son retour.Je n'ai jamais pu me libérer de cette position.

Tous les jours il empale l'une d'entre nous dans la salle des tortures.Un gode de taille importante est fiché dans le sol et nous devons le satisfaire en nous mettant au dessus.Il le régle ensuite pour s'enfoncer dans nos vagins d'une vingtaine de centimétres, excluant toute possibilité de s'en dégager en levant les jambes ou s'appuyeant sur nos pauvres  bras rendus déja douloureux par cette position.Nous n'en avons jamais eu le courage.

Perchées sur nos hauts talons nous tournoyons de souffrance autour de ce pieu enfoncé dans notre corps, les bras retournés dans le dos la jounée en attendant la délivrance.

Nous ne devions surtout pas fléchir les jambes car en baissant le bassin le gode s'enfonce plus profondément  touchant le fond délicat de nos vagins.Cela déclenchait des douleurs infernales dans nos ventres.

S'il jugeait en plus que nous avions désobéi, la torture était augmentait en nous mettant un collier  à notre cou relié par chaine au sol pour nous tirer le corps paralléle au sol .Nous sortions brisées de ce supplice qui nous courbait le dos,tirait nos bras tendus vers l'arriére sans espoir de s'en dégager, tout en faisant des efforts inhumains pour éviter de s'empaler plus profondément par la fatigue imposée.La tension dans les jambes que nous devions maintenir bien droites perchées de plus sur nos hauts talons entrainait des tremblements incontrolés des muscles.

Nous hurlons de souffrance en suppliant  d'arrêter le supplice mais il attend comme Pamela souvent trés longtemps avant de nous détacher par sadisme.

pamela-torture.jpg

pamela-torture1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il aime m'avoir dans le salon à sa vue et me regarder me tordre devant lui pour son plaisir dans des tenues sexy et fétichiste.

 

Quant à mes filles il les attachent souvent ensemble et elles doivent s'exciter jusqu'à lorgasme en se frottant les clitoris.

Cela dure le temps pour notre maitre de jouir en nous regardant moi  de raler de douleur dans les épaules et mes filles de se convulser dans des orgasmes à répétition.

 

80450613_p.gif  

 

 

 

  79112184_p.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre vente au marché aux esclaves a rapporté une belle somme d'argent à Pamela car beaucoup voulait m'avoir avec mes filles


Il faut dire que Pamela m'avait exposée en corset serre-taille avec string, bas, soutien gorge seins nus ,hauts talons vernis noirs et baillonée écartelée par les bras à la poutre du portique.


Ma premiére fille se tordait écartelée nue pendue au bout de ses chaines,un collier lui rejetait la tête en arriére la forçant à mieux dévoiler ses seins et son sexe aux acheteurs.

 

 

 

pam-5.jpgpam-6.jpg

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon autre fille était exposée comme les autres esclaves,en serre taille, comme moi, mais sexe nu avec armbinder.

Le raffinement constituait à offrir la vue du vagin aux acheteurs par "le pont d'amour" constitué de pinces aux grandes lévres maintenuesécartées par un bois trés ffexible.Pendue par ses cheveux elle tournoyait en vain sur elle même cambrée sur ses hauts talons pour essayer d'échapper aux douleurs de la position ainsi qu'à la tension sur les mamelons exercés par les poids.

 

InfernalRestraints - 2010-11-05 - Ingenue - 314, Pd, Sister   InfernalRestraints---2010-11-05---Ingenue---314--P-copie-1.jpg                                                                            

        Le "pont d'amour"diabolique ouvrant les grandes lévres pour découvrir les petites lévres et l'entrée vaginale chez l'esclave pour les acheteurs ainsi que le clitoris et l'uretre.                                                                       

 

 

 

 

   

 

Le spectacle de nos corps ainsi exposés pendant toute une journée excita beaucoup les acheteurs et les enchéres le soir montérent trés hauts à la satisfaction de Pamela.

  

 

 

 

 

                                                                                               II  LE CHATEAU

   

L'arrivée au château fut rapide.C'était un style médieval assez austére avec encore son pont levis et ses murs défensifs.

Un coup de klaxon fit s'ouvrir la lourde porte et le pont s'abaissa dans un bruit de chaines.Deux blondes,ce qu'il me sembla apparurent aussi glamour que notre conductrice.Je me demandais ce qu'elles faisait toutes là.Mais j'étais trop fatiguée  pour y répondre.Nous entrames dans la grande cour dominé par une tour qui devait etre le donjon.je me souviens avoir vu comme dans les images du moyen age des estrades,avec des portiques,des poteaux et piloris avec des chaines pendantes;j'en frissonnais.Mais Pamela notre conductrice nous rassura en disant que cela faisait parti du décor...Nous nous dirigeâmes dans une petite salle à manger et l'une des blondes nous servit une grande assiétte de soupe qui était la bienvenue .

 

Pamela nous dit qu'elle nous mènera vers nos chambres après notre repas.

 

                                                                                     III  LE REVEIL

Après je ne me souviens plus de rien mais je me réveillais avec mes deux filles dans une cellule attachées toutes les trois nues.

Dans le couloir des bruits de hauts talons,de chaînes et des cris parfois résonnaient sous les voûtes.

        Pam pendue en cellule 01                                                          Pam-esclave-attachee-au-sol-02.jpg

                                       

Ma cadette,Isabelle,attachée,baillonnée et engodée             Mon ainée,Ursula, mains liées dans le dos.                                                                                                                       

Pam-exposee-en-cellule-02.jpg

                  Pam-exposee-en-cellule.jpg

                               

Moi,Florence,offerte attachée avec mon buttplug

 

J'étais offerte cuisses écartées,attachée par des cordes à une petite croix ,les bras tirés en haut et mains attachées au dessus de ma tête,bâillon boule dans la bouche et cuisses maintenues relevées par des cordes fixées aux genoux et aux chevilles aux extremités de la poutre horizontale de la croix.On m'avait mis un buttplug de bonne taille qui m'écartelait mon anus et appuyait sur mon utérus.

 

Isabelle était en face de moi, attachée de façon sadique,elle pouvait se trémousser et ramper sur le sol mais restait prisonnière de ses liens.Un bâillon lui interdisait de parler et je s'aperçut avec horreur pendant qu'elle se tordait d'impuissance au sol,qu'elle avait aussi deux godes ,un dans le vagin et l'autre dans l'anus, maintenus en place par des cordes passées à la taille .


 Ursula était elle pendue à coté de sa soeur, les poignets attachés dans le dos et reliés à une chaine fixée au plafond.Elle était perchée sur un billot de bois qui l'obligeait à rester immobile sinon elle se retrouvait pendue douloureusement par les bras retournés dans le dos.Elle avait un bandeau sur les yeux.


"Maman pitié j'ai mal,délivre moi,je t'en supplie.C'est horrible je suis nue sans défense"me disait Ursula

Je ne pouvais lui répondre que par des sons inaudibles.Je pensais que nous devions être prisonnières d'un sadique certainement et que nous ne pouvions qu'attendre ce qu'il nous réservait.

Moi qui était trés pudique comme mes deux filles j'étais affolée de notre condition.

Dans un angle obscur de la cellule j'entendis un gémissement.

Je m'aperçus de la présence d'une femme dans une cage.Elle était recroquevillée,enchaînée aux pieds et aux mains.

 

Pam-cage-a-femme.jpg

"Oh ma pauvre vous êtes dans un château maudit.Cela fait 10 ans que je suis retenue ici avec 7 autres femmes.On est prisonnière de 4 transsexuelles qui se livrent sur nous à des sévices régulièrement et nous traitent comme des esclaves sexuelles.Mon corps est devenu d'une sensibilité extrême.Je ne savais pas que mes seins ou mon sexe me feraient réagir comme cela,c'est infernal d'être une femme ici.

  Je vous plains car la première année est très dure.Vous allez être nue ou en sous vêtements uniquement et hauts talons pour vous déplacer.Vous devrez constamment exposer vos corps avec des contraintes diaboliques.Vous les découvrirez suffisamment tôt.Vous êtes belles toutes les trois,elles vont s'occuper de vous mes pauvres.

Les cris que vous entendez sont ceux de la jeune Constance peut-être de jouissance ou de douleur.Elles la punissent depuis plusiers jours pour désobéiance."

Je ne pus répondre que par un grognement,affolée à ce qu'elle me disait;mes deux filles pleuraient en se tordant dans leurs liens.

 

                                                                          IV  LA VISITE DE PAMELA

 

La clé grinça dans la serrure et Pamela entra.Elle était vêtue d'un soutien gorge bandeau léopard qui lui faisait saillir ses beaux seins,d'une gaine ouverte assortie noir et léopard avec string noir,8 jarretelles tendaient des bas noirs couture.Elle marchait avec grace sur des escarpins à hauts talons noirs vernis qui lui faisait flotter ses longs cheveux blonds.Elle portait un fouet roulé dans la main droite et tenait en laisse de la main gauche un beau berger allemand.

"Alors mes belles vous avez passé une bonne nuit.Vous êtes maintenant mes prisonnières.J'ai toujours rêvé d'avoir une mère et ses filles.On va pouvoir faire des expériences....."dit-elle avec un sourire narquois.

J'en frissonnais et mes filles commencèrent à pleurer et supplier tandis que le chien allait de l'une à l'autre en humant nos parties génitales.

"On va déjà voir qui est la plus résistante"

Elle déplia le fouet et l'abattit avec force sur Ursula qui surprise poussa un hurlement atroce.Jamais ma fille n'avait hurler de douleur de cette façon.Je me tordais d'impuissance dans mes liens cherchant à me protéger sans résultat car mon cri fut étouffé par le baillon dans lequel j'enfonçais mes dents .Isabelle se tortillait sur le sol pour s'échapper mais le fouet lui zébra le ventre et la douleur la fit se raidir dans ses liens et elle roula sur le sol pour se calmer,ses cris étouffés par le bâillon.

"C'est bien,dit Pamela,vous criez bien,je vais vous dresser.Mais j'ai un petit problème de place dans les cachots.Une femme doit mourir,eh oui,ce sera toi Florence qui la choisira au cours du repas.Vous assisterez toutes à sa longue agonie.La dernière a mis prés de deux mois pour mourir dans des souffrances extrêmes.Je vous laisse avec Rex qui adore les femmes.Vous allez le faire bander,c'est un bon "amant" vous verrez quand il vous possédera.Vos orgasmes seront sans pareil....."

Pamela repartit avec grâce en balançant son bassin de façon languissante.Je pleurais avec mes filles impuissante et affolée de ce qui allait se passer.

Le chien tourna dans la cellule puis s'intéressa plus à moi qui était cuisses ouvertes.Il commençait à bander en me léchant le sexe.Il mordillait mon clitoris pour le faire se raidir et se gonfler.Sa queue devenait semblable à celle d'un homme.

Une fois que j'étais excitée,ma chatte bien mouillée de cyprine,il se dressa et mis ses pattes avant sur mes épaules,je sentais son souffle et bientôt sa queue à l'entrée de mon vagin.Il commença son va et vient..Mon dieu ,me dis-je,ce n'est pas possible.

Je gémis dans mon bâillon quand il s'enfonça d'un coup.Il était tellement excité que nous étions soudés par ses boules qui avaient gonflées dans mon vagin et empechaient de sortir.Je fus submergée d'un orgasme incontrôlable.

Je sentis des giclés de sperme pendant que je jouissais en continu ainsi offerte et attachée.Je perdis connaissance devant l'intensité des orgasmes.

Pamela revint au bout d'un temps infini pour me séparer de Rex.Il y eut un bruit de succion et aussitot un mélange de sperme et de cyprine s'écoula de mon sexe ouvert.J'étais épuisée.

"C'est bien,dit Pamela,il t'adore,il en tremble encore sur ses pattes"

Puis elle nous détacha en prenant la précaution de nous entraver les mains dans le dos et les pieds par des chaines reliées entre elles.Nous ne pouvions faire que des petits pas avec mes filles.Nous mettions en final les escarpins à hauts talons apportés par Pamela.

"Je vais vous faire visiter votre nouvelle demeure" nous dit-elle en riant.

 

                                                                          V  VISITE DES CELLULES

 

Elle nous fixa un collier métallique autour du cou et nous tira comme des chiennes toutes les trois hors de la cellule dans le couloir du château.

 Une quinzaine de porte s'ouvraient sur ce couloir.Des gémissements et parfois de longs cris résonnaient sous les voutes.

"Elles s'éveillent,dit pamela,elles attendent....."

Elle ouvrit une porte et on eut un mouvement de recul.

Pam-ecartelee-01a.jpg

Une  jeune femme nue était écartelée entre des poteaux devant sa cage,un baillon lui remplissait la bouche déformée.

Son corps était superbe,zébré cependant sur le ventre et haut des cuisses de traces de coups de fouet.

Elle essaya en vain de parler,des larmes de douleur coulaient sur ses joues.

"Douce nuit,n'est ce pas, Catherine"dit Pamela à la suppliciée qui l'implorait du regard de la détacher.

"Tu sauras comme cela qu'il faut m'obeir,courage encore deux nuits de punition.Tu vas avoir ton petit déjeuner avec ta maitresse"en lui montrant le seau dans lequel la pauvre avait uriné pendant la nuit."C'est bon pour le teint hah hah hah......."

La jeune femme remua la tête les yeux appeurés.

"Venez ,laissons Catherine au dressage de sa maitresse.Je vais vous montrer Sylvie qui est à la traite"

Nous n'avons pas sur le moment compris mais dans la salle suivante l'expression a pris tout son sens.

   

Enchainée sur une chaise une femme d'environ 40 ans était  nue.Des suceurs étaient prêts à être fixés sur les mamelons gonflés de ses seins opulents pour lui soutirer du lait.

"Je n'en peux plus Pamela,arrete la machine je t'en supplie,je ferai tout ce que tu voudras"

Pamela nous expliqua qu'elle voulait avoir toujours dans ses esclaves une femme qui allaitait aprés avoir donné naissance à un enfant dans une salle d'accouchement trés spéciale.

Les femmes accouchait dans la douleur pendant des heures attachées à la table,les cuisses relevées et écartées.

Aprés l'accouchement les montées de lait étaient activées par la succion des appareils.L'esclave désignée était bien nourrie pour obtenir pendant deux ans du lait maternel.Elle restait cependant toujours enchainée mais avec moins de tortures que les autres.

"Pamela haaaaaaaaaaaaaah"hurla Sylvie .

Pam torture sur chaise souffrance extreme

Pam-torture-sur-chaise-souffrance-extreme01.jpg

                                   

Elle fut prise de convulsions devant nous,un gode enfoncé dans le vagin lui délivrait des décharges élestriques;chaque impulsion  automatique et aléatoire lui déclenchait ces réactions.Un orgasme incroyable lui secouait le corps mais la femme immobilisée hurlait sa jouissance et sa souffrance en même temps.

Pamela nous montra son clitoris turgescent.

Chaque allaitement était précédé ainsi par ses scéances de jouissance qui permettait de receuillir la cyprine intime pour être mélangée au lait féminin donné aux maitresses à leur déjeuner.

Nous partimes mais je ne pouvais m'empêcher de regarder cette femme attachée su cette chaise spéciale se tordre en hurlant dans des convulsions infernales lui donnant ce clitoris gonflé rouge vif et excité à l'extreme;la cyprine jaillissait  maintenant par sacccades à chaque orgasme devenu incontrolable.

"Je vais vous montrer le mur des souffrances et le présentoir à femme dans la salle suivante"dit Pamela

Elle nous indiqua une construction en bois constituée de deux poteaux hauts de 2 métres munis de rails dans lesquelles coulissaient  d'épais madriers munis pour certains de tous plus ou moins gros.Ils étaient espacés d'environ 2 métres.

 

Pam-mur-a-femme-01.jpg

Pam-presentoir-a-femme-04a.jpg

                                     

"J'aime cette invention"dit Pamela"On peux immobiliser un corps en passant dans les trous des parties du corps féminin.Les petits trous sont pour les poignets, les bras ou les chevilles ,le moyen pour le cou et le gros pour la taille.

"Tenez on améne Ursula qui est punie ,vous allez voir"

Ursula arriva, tenue en laisse par une maitresse, chaussée de mules à hauts talons et en nuisette noire laissant voir sa nudité et des formes superbes.

Pamela souleva les panneaux centraux.Ursula se courba et les panneaux se refermérent sur sa taille.Elle avait moitié du corps d'un coté et moitié de l'autre.Pamela souleva des panneaux supérieursen lui ramenant les bras en arriére pour les emprisonner aux niveau des coudes.Pamela termina en lui mettant  un masque à laniére équipé d'un anneau qui arondissait la bouche de la malheureuse.Elle relia ce masque à une corde qui passait sur un anneau du plafond et pour redescendre se fixer à un crochet qu'elle enfonça dans l'anus offert .En tendant la corde elle lui redressait la tête et en même temps elle cambrait ses fesses et ses seins involontairement.

La vue était excitante d'Ursula maintenue sans défense dans ce mur des souffrances.Je mouillais involontairement

La maitresse était revenue avec un fouet.Elle se plaça derriére et lui appliqua une cinglée de 5 coups qui lui marquérent de rouge ses globes fessiers bien cambrés.Ursula hurla longuement sans pratiquement pouvoir bouger si ce n'est ses mains qui se contractaient sous l'effet de la douleur.

"Partons ,dit Pamela, laissons la,sa journée sera longue.Vous entendrez ses cris aujourd'hui.Je me demande qui des filles ou de la mére sera la plus résistante,je suis impatiente de vous y voir,hah hah"

Dans un bruit de chaines nous sortimes angoissées de cette vue en nous demandant comment nous réagirons sous la douleur.

Insex---810-Pregnant6.jpg Dans la cellule voisine se trouvait Monique.La jeune femme enceinte était couchée sur le sol,nue dans des cordes qui lui maintenaient le haut du corps les bras retournés en arriére offrant sa poitrine opulente et son ventre rond à ses maitresses. annoncant une naissance prochaine.

Elle sera destinée aprés la naissance de prendre le relai de Laeticia pour donner son lait maternel à son tour.Ses seins étaient bien gonflés et laissaient supposer qu'elle produirait de bonnne quantité de lait.

 

  Les tortures de Laeticia étaient d'une cruauté extreme.Son lait était  soutiré plusieurs fois par jour dans des conditions Insex---Lactating---Slave-Girl-Tied-Up-Milked8.jpg

Insex - Lactating - Slave Girl Tied Up Milked

                       

trés dures.

Mais Pamela nous tira toutes les trois dans notre cellule pour la préparation de la journée.

"Vous allez être mises au régime pour effacer ces petits ventre.J'ai une bonne recette avec le port de corset qui vous redonnerront une taille de guêpe...."

Pam toilette de soumiseUne maitresse arriva pour la toilette avec une chaise particuliére.Elle me mis d'abord un baillon en forme d'anneau dans la bouche pour la maintenir grande ouverte.

Puis elle serra la base de chaque sein avec une cordelette .Elle fit plusieurs tours pour me les faire saillir trés durs.Puis elle me fit mettre assise en écartant les cuisses pour les fixer dans des supports qu'elle referma et me fixa les chevilles aux montants.Elle fit de même avec le cou les avants bras et les poignets ramenés dans le dos.Elle tira sur les cotés mes seins pour finir ,j'en pouvais plus je hurlais de douleur.J'étais totalement offerte nue sans défense pour la douche.

Mes filles subirent le même sort .

       

Pamela aimait les blondes aux gros seins.J'allais le savoir à mes dépens ,torturée devant mes filles ou les autres esclaves.Les pendaisons et les écartelements souvent nue était ses prélidections.

Je me suis apperçue qu'Il faut peu de choses pour immobiliser une femme,des barres aux pieds et aux mains ,une poulie sous une poutre et vous étes sans défence,soumise au fouet ou masturbée.

blonde-gros-seins-ecartelee-01.jpg 20111014-121307.JPG

                                     

                                                                             VI  LES REPAS

 

Les repas étaient pris dans la grande salle du chateau.Une table épaisse en chêne tronait au milieu avec au pourtour 10  chaises trés spéciales constituées d'un poteau d'environ1.50 m comme dossier et de deux tubes carrés écartés à angle droit avec des pietements reposant au sol.Divers anneaux étaient soudés et fixés sur les tubes et le poteau avec des sangles prêtes à fixer des corps.Le poteau disposait d'un large collier métallique qui pouvait se serrer à volonté autour du cou d'une suppliciée à l'aide d'une vis munie d'un volant.

A chaque extremité se trouvait de plus un crucifix d'un coté et une croix de saint andré mobile autour de l'autre qui attendaient leurs suppliciées.

Nous avons été effrayées mes filles et moi par cette salle lugubre,je mouillais de peur.On allait effectivement la connaitre à nos dépens au cours de ces longues années

Chaque soir était choisie une femme pour être mise en croix.

Le rituel était le même impitoyable:une fois désignée on devait se présenter nue en hauts talons parfaitement épilée,baillonnée pour le petit déjeuner du jour suivant.L'une de maitresse nous mettait alors une épaisse cagoule en latex munie de juste deux petits trous pour respirer.Nous n'avions plus aucun contact avec l'extérieur.Pamela nous poussait sur la place de notre supplice.

100.jpg 09

                             

La fille précédente était d'abord descendue de la croix,en général évanouie de douleur.Les maitresses nous mettaient des bracelets de cuirs aux poignets et aux chevilles et nous fixaient sur la croix.Nos pieds reposaient parfois sur des petits reposoirs pour nous permettre un appui précaire qui augmentait l'horreur de notre supplice.

Des sangles aux guenoux,à la taille,aux épaules et à la taille achevaient de maintenir notre corps pour que malgré l'épuisement nous restions bien en place.Cette position durait toute une journée et une nuit, souvent réveillée par les coups de fouet qui nous zébraient les hanches ou le ventre.Au bout d'une journée nous étions épuisées et l'évanouissement était notre salut pour quelques instants.J'ai cru mourir à chaque fois,impuissante,souffrant le martyr sans pouvoir crier ou supplier du à l'étouffement progressif lié à l'étirement des bras.

 

                                                                            V LE CHOIX

 

Une semaine aprés notre arrivée Pamela nous annonça lors d'un repas que l'une des filles devait nous céder sa cellule.

Elle précisa que j'allais tirer au sort laquelle serait choisie et mise à mort au cours de longues séances de supplices.

J'étais terrifiée et glacée de la situation; les autres filles suppliérent Pamela de ne pas réaliser ce projet.

Mais rien n'y fit.Pamela amena une boite avec tous les noms et me fit signe de tirer un nom.Je me mis à pleurer et à refuser.Pamela alla vers ma fille Isabelle qui était immobilisée sur sa chaise et commença à serrer le collier de son cou.

Elle me regarda effrayée essaya de crier mais le serrage était déja assez fort et aucun son ne sortit de sa gorge.Je devais choisir si je ne voulais pas assister à l'étranglement de ma fille.

Finalement je pris un nom dans la boite et je désignais Agnés pour ce supplice à mort, une belle brune aux longs cheveux.

Bien qu'attachée sur son siége comme nous toutes sa réaction fut violente suppliant Pamela de l'épargner.

Sur un signe les maitresses vinrent la prendre lui enlever son soutien gorge et son string mais lui laissérent ses bas jarretiére et ses escarpins à hauts talons qui lui cambraient magnifiquement ses reins.

Elle fut attachée par les poignets au dessus de sa tête à une chaine pendante du plafond pour la nuit.

arton308-copie-1.jpg Pamela lui mis un baillon boule pour étouffer ses cris et ses pleurs ainsi que des pinces avec des poids aux seins pour la préparer aux prochains supplices des semaines à venir.

Nous regardions toutes fascinées Agnés se balançer nue en tournant sur elle même  au bout de ses chaines cherchant un appui précaire perchée sur ses escarpins, la peur au ventre pour nous toutes d'etre à sa place la prochaine fois.

Agnés ,elle, savait qu'elle ne regagnerait jamais plus sa cellule,la période de ses souffrances allait commencer en nudité intégrale comme l'exigeait Pamela.

Son souhait est que Pamela lui abrége les souffrances lors de sa crucifiction.

Pamela prit un fouet et commença une flagellation de ses cuisses et remonta vers son sexe,ses fesses, son ventre et termina par les seins.De fines striures qui perlaient de sang apparaissaient sur la peau d'Agnés;ses cris étaient étouffés par le baillon mais au vu de ses réactions violentes la douleur devait être intense.

Au bout d'une vingtaine de coups de fouet Pamela l'abandonna toute pantelante,ses jambes ne la supportaient plus,seuls ses poignets la tenaient debout.

.Elle allait rester ainsi toute la nuit.

Je repartais toute frisonnante dans ma nouvelle cellule abandonnée par Agnés avec mes filles.Nous quittames la salle avec la vision d'Agnés tête rejetée en arriére,salivant abondamment ,les jambes pliées sous elle,sans force,son corps strié des traces laissées par les laniéres du fouet..

Son calvaire ne faisait que commencer et se terminerait avec sa mort plus ou moins rapide selon sa résistance à la douleur des supplices que lui préparait Pamela.

Les autre filles me dirent dans l'aprés midi que cela pouvait durer des semaines comme pour les autres suppliciées qui demandaient à la fin de les faire mourir rapidement, ne supportant plus les souffrances.

C'était horrible à voir et entendre car Pamela nous obligeait lors des repas à manger en assistant aux supplices de la condamnée sur l'estrade en bout de salle. .

 Agnés a été clouée vivante devant nous dans la salle des repas sur la croix et elle est morte aprés une semaine de souffrances extremes et une agonie lente sans que ses suppliques pour la tuer ne soient exhausées.Les autres esclaves souhaitaient sa mort rapide car le chateau résonnait de ses cris par moments inhumains.

J'étais chargé avec mes filles de donner à manger et à boire à Agnés pour lui prolonger le supplice.

Pamela par sadisme pour faire durer ses souffrances avait installé sur le poteau un reposoir incliné sur lequel les pieds ensemble étaient cloués.Mais un autre reposoir supportait deux godes de belles dimensions sur lequel Agnés s'asseyait par épuisement, s'empalant à la fois le vagin et l'anus.

Ces dispositifs diaboliques lui évitait l'étouffement trop vite.Ainsi elle tirait sur ses bras et se repoussait avec les pieds pour respirer provoquant une sortie de 10 cm des godes puis la douleur insupportable provoquée par les clous enfoncés dans ses poignets et ses pieds iradiait son corps pris de tremblement et elle retombait en s'empalant de nouveau sur les godes.

Ce va et vient provoquait réguliérement des orgasmes de douleurs et de plaisir sadomasochiste  à Agnés.Mais les jours passant Agnés avait de moins en moins de force s'étouffant progressivement.Du fait de ses repas elle urinait réguliérement de sa croix ainsi que des selles difficile à sortir du fait du gode dans l'anus augmentant ses douleurs dans le ventre.Elle les soulageait en tirant sur ses bras au début pour faire sortir les matiéres fécales car le gode avait une forme conique.A la fin elle gémissait continuellement ponctué de hurlements atroces.

Elle s'est affaissée une nuit  au bout de 10 jours de souffrance et est morte au petit matin quand je lui apportais le petit déjeuner.Je me souviendrais toujours de son regard tandis qu'elle essayait de me dire des paroles en se soulevant une derniére fois mais les forces l'ont abandonnée et elle s'est retrouvée la tête sur le coté ,bouche grande ouverte,ses longs cheveux blonds couvrant un de ses seins,le corps en avant retenue par ses bras retournés cloués en arriére sur la poutre au dessus d'elle.

 

 

                                                                VI LE SOUS SOL INTERDIT 

  

  PonyGirl_11.jpg336417.jpg

.

     

      


                     

Le chateau possédait une annexe réservée à Pamela et aux maitresses pour pratiquer des supplices sexuels raffinés de cruauté sur les prisonniéres soit par simple motif de désobéissance ou par pur sadisme.

 

Les femmes en parlaient à demi mots en frissonnant à cette idée tant elles avaient souffert et en même temps joui dans les cachots et les salles de torture.

Tous les instruments de l'Inquisition y étaient représenéts: les croix, les piloris, les bancs d'étirement, les chevalets, les portiques, les roues, les poteaux et bien d'autres accessoires.   arton984.jpg

Toutes nous allions à l'annexe à un moment ou un autre selon les humeurs de Pamela pour des temps plus on moins longs.Parfois certaines y sont restées plusieurs années.

Le raffinement des supplices faisaient frissonner toutes les femmes tant elles souffraient tout en jouissant à l'extreme dans des jeux trés pervers.

J'y suis restée un an la premiére fois  et deux ans la seconde fois toujours avec mes deux filles car Pamela voulait savoir qui résistait le mieux aux tortures ou qui jouissait le mieux.

Mainenant nous ne pouvons plus faire l'amour normalement.J'ai besoin d'être entravée et mieux d'être torturée avant.

 fem4.jpgNous avons été écartelées entre des poteaux, pendues par les poignets et les pieds jusqu'à l'évanouissement.

Le pire était la pendaison par les pieds.Pamela aimait manger avec une de ses esclaves ainsi torturée.

Pour ne pas nous voir et étouffer nos cris elle pouvait nous mettre une cagoule fermée.

Elle jouisssait du spectacle des corps nues de ses esclaves se tordant par les pieds.

Parfois nos mains étaient enchainées et reliées à un anneau au sol pour nous empêcher de nous servir de nos bras et de détacher la cagoule.

14m.jpgParfois nos bras étaient ramanés dans le dos les poignets tirés vers la nuque,des cordes serraient nos bras et faisaient saillir nos seins.

Notre corps était ainsi mieux mis à sa disposition et son "dessert" consistait à nous masturber et provoquer des orgasmes qui nous convulsaient.

  

L'essentiel du temps dans l'annexe nous étions simplement en hauts talons et bas jarretiéres,parfois en corset sans soutien gorge ni string mais toujours nues pour les supplices .

 

 

 cruci2-copie-1.jpg Les crucifictions étaient longues et douloureuses.A l'exception des condamnées à mort,nous n'étions pas clouées vivantes sur la croix.

Des sangles en cuir reliées par des chaines nous maintenaient sur la croix.

Nous pouvions prendre appui sur les chaines des pieds pour nous soulever et soulager la tension dans les bras, facilitant la respiration.

Ces contortions de nos corps nus excitaient beaucoup nos maitresses qui se masturbaient en nous regardant

    Le supplice était accompagné souvent d'une flagellation de notre corps surtout les seins ,le ventre et le sexe.J'ai uriné d'excitation sur la croix suite à ces douleurs devant mes maitresses ce qui a provoqué des punitions supplémentaires. 

J'ai hurlé, comme mes filles qu'elles me forçaient à regarder, de douleur de ces brulures qui s'ajoutaient à celles de la crucifiction.

Indépendamment de notre volonté dans ces contortions on présentait nos seins en saillie comme notre ventre en écartant nos cuisses dans nos efforts désespérés pour respirer.

Ces séances duraient  de longues heures.Pamela voulait connaitre notre résistance à la douleur.

Personnellement j'ai résisté deux jours avant de m'évanouir tremblante de tous mes membres tétanisés; mes filles à peine une bonne journée.

J'ai jamais vu pendant mon esclavage au chateau aucune femme pouvoir s'échapper de ce supplice.On devait l'endurer selon le bon vouloir de Pamela ou des autres maitresses.

Descendue de la croix je ne pouvais pas marcher pendant plus d'une journée du fait des muscles endoloris

 

Crucifiction+++++,pendaison écartelée et flagellation deCrucifiction------pendaison-ecartelee-et-flagell-copie-1.jpg

                                                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pamela aimait nous supplicier toutes les trois.Elle m'écartelait entre mes filles pendues par les pieds.Lors de ma flagellation en me contractant de douleur je tirais sur les corps de mes fillesce qui les faisait se balancer et acroitre leur douleur ainsi que les miennes quand le balencement des corps me distendaient encore plus.

Rope-Bondage---Hogtied---Preview07.jpg  Rope-Bondage---Hogtied---Preview01.jpg

                                                                              

 

                                                                                       VII NOS TORTURES

 

Nous étions toutes attachées pendant notre séjour parfois dans des conditions trés dures et humiliantes.

Pamela inventait des supplices diaboliques surtout avec mes filles.

 

La table de soumission.

Elle nous mettait en catsuit de résille noire avec des balletboot .Nous avions les jambes largement écartelées bien attachées par des cordes à la table .Pour durcir la punition elle nous attachait les coudes ensemble dans le dos avec les mains tirées vers le haut forçant la suppliciée à se courber.Par sadisme elle nous mettait un baillon boule pour étouffer nos cris et par humiliation finale elle nous maintenait la tête fixée par une corde à la table rendant impossible à la suppliciée de se soulager les bras ou les jambes.

Beaucoup de suppliciées s'évanouissaient de douleur sans un mot.

Descendue de la table nous étaions emmenées dans notre cellule incapable pendant une journée de se tenir debout car les articulations étaient endolories à l'extreme.

Je ne sais comment j'ai pu supporter ces supplices pendant toutes ces longues années ainsi que mes filles dont l'adolescence et leurs jeunes vies de femme ont été cruellement marquées pour toujours par ces supplices sexuels.

 

Houseofgord New Room 237 (House Of Gord, Brought By Nice-BoHouseofgord-New-Room-237--House-Of-Gord--Brought-B-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pamela aimait nous travailler toujours toutes les trois ensemble.

Elle nous laissait de longues heures ainsi attachées en position hogtied ,mors dans la bouche ,têtes relevées et enchainées au mur dans l'attente de nos supllices.

 

                                                                                  VII LA PESEE

 

Le moment de la semaine que nous toutes angoissions étaient la pesée des soumises.

Dés le dimanche soir nous nous préparions car Pamela exigeait que nous soyons les plus séduisantes et sexy possible.Bain,coiffure,manucure épilation et maquillage nous occupaient longuement.

 

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIATION-SLUT0.jpgNous devions nous présenter nue devant Pamela,simplement perchée sur des hauts talons.Les autres maitresses nous menottaient les mains dans le dos avec des chaines aux pieds  pour sortir de nos cellules.Dans une grande salle une dizaine de chaines pendaient des voutes avec des larges colliers de cuir qui nous étaient mis trés tendus autour de nos cous.L'efficacité était terrible car nous étions toutes cambrées sur nos hauts talons pour ne pas s'étrangler. Pamela nous passaient en revue en nous palpant les seins,passant sa main entre nos cuisses pour voir l'état de notre sexe.

 

Le pire était réservé aux poney girl de Pamela qui se trouvaient dans une aile spéciale du chateau.Quand nous arrivions les jeunes débutantes étaient déja présentes sur le sol sévérement corsetées avec cagoules, baillons,sangles de cuir aux chevilles et guenoux, armbinder qui leur ramenait les bras serrés aux coudes dans le dos et balletboots.On ne connaissait pas le visage de ces femmes aux corps superbes qui gémissaient faiblement et réguliérement de douleur.Elles se tordaient en roulant sur le sol  tout en raidissant vainement leurs jambes dus à des décharges électriques aléatoires de godes certainement enfoncés dans leurs orificesInfernalrestraints---Claire-Adams---Bound-thing-022---16.12.jpg

 

Au milieu de la piéce pendait du plafond une "balance" constituée d'un crochet attaché à un ressort.

Pamela avait eu cette idée diabolique et humiliante de nous peser comme des bêtes pendue par les pieds.

Pamela prenait son temps,souvent prés de une demi heure pour le plaisir de nous voir nous tordre au bout de ce crochet et pour nous vérifier sous tous les angles,les seins palpés, les lévres du sexe écartées,le clitoris excité pour une belle saillie rouge.

Si le poids était stable nous recevions 10 coups de laniére de cuir qui nous laissaient des traces rouges plusieurs jours sur les cuisses, le ventre et les seins.Nous hurlions toutes de douleur. On se raidissait et se tordait, excitant encore plus nos maitresses.

Le pire était réservé pour celle d'entre nous qui avait grossi.D'abord elle recevait 25 coups de laniére de cuir qui la laissaient souvent inanimée aprés avoir hurlée sa douleur à l'extreme dans des contortions désespérées pour échapper à la morsure du fouet.Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-2.jpg

Ensuite dépendue elle était emmenée ainsi nue le corps zébré de sillons rouges pour la pose des fers aux poignets,aux mains et au cou.

Pamela lui mettait un corset qu'elle serrait avec délice laissant la suppliciée le souffle court.

La taille ainsi étrangléE,elle lui faisait porter des hauts talons pour améliorer sa cambrure.

Reconduite dans sa cellule la chaine du cou était ensuite fixée à un anneau scellé au mur ne laissant que 2 à 3 métres de liberté pour le coucher.

 

 

 

 

 

 

Le régime ensuite était ignoble ,je l'ai subit plusieurs fois pendant ma longue captivité.J' étais nourrie au sperme de Pamela et des maitresses qui venaient à tour de role dans la cellule.

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-1.jpgJe devais les recevoir à guenoux et les masturber aves ma seule bouche,mes mains toujours enchainées dans mon dos, pour receuillir le sperme qui était ma seule nourriture.

J'arrivais au bout de plusieurs jours à attendre cette "nourriture" avec impatience tant j'avais faim.

Je masturbais bien mes geoliers car je devais tout receuillir.Avec l'expérience je sentais la montée du sperme dans leurs "clitoris"qui se raidissaient dans ma bouche.Le sang battant les verges, là je titilais rapidement l'extrémité du gland pour l'explosion finale.Trés vite j'engouffrais le clitoris en l'aspirant pour avaler les jets de sperme tout chaud.

Ma boisson était constituée de ma propre urine et de celles des autres soumises qui venaient à tour de role me satisfaire.

Je collais ma bouche à leurs sexes et elles m'envoyaient par giclées successives leurs précieux breuvages.

Souvent par sadisme ils ajoutaient à l'horreur de me pendre par les pieds avec mes chaines afin de les sucer la tête en bas.

C'était trés difficile d'avaler ainsi le sperme et je restais souillée  autour de la bouche et sur le corps jusqu'à la toilette de lendemain.

Les périodes des régles ajoutaient à l'horreur de la situation car je n'avais pas droit à des protections.

Infernalrestraints [09-01-16] Kali Kane - HUMILIAT-copie-3Pour éviter d'avoir des traces de sang dans la cellule, la journée un baillon ignoble en metal fixé au mur était enfoncé dans ma bouche m'obligeant à rester collée au mur de la cellule mains et pieds enchainés.

Les geoliers pouvaient m'attacher l'une des jambes latéralement pour mieux me pénétrer si l'envie leur en prenait....ou voir mon sang s'écouler.

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-4.jpg

 

La nuit les geoliers m' enchainaient les pieds et les mains dans le dos dans un lit en forme de bac métallique afin de laisser le sang s'écouler.

 

La tête était prise dans un collier rigide interdisant tout mouvement.Il était réglable soit au niveau du lit la nuit, soit pour" l'alimentation" le matin à 80 cm de haut pour sucer le "clitoris" de Pamela ou des autres en guise de petit déjeuner.

Infernalrestraints--09-01-16--Kali-Kane---HUMILIAT-copie-5.jpg

 

 

 

Le régime était terrible.Les femmes perdaient vite des kilos. Car le sperme n'apportait pas beaucoup de calories.Avec cela les souffrances réguliéres et le port du corset trés serré pour éviter d'avoir faim contribuaient à la perte rapide de poids attendue.

Pamela savait déclencher mes orgasmes rapidement comme pour mes filles .Cuisses écartelées une masturbation de mon clitoris m'amenait à l'orgasme que je ne pouvais controler.

J'étais prise de convultions tout le temps de l'excitation de mon clitoris qui pouvait durer trés longtemps au gout de Pamela.Elle me laissait inconsciente dans mes chaines aprés sa satisfaction de m'avoir entendue hurler et vue me tordre de jouissance devant elle.

Je restais haletante de longues heures avec des soubresauts périodiques de mon corps ainsi excité, la cyprine de mon sexe palpitant s'écoulant le long de mes cuisses.

 

                                                                                          LES PONEY GIRL

Dans le batiment des écuries se trouvaient les poney girl de Pamela et des autres maitresses.

Elles étaient choises parmi les plus belles filles de la région enlevées souvent  dés leurs plus jeunes ages, vers 18/20 ans.

Une dizaine de filles étaient logées dans ces écuries constituées de boxes juxtaposés constitués de grilles qui ne permettaient ancune intimité.

Pamela m'y a entrainée un jour.

J'ai été réveillée de bonne heure pour être préparée pour cette visite.

Aprés mon bain,maquillée et coiffée, Pamela m'apporta bas noirs ,porte jarretelles 12 jarretelles trés fétichiste et vernis noirs hauts talons à brides.J'étais surprise de ne pas avoir de soutien gorge et de string.Pamela m'a répondu que là où j'allais je n'en avais pas besoin. Mon sexe était lisse bien épilée depuis la veille, les gosses lévres bien gonflées et les petites lévres rosées et huilées comme pour les sorties.Mes seins étaient percés par deux anneaux soudés au niveau des mamelons bruns et saillants.

Puis je fus enchainée par des bracelets et chaines chromés,ceinture ajustée à la taille d'où partait deux courtes chaines pour les bracelets des poignets pour m'empêcher de toucher mon sexe ou mes seins,collier avec attache pour laisse et bracelets des chevilles reliés par une courte chaine entre eux.

Ainsi attachée et les attaches verrouillées je ne pouvais pas me sauver.

J'essayais de suivre le mieux possible Pamela qui m'avait mise une laisse mais la chaine des pieds assez courte m'empêchait de faire des grands pas.

Je marchais comme une esclave tête baissée et voyais mes seins se balancer à chaque pas.L'air frais du matin me faisait frissonner.

Je n'allais pas oublier la visite que j'allais faire ce jour là

Pamela m'expliqua en chemin que toutes les filles dont certaines étaient là depuis plus de vingt ans vivaient pratiquement nues. Elles portaient des hauts talons et suivant les cas pouvaient avoir droit à des bas et strings.Les soutien gorges étaient interdits.

Les plus anciennes avaient droit à être habillée en certaines circonstances.

Le régime était strict: nudité intégrale pendant plusieurs années et port de chaines la journée.

La nuit les femmes étaient attachées dans des positions offrant à la vue de leurs gardiennes leur sexe.

Entrainement physique chaque jour à tirer une maitresse dans un sulky à une ou plusieurs toujours en hauts talons ou cuissades.

Pamela poussa une lourde grille du mur d'enceinte et on pris une allée qui menait aux batiment des écuries.Je frissonnait en voyant des rangées de poteaux équipés d'anneaux et de croix qui étaient certainement destinés aux filles pour les punitions ou les soirées de bondage offertes à des initiés qui venaient admirer les corps de femmes se tordant de souffrance dans des supplices décidés par Pamela.

Des manéges étaient installés composés d'un poteau vertical central sur lequel était fixé un long tube d'où pendait une chaine avec un collier. Les filles, mains liées dans le dos, font de l'exercice en tournant en cercle.

On entra dans le batiment de forme circulaire.La vue me fit mouiller à l'entre jambe.

Au centre se trouvait une salle digne de l'inquisition avec chaines pendant du plafond, chevalet , croix ,...

Une dizaine d'alcoves en pierre donnaient par des grilles sur cet espace central dans lesquelles je devinais maintenant dans la pénombre des formes de femmes nues enchainées.

Certaines étaient attachées à des poteaux,d'autres étaient au sol en hogtied reliées par un collier à un anneau scellé au sol, écartelées sur une croix de saint andré ou à guenoux dans une position ignoble.

Hardtied-----2011-07-06--Hailey-Young-torturee-au-copie-1.jpg

Hardtied----Blonde-torturee-poteau-et-sol-Jenny-mod.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Certaines avaient  un bandeau sur les yeux pour la nuit et/ou un baillon boule dans la bouche qui les faisaient abondamment saliver. Des femmes pendaient inertes au bout de leurs chaines.

Pamela m'expliqua qu'elles venaient de passer la nuit ainsi et attendaient leur réveil.

Catherine avait été attachée au poteau hier soir et savait qu'elle allait etre flagellée ce matin pour désobeissance les maitresses lui ayant relevées les jambes pour atteidre plus facilement son sexe et la masturber.

Clara, une belle blonde, était restée à guenoux pour la nuit en ballet boots avec un harnais de torse en cordes les cuisses maintenues au sol à méditer car elle avait perdu à la course de sulky hier.Elle est secouée de tremblements car elle a un oeuf vibrant dans le vagin qui la fais jouir réguliérement oute la nuit. Par sadisme elle est obligée de rester droite car sinon ses mamelons attachés par leurs anneaux au poteau sont torturer en étirement si elle redresse la tête. Cette aprés midi elle sera épuisée mais trés docile dit Pamela

"Je vais te montrer une séance de dresssage et de tortures des poney girl,dit Pamela."

Sur ordre l'une des maitresses alla chercher Diane,esclave au chateau depuis plus de dix ans.

J'entendis une lourde porte grincer puis des bruits de chaines et des cris. Diane suppliait de ne pas la torturer à nouveau.

Je vis arriver une superbe femme aux jambes fuselées en escarpins vernis à hauts talons,enchainées aux pieds et les mains ramenées et tirées trés haut dans le dos attachées à une courte chaine descendant d'un lourd collier métallique.Elle avait été enlevée à vingt ans en allant à une discothéque une nuit il y a prés de vingt ans.Depuis elle avait connu la captivité des femmes du chateau. Elle avait été rendue addict au sexe par des séances de bondage sexuels dans lesquels des orgasmes forcés l'avaient rendue folles.Pour ne pas se masturber les maitresses ui attachent toujours les mains dans le dos jour et nuit pour controler sa sexualité.Les périodes d'abstinance étaient mal vécues et suppliait les gardiennes de la soulager même au prix de tortures sur les appareils de l'inquisition.

Une jeune fille en lingerie, Emilie, la suivait en pleurant. Elle était en fait sa propre fille née en captivité.Elle avait connu toujours sa mère pratiquement nue et dés son plus jeune age avait participé aux traitements de soumission des femmes de l'écurie et surtout de sa mère.

Diane l'avait allaitée pendant plusieurs années contribuant à lui faire une superbe poitrine bien dressée.Maintenant Emilie participait aux supplices de sa mère et savait la faire jouir sans retenue.Diane se cabrait dans ses liens mais Emilie savait comme aucune autre dégager le clitoris de sa gaine pour le faire grossir avec sa langue et ses petits doigts. Les jouissances de Diane était intense et sans limite de cette façon.

Emilie prenait plaisir maintenant à faire se contracter sa mère attachée à un poteau sans défense et la faire hurler de plaisir et de souffrance comme les maitresses lui avaient enseignée.

 

pamela-Hardtied-----2011-07-06--Hailey-Young-torturee-au-s.jpg

 

Diane était complétement suspendue au poteau,les pieds ramenés avec les mains à l'arriére.

Elle offrit ainsi sa poitrine et son sexe à sa propre fille sur les ordres des lmaitresses.

Ses hurlements étaient étouffés par le baillon boule.Mais les soubresauts de son corps et les contractions des muscles de ses cuisses maintenues écartées traduisaient sa souffrance entre des orgasmes fulgurants qui la laissaient plusieurs minutes sans réactions avant que l'excitation et la douleur la réveille pour un nouvel orgasme qui n'en finissait pas.

Les orgasmes forcés étaient pratiqués constamment dans cette partie du chateau rendant les femmes folles de sexe au bout de quelques semaines, surtout pour les jeunes nouvelles. 

 

 

 

 

 

 

 

  Un groupe de quatre femmes parées d'un gode dans l'anus avec une queue de cheval,de hauts talons et bas noirs était avancé dans l'allée.Les maitresses leur mirent un harnais de tête avec mors dans la bouche qui les faisait baver.

Un gant de cuir pour finir leur emprisonna leurs bras dans le dos fixé par des lanières croisées sur la poitrine pour leur mettre en valeur leurs seins percés d'anneaux. Les cordons du gant furent serrés de façon à faire se toucher les coudes.Deux courroies complétèrent l'immobilisation des bras et les poignets des femmes qui poussèrent un gémissement de douleur étouffé par le mors quand les courroies se fermèrent.

Dans l'attente les femmes furent poussées sous une poutre d'où pendaient quatre chaines avec de larges colliers.Les maitresses les attachérent très serrés à leurs cous pour les forcer à rester bien droites sur leurs hauts talons. Pamela me dit qu'elles resteraient ainsi plusieurs heures avant d’être attelées.

 

Mais Pamela voulait me montrer particuliérement deux suppliciées qui m'attendaient.

La salle ressemblait aux autres, on y entrait par une lourde porte qui grinca de façon sinistre.La vue des deux femmes torturées me glaca le sang.J'en mouillait mon string de façon importante de peur et d'excitation aussi.

Une lourde roue équipée de chaines et bracelets de cuir épais pendants était fixée sur le mur,effrayante, articulée en son moyeu destinée à écarteler et retourner les corps.

Dans deux cages métalliques on pouvait voir les corps de femmes nues en attente de leurs supplices.Deux autres soumises nues arriverent à leur tour derriére nous pour servir d'aide.

Pamela m'expliqua que ce mois ci c'était au tour de l'une des deux soeurs d'etre soumises au fouet, comme toutes les pensionnaires de l'écurie.

La particularité était que l'une d'elle serait le bourreau de l'autre par un tirage au sort. Celle désignée devait appliquer de façon sévére le fouet sur sa soeur sous peine d'etre envoyée au cachot pendant 1 mois.

L'ainée gémissait dans sa cage étroite recroquevillée depuis la veille au soir. Elle avait une barre passée passée derriére ses bras dans le dos,ses poignets enchainés aux chevilles la laissaient reposer sur ses guenoux douloureusement. Elle leva douloureusement la tête et regarda Pamela, ses yeux la suppliant d'arreter son supplice. L'effort avait été trop grand et sa tête retomba sur le fond de la cage,salivant sans un mot dans son baillon boule.

cage-a-soumise.jpg

Sa soeur cadette était simplement enchainée les bras attachés dans le dos aux coudes et les poignets reliés aux chevilles, ce qui lui permettait de se reposer sur le coté dans sa cage.

Pamela ordonna de sortir la soeur ainée de sa cage et de la lui présenter.

Les deux soumises aussitot ouvrirent la cage, la sortirent et la préparérent pour une présentation à Pamela.

Elles lui laissérent la barre de maintien des bras dans le dos aprés lui avoir resserer les liens et lui tirerent la tete en arriéere en attachant ses longs cheveux à la barre dans l'attente du choix.

La position de soumise à guenoux sans défence était exemplaire et j'en mouillait mon entrejambe.

Elles sortirent l'autre soeur et elles attendirent ainsi attachées le tirage au sort décidée par Pamela.

 

pam-presentation-esclave-03-mod.jpg

 

Le tirage au sort désigna la soeur ainée pour subir le fouet. Elle fondit en larmes à la sentence,tandis que sa soeur cadette était détachée.

Les deux soumises la prirent ,lui otérent les cordes qui l'emprisonnaient sur la barre et la porterent vers la croix de saint andré. Elle n'avait plus de force déja.

Les bracelets de cuir lui emprisonnérent rapidement les chevilles, les guenoux,les coudes et les poignets.Un autre lui fut passé à la taille pour mieux etre plaquée sur la croix.

Son supplice allait pouvoir commencer sous les yeux de Pamela qui allait compter les 30 coups de fouet qu'elle devait subir,

 

  pamela-roue-mod.jpg

 

 

 

 

 

 

  15 coups de fouet sur le dos et 15 coups de fouet sur le devant, les plus terribles pour terminer car elle allait offrir ses seins et son sexe.

Pendant ce temps la cadette fut détachée. Elle eut du mal à se redresser tant la cage pendant la nuit l'avait laissée sans force. Mais elle se remis sur pieds et alla nue chercher le fouet pour flageller sa soeur.

Les coups de fouet furent sévérement appliqués par sa soeur car elles savaient que si elles ne pratiquaient pas le supplice correctement elles étaient mises aux fers dans le chateau dans des fosses horribles.

La soeur ainée hurla longtemps aprés la fin du supplice tellement le fouet lui avait mordu la chair du dos, ses parties intimes et ses seins surtout ses mamelons saignants.

 

 

 

 

 

  Pamela satisfaite laissa les gardes s'occuper des suppliciées.Les soeurs étaient au chateau depuis de longues années et n'avaient plus la force de s'en échapper. Elles avaient vu les tortures infligées aux filles qui avaient essayé. Elles étaient mortes aprés des mois de souffrances devant toutes les femmes à titre d'exemple.

 

Puis on se diriga dans une galerie du chateau appelée le présentoir des femmes.

L'humiliation des femmes esclaves étaient à son paroxisme.Trois appareils constitués d'un U renversé en gros tubes métalliques étaient alignés et  semblaient anodins à voir. On supposait avec les chaines fixés au sol et les courroies de cuir qu'elles servaient à attacher les corps.

Pamela appela une gardienne pour qu'elle m'y attache.Je compris vite l'horreur de la position simple mais efficace. Je fus mise de dos sur le U et mon buste rejeté en arriére avec les jambes pendantes.Les gardiennes attachérent rapidement mes poignets tirés écartelés , de même pour les jambes.J'avais la tête pendante incapable de voir mon sexe. Mais pour mieux immobiliser une chaine fut fixée à mon collier pour me tenir la tête rejeté en arriére

J'étais incapble de voir le supplicece qul'on me préparait .J'avais les cuisses complétement ouvertes et les seins offerts.

Le premier coup de fouet sur mon ventre me fis hurler sans pouvoir bouger..Les autres coups atteignirrent mes lévres et mon clitoris..La douleur devint horrible quand mes seins furent zébrés d'un dernier coup de fouet qui me laissa pentelante.

Toute à mon supplice je ne vis pas dans la pénombre devant moi un corps supplicié d'une transexuelle trés belle. Elle était écartelée pendante nue au bout de ses chaines ,ses longs cheveux blonds couvraient son visage, elle gémissait faiblement Je voyais son sexe d'homme bien gonflé avec ses seins de toute beauté.. Le spectacle m'excitat et involontairement je mouillais malgré mes souffrances dues au fouet.

Pamela dit de me laisser là la matinée.Je pus au bout d'une heure parler avec Isabelle ,prénom de cette transexuelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A suivre

Par pamela - Publié dans : soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Jeudi 15 avril 4 15 /04 /Avr 10:10

Différents supplices et contraintes peuvent être appliqués à une femme soumise en esclavage.

J'ai subis nombre de ces supplices et contraintes au cours de mes dressages en femme dans des jouissances incontrolées et des souffrances aussi.

Le plaisir doit être partagé , l'esclave jouira  selon une fréquence et une durée décidées par le maître

Il est toujours excitant de voir les orgasmes succéssifs d'une femme attachée qui se convulse dans ses liens et que l'on peut prolonger jusqu'à l'extase au milieu de ses cris.

 

 

Les régles de soumission de l'esclave

 

-L'esclave sera dressée pendant un temps soit fixé d'avance ou plus excitant tiré au sort par elle de 1 semaine à 1 an.

-L'esclave aura toujours les yeux baissés

-L'esclave subira sans constestation toutes les décisions de son maître

-L'esclave ne croisera jamais les jambes,elle sera toujours offerte sans pilosité

-L'esclave sera toujours respectueuse envers son maître

-L'esclave subira les punitions et supplices décidés par son maître

-L'esclave se consacrera au bien être de son maître

-L'esclave sera toujours entravée par des chaines ou des cordes, jour et nuit.Le maître procédera à sa toilette  compléte chaque jour,n'ayant pas l'usage de ses mains.De même pour manger où elle disposera d'une gamelle comme une chienne

-L'esclave sera toujours vêtu selon les désirs de son maître,nue au début (1 semaine mini) mais avec hauts talons et bas jarretiéres et ensuite en sous vêtements(1 à plusieurs mois)pour lui faire comprendre sa condition d'esclave et ensuite en tenue sexy et/ou glamour.Les nuits l'esclave est toujours nue voire en corset.

-L'esclave ne devra jamais mentir sous peine de supplices sévéres

-L'esclave acceptera d'être louée ou prétée à quiconque qui en disposera à sa guise

-L'esclave ne refusera jamais l'accés à son corps.Elle portera un butplug toujours dans l'anus.

-L'eclave remerciera son maître de toutes ses punitions ou supplices

-L'esclave sera attachée nue,recroquevillée,chevilles attachées aux mains pendant la durée de ses régles pour en permettre l'écoulement,sans serviette hygiénique.

-L'esclave sera masturbée chaque jour une ou plusieurs fois jusqu'à sa jouissance lors de ses supplices ou selon les désirs du maître de façon à la rendre à son mari ou amant dépendante de sa masturbation pour jouir aprés son départ du donjon..

-L'esclave aura toujours ses orifices (anus et vagin) remplis par des godes,boules de geisha ou butt plug.

 

Pour le retour à la maison le mari,l'amant ou le maitre devra lors de ses absences lui faire comprendre sa condition d'esclave.

Une position trés pratique  consiste à faire pendre une chaine du plafond à laquelle est fixé un large collier de cuir à cadenas.

Fermer le collier sur le cou de la femme en la forçant à être bien droite puis soit lui menotter les mains dans le dos ou les maintenir de chaque coté de la taille par des bracelets cuir pris dans une chaine serrée autour de la taille avec les coudes reliés dans le dos.Ceci a pour avantage de dégager le dos et l'avant pour des punitions.

Les chevilles peuvent de plus être enchainées ensemble, croiséespour rendre instable la position droite de la suppliciée qui doit se retenir avec son collier ou maintenues écartelées sur une barre d'écartement pour des punitions plus sévéres surtout en hauts talons ou plus dur en ballet boots.

La femme est trés résistante à la douleur, elle crie et hurle mais elle supporte des sévices sévéres jusquà l'évanouissement.

La femme peut etre habillée en sous vêtements ou nue ,dans une piéce cachot ou devant une fenetre pour l'humilier.

Elle ne peut se défaire de cette position qui était réservée aux esclaves pour la vente ou les punitions dans les harems.

 

J'ai souvent été mise dans cette position pantelante en sous vetement sur mes hauts talons à attendre le bon vouloir ou le retour de mon maitre,souvent gémissante aprés une flagellation et/ou une masturbation bi-quotidienne.

 

Le matériel

 

Cordes de différentes longueurs                                                                 0010a                                                             BYEyZEBmkKGrHgoH-DoEjlLluCsSBKfspMGPQ 12

Chaînes

Bracelets cuir sécurisés pour cou ,poignets et chevilles

Cagoule cuir avec fermetures complétes pour isolement

Baillon boule,baillon anneau

Barres d'écartement de differentes longueurs

Ballet boots

Godes,butt plug et crochet d'anus

Menottes métalliques sécurisées fermant à clé pour poignets et chevilles                             fet%20(19) edited

Bracelets pour suspension par poignets et chevilles

Carcan pieds mains,carcan tête poignets

Local avec portique,poteau,croix,chaises....

Ensemble de contrainte dorsale avec collier et menottes cuir

Matériel spécifique tels banc d'étirement,chevalet 

Pinces,écarteur vaginal

Ruban adhésif

Un ciseau pour les cas d'urgence

 

Le dressage de l'esclave

 

Pam-273-portique.jpg

 Préparation de l'esclave au portique avant d'autres supplices.


Lui maintenir d'abord les bras attachés dans le dos soit liés aux coudes et poignets soit dans un "armbinder" trés efficace,puis attacher les chevilles et les cuisses ensemble.

Lui mettre un baillon boule dans la bouche et un collier de cuir large.

Fixer une chaîne à la taille qui est fixée sur le ventre ,le reste de la chaine passe entre les cuisses et est attachée trés haut au montant du portique pour obliger l'esclave à se tenir droite sur ses jambes sous peine de s'enfoncer la chaine dans son sexe.

Ensuite attacher une autre chaine au collier en partie basse de l'autre montant du portique en la réglant pour que l'esclave soit courbée.

La laisser plusieurs heures dans cette position inconfortable en gémissant,salivant comme une salope.On peut si elle gémit de trop la fouetter pour la préparer et la calmer.Un corset bien serré est souhaitable avec godes lui fera comprendre sa condition d'esclave.Ce supplice devient douloureux à la longue et il n'est pas rare de voir l'esclave prise de tremblements dans les jambes et s'enfoncer profondement la chaine dans son sexe pour pouvoir relever un peu la tête.Une soumise dans cette position ne peut pas se liberer.

 

pam 69

Contrainte au sol à utiliser de jour et/ou de nuit

 

Pour le dressagede l'esclave la contrainte tendant à l'immobiliser est efficace pour lui rappeller sa condition ou la punir.

Le monogant est redoutable pour cela,toutes les femmes le craignent car il est impossible de s'en dégager.

Il doit être bien ajusté et bloqué par des sangles au dessus et en dessous des seins ainsi qu'à la taille,completé par une sangle passée au dessus des guenoux  pour bloquer les cuisses.

Une chaîne passée dans l'anneau de l'extremité du gant est à passer entre les cuisses sur le sexe et à fixer à l'avant sur le ventre de la suppliciée à sa ceinture de taille.On peut sangler de plus les poignets par sévérité.

Il est à completer pour plus de rigueur par un baillon boule avec une cagoule compléte pour la nuit,.Dans ce cas les chevilles seront attachées croisées pour que l'esclave ne puisse se mettre debout.

Avec la cagoule vérifier que l'esclave respire bien,écouter l'air siffler par les deux trous car avec le baillon elle ne peut pas crier,cela ajoute à sa condition de dépendance.

Une masturbation réguliére la maintiendra éveillée elle vous donnera le plaisir de l'entendre gémir et se recroviller ou trembler à chaque orgasme.

Un catsuit avec corset complet ou serre taille et string agrémentera la vue de l'esclave à vos pieds dans le salon ou au pied du lit.

Le maitre aura le plaisir de voir sa soumise se tordre sur les sol sans un mot.

A la délivrance la femme est incapable de se redresser seule car ce supplice est dur.Aprés lui avoir retirer cette contrainte lui mettre cependant ses chaines d'esclave au cou,poignets et chevilles et lui laisser le temps de reprendre ses esprits sur le sol.

Si cela dure trop logtemps une bonne flagelation des fesses ,des seins ou du sexe remettra sur pieds votre soumise.

Idéal pour la maison, la femme est attachée la journée pendant le travail du maitre qui sait que son esclave l'attend en se tordant sur le sol de la maison,possible d'être exposée par la fenetre de l'appartement

 

Pam-459-hogtied.jpg

Hogtied au sol

L'esclave peut rester longtemps dans cette position.Lui croiser les bras dans le dos pris dans un harnais de corde aurour des seins,puis lui attacher les chevilles aux cuisses en sécurisant les liens derriére les guenoux pour éviter qu'ils ne glissent.Vous pouvez vous absenter en laissant votre esclave se tordre sur le sol sans pouvoir se détacher.Vous la retrouvez dans une piéce de l'appartement.Personnellement j'avais un caniche qui adorait laper les sexes pour faire jouir.C'était infernal il ne s'arrêtait pas,je retrouvais ma femme secouée des spasmes successifs de la journée car elle ne pouvait se soustraire.

 

 

 

 

 

Pam 351 au piquetContrainte au piquet simple

A utiliser réguliérement entre des supplices.

Piquet aussi pour manger,l'esclave ouvre la bouche à son maître

Les mains sont attachées dans le dos et tirées en haut par chaine reliée au collier

Les chevilles peuvent être enchaînées au sol

Pour le maintien dans la position soit lier les cuisses aux chevilles ou relier au sol par chaîne les mains afin d'éviter que la soumise se redresse

 

 

 

 

 

 

 

Contrainte au piquet sévére Pam-370-exposee.jpg

Plus sévére avec les mains enchainées à la base du poteau etles avnt bras fixés à la ceinture cuir ou métal de la taille.

La soumise est incapable de se lever et reste bien assise en chienne pour son maître

Une torture des seins peut être appliquée,soit le fouet,un gode compléte souvent cette position pour travailler les intestins ou le sexe

Avec un écarteur de bouche et les cheveux tirés en arriére attachés à une corde relié à un crochet enfoncé dans l'anus la soumise présente sa bouche à toute les fellations

 

 

 

 

 

Pam-388-exposee-rubber.jpg

La présentation

La soumise en sous vêtement,corset,seins nus porte des ballet boots pour sa condition d'esclave.

Lui attacher les mains ensemble et lier les coudes aux cuisses pour lui faire présenter ses fesses et son sexe

Passer une barre d'écartement aux pieds et relier les pinces des grandes lévres vaginales aux talons des ballet boots.La soumise présente ainsi son vagin ouvert avec son clitioris à la vue de tous.

Elle peut être exposée pour une réception aux invités

 

 

 

 

Pam-387-exposee-rubber.jpg

 

Autre vue de derriére

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La suspension de l'esclave

Ce supplice peut être trés dur selon la durée et la façon d'être attachée

Différentes suspensions peuvent être pratiquées pour que l'esclave présente son corps sans défense.La femme peut être habillée,en sous-vêtements ou nue selon l' humeur du maître

 

pam 12

 

 

 

 

 

 

Pendaison d'une esclave par les pieds ,nue,cuisses écartées,mains attachées dans le dos qui peuvent être maintenues à la taille par une corde pour le fouet des fesses,collier de soumission,bandeau ,baillon boule et gode peuvent être ajoutéspour ce supplice.

Une bougie peut être plantée dans le vagin pour servir que l'esclave serve de chandelle.La suppliciée réagit en longs gémissements lorsque la cire coule sur son sexe et l'anus et que la flamme s'approche de ses cuisses sur la fin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pam-03.jpg   Pam 382 pendue rubber                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendaison tête en bas

 

La suppliciée présente ses fesses avec ses orifices à son maitre.La suspension peut durer car le poids de la soumise

repose sur sa taille.Les cuisses sont attachées recroquevillées aux avant bras qui sont serrés ensemble dans le dos.Les mains sont attachées ensemble et maintenues à  la taille.Les chevilles sont attachées ensemble et maintenues à la corde de suspension.Une soumise est incapable de se liberer seule du fait de son propre poids qui bloque les noeuds.Le fouet ,la masturbation,la torture des seins,l'accés au vagin et à l'anus ainsi que la fellation ou pénétration peuvent être réalisés.

Pam-401-suspendue.jpg                 Pam-400-suspendue.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendaison par les seins

 

Supplice horrible pour une femme car la douleur l'empêche de se délivrer.En général la suppliciée est nue,mains et chevilles attachées.Elle peut être en plus fouettée.Les cris deviennent intenses lorsque les seins se gonflent et bleuissent.

 

Pam 423 pendue par seins               Pam 424 pendue par seins                                                    

 

 

Pam-426-pendue-seins.jpg

 

 Une autre forme de suspension par les seins.

La suppliciéea les chevilles attachées aux hauts des cuisses,les mains sont ramenées dans le dos et maintenues tirées par le haut par un harnais en corde et reliées à la taille.

les seins sont attachés à leur base bien serrés pour les faire saillir et attachés au plafond ou à une poutre au dessus de la suppliciée.Celle ci repose sur ses guenoux et se tient en équilibre par des tractions sur ses seins.Un baillon est utile pour les cris qu'elle pousse rapidement dans cette position douloureuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendaison

La pendaison d'une suppliciée peut être lente suivant la position de la corde autour de la tête.Ceci est bien entendu à éviter et à réserver à des spécialistes compte tenu du danger.

La femme mouille énormément ,les lévres du sexe gonflent et deviennent rouges,elle urine pendant son supplice.

Dans la réalité cela peut durer de  15 minutes à 30 minutes avec des orgasmes successifs.

La femme s'agite énormément,bras et jambes à la recherche d'un appui au milieu de râles à la recherche de l'air.

De façon classique les mains sont liées dans le dos,mais aussi les coudes ,les pieds et les genoux pour ceux qui ne veulent voir que les contractions souvent violentes de la femme.

Celle-ci peut être habillée ou mise partiellement voire complétement nue.

Les bourreaux peuvent la monter et la descendre réguliére la suppliciée pour lui faire reprendre de l'air afin de faire durer la torture de longues heures.

Ce spectacle était courant au 17é et 18é siécle et trés prisé des dames surtout qui assistait à l'agonie qu'elles souhaitaient longues de belles jeunes voleuses nues et voir leurs corps attachés se convulser dans des orgasmes violents.

 

On peut pendre la suppliciée comme sur la photo,bras et coude attachés dans le dos avec la corde de suspension attachée aux coudes et aux mains et ensuite passée entre les jambes et nouée autour du cou.Cette position douloureuse coupe le sexe et l'anus,la femme se retenant par le cou pour soulager ses bras.


 

Pam-500-pendaison-copie-1.jpg   Photo  gauche                                  

 

Mains liées dans le dos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Pam 565 pendue                                                   Pam-559-pendue.jpg

 

Photo gauche

Mains liées dans le dos

 

 

 

 

Photo droite

Mains et chevilles enchainées et reliées entre elles par chaines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendaison par les pieds


Insex---Lactating---Slave-Girl-Tied-Up-Milked2.jpg Pendaison-par-les-pieds-01-copie-1.jpg

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La crucifiction                                                                   

 

La croix de saint andré

Elle permet d'exposer le corps de la femme aux supplices.Bien l'attacher aux membres,bondage des seins

et godes possibles,baillon en corde attaché à la poutre pour maintenir la tête bien droite et empêcher de voir en bas

Pam-295-croix.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pam 250 croix-copie-1 Le plus horrible est ,pour la femme, le supplice de la croix de saint andré la tête en bas.

L'offrande de son corps sans défence est totale

Bien attacher les membres de la  suppliciée pour du'elle ne bouge pas.

Un gode peut être enfoncé dans l'anus pour la remplir.Le maitre a sa disposition le clitoris et les seins pour faire réagir la suppliciée.

L'excitation est souvent violente,contractions,cris ,hurlements pendant l'orgasme incontrolable.

La femme excitée à l'extreme peut perdre connaissance au bout d'une demi heure du fait de l'intensité des réactions du vagin et des seins. 

 

 

 

 

 

 


La petite crucifiction

 

La croix est de petite taille de façon à ce que la suppliciée soit à guenoux.L'offrande est totale pour la torture des seins et du sexe

Pam 409 petite crucifiction

                      Pam-410-petite-crucifiction.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre variante du supplice

Cuisses ouvertes attachées à la barre horizontale ,tête dans le vide et baillonnée

Pam-supplice-sur-petite-croix-03a.jpg

Pam-supplice-sur-petite-croix-04.jpg

 

Bras attachés derriére la barre horizontale, harnais de corde pour le tronc ,cuiises attachées écatelées et baillon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les entraves de l'esclave

 

 Pendant une soumission l'esclave sera toujours entravée de jour et de nuit par des chaines, des barres d'écartement ou des cordes.

 

La femme peut être entravée au donjon ou dans la maison dans des vêtements tels robes ou jupes  soit en lingerie ou nue

.

La position peut être humiliante comme exposer sa poitrine ou son sexe

 

 

 

pam33.jpg

pam 30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pam 20

                                     pam 74

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les supplices combinés

 

La suspension et l'écartelement

 

PAM-123.jpg             PAM-126.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pam-128.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le carcan

 

C'est un supplice douloureux qui peut être combiné .On peux

-faire reposer la suppliciée sur des plots,si elle pert l'équilibre elle est pendue par le carcan le temps de reposer ses pieds;de plus le carcan peut être relié par chaines à l'anneau passé dans le clitoris,en tendant les chaînes la suppliciée doit en plus baisser la tête sinon en se redressant elle s'étire douloureusement le clitoris

-faire prendre appui sur une planche avec des pointes;pour se soulager elle remonte les pieds en se pendant au carcan

-mettre un carcan aux pieds pour lui maintenir les cuisses écartelées

La suppliciée peut être masturbée ou flagellée dans toutes ces positions


 

Pam-262-copie-1.jpg

                        Pam 265

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pam-270.jpg

Pam-mise-au-carcan-d-une-femme-01.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pam-torture-au-carcan.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chevalet

 

Pam-363-chevalet.jpg

Pam-364-chevalet.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chevalet représente une punition trés dure car le sexe de la soumise repose sur l'arête du chevalet;tout mouvement lui  endolorit ses lévres vaginales,son clitoris ou son anus.Un ou deux godes peuvent être posés pour augmenter  la douleurL'idéal est de l'empaler sur un gode fixé sur l'arête du chevalet permettant de bloquer le bassin.

Lui mettre un harnais de contrainte autour des épaules et ramener les avant bras bien serrés,les mains sont à attacher à la ceinture de taille.Une chaine descendue du plafond permet de maintenir la suppliciée bien droite

Ainsi elle ne peut protéger ses seins,ses  fesses ou son corps du fouet ou des pinces.

Les chevilles sont à attacher sur le chevalet .Les jambes peuvent être libres et les chevilles enchainées sous le chevalet, dans ce cas la suppliciée reste profondément empalée n'ayant pas d'appui pour s'échapper de ses tourments dans ses intestins ou son vagin.Le supplice peut être plus sévére avec l'application en plus de poids aux chevilles.Un baillon boule ou une cagoule permet d'étouffer les cris de la soumise.

 

 

    Le banc d'étirement

 

   pam-supplice-chevalet-03.jpg

La suppliciée est attachée aux pieds et aux mains.Le banc peut se courber pour la présentation du corps sans défence au maître.On peut travailler le sexe,l'anus et les seins,appliquer de la bougie ou des pinces.Une flagellation des seins ou du sexe est recommandée.Les réactions sont violentes car la suppliciée a la tête naturellement en arriére et se souléve péniblement pour voir son supplice.Souvent par sadisme le bourreau lui tire en arriére complétement la tête retournée en attachant ses longs cheveux au sol.La suppliciée doit être abandonnée sur l'appareil aprés son supplice car elle est souvent haletante et prise de crises de convultions dues à la douleur et à l'exitation incontrolée de son sexe surtout si ses épreues ont durées des heures.Un baillon avec une cagoule fermée est appliqué pour étouffer les cris de la soumise sur la fin de son supplice.Le maitre jugera à la violence des contractions ou des tremblements du corps de la soumise des effets de ses tortures sur cet abominable appareil de supplices qui permet d'offrir tous les orifices d'une femme à son bourreau.

 

Les expositions

 

La suppliciée est attachée enchainée sur des appareils sans défence. Elle présente son corps à son bourreau :ses seins, son sexe(clitoris,petites et grandes lévres),ses fesses...au fouet, pinces, godes ....jusqu'aux cris, souffrances ou orgasmes.Elle se tord jusqu'aux convultions pour le plaisir sadique de son bourreau. Pam-06.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une exposition simple à réaliser sous un portique ou dans le grenier d'une maison detinée à la vente d'esclaves.

 

P1020360-mod.jpgFaire pendre une chaine de dessous une poutre jusqu'au sol.

Fixer au sol ou aux pieds du portique d'exposition des anneaux avec des chaines suffisamment espacés pour maintenir la femme les cuisses écartées.

Amener la suppliciée sous la poutre et lui fixer un large collier bien serré autour du cou et relié à la caine pendante de dessous la poutre.

Puis lui écarter les jambes pour attacher ses chevilles aux bracelets de cuir fixés aux chaines du sol.

Régler le collier pour ne pas trop l'étrangler mais l'obliger à se tenir bien droite jambes tendues sur ses hauts talons.

Prendre des menottes métalliques pour mains et chevilles .Les menottes sont fixées d'abord aux chevilles,la chaine les reliant évitera l'écartelement de la suppliciée en cas d'épuisement.Un anneau en son centre est relié à la chaine pendante du plafond de façon à la tenir bien droite tendue sans trop.

Menotter les mains ensuite dans la dos et faire de même en reliant par un anneau la chaine courte des menottes à la chaine verticale pendante du plafond.

La femme est incapable de se dégager de cette position qui permet de jouer avec son sexe bien offert, grandes et petites lévres vaginales, et sa poitrine.

La femme ne peux monter les mains car la chaine est retenue à celle reliant les chevilles.Elle ne peut se protéger le sexe et les seins.Elle ne peut se dégager car le collier lui interdit de se baisser.

La position est à completer par un baillon boule et un bandeau sur les yeux ou mieux P1020363mod.jpgpar une cagoule compléte pour les plus sadiques isolant la femme complétement de la vue.

Prendre un collier bien large pour éviter un étranglement de la femme au cours de son supplice;elle vous offrira des orgasmes inoubliables bien immobilisée.

Vous verrez ses contractions du ventre et le tremblements de ses cuisses lors de chacun de ses orgasmes.

La surveiller car certaines perdent connaissance aprés plusieurs orgasmes dans cette position.Mais le collier large évite qu'elle ne se pende.

Le spectacle de la femme évanouie sans défence dans cette position est trés excitant.La réveiller au fouet ou par une nouvelle masturbation.

Vous pouvez ainsi attacher votre soumise pendant vos absences,la mettre devant une fenetre pour l'humilier ou au pied de votre lit sur le mur en face de vous pour en jouer à votre gré la nuit.

Personnellement je suis réguliérement ainsi torturée par mon maitre depuis de nombreuses années.J'ai passée des jours et nuits entirs à sa disposition offerte à tous ses caprices.

Il aime me masturber lentement m'ammener au bord de l'orgasme puis arreter lorsque mes premiéres contractions arrivent me laissant insatisfaite.puis il me reprend au bout de 10/ 15 mn ,fais de même.

je suis pompé à la fin du liquide blanc s'écoule du clit en contraction sans arriver à la jouissance attedue.Au bout de queques heures c'est l'enfer ,je e supplie d'aller jusqu'au bout me laisser jouir.Mais souvent il attends la jouenée ou la nuit entiérte avant que j'explose.Et je sais que je mérite le fouet à ce moment.Vingt cinq coups de fouet en travers de mes cuisses et mes fesses pour avoir jouit.

je suis laissée en général pentelante au bout de mes chaines plusiers heures à titre de punition.

 

Une variante est l'écartelement total en attachant les mains non plus dans les dos mais écartées à des chaines pendantes du plafond.Vous aurez ainsi accés à toutes les parties de son corps.

 

Lit  de souffrance

 

C'est le lit pour esclave sur lequel la suppliciée est attachée pour être torturée.Le barreaudage permet defixer les membres dans la position voulue.

La suppliciée offre ses seins et ses orifices à ses bourreaux.La tête de la suppliciée est souvent rejetée en arriére avec un baillon ou gode enfoncé dans la bouche grande ouverte.Les cris sont ainsi étouffés dans la gorge rendant les torments plus atroces surtout quant de plus  les seins rendus durs et saillants par leur bondage de cordes ou courroies à la base sont étirés par les anneaux percés dans les tétons.

 

Pam-esclave-au-lit.jpg

pam-esclave-au-lit-02.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Carcan

 

Une femme au carcan

 

 

carcan-05.jpg

             carcan.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carcan-06.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carcan-02.jpeg

carcan-01.jpg

Par pamela - Publié dans : soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Mercredi 20 janvier 3 20 /01 /Jan 21:58

La marche des hauts talons

  

On frappe à la porte de ma chambre. Avant que je puisse me lever, Delphine entra, et me voyant couchée toute habillée, avec mes bottines à hauts talons, elle me dit très vite:

- Pamela! Lève-toi! Si jamais Caroline ou ta tante Florence te voyait couchée sur le lit toute habillée,tu serais punie dans les cachots du sous sol de la maison.Il est équipé des appareils de l'Inquisition.J'en ai fait la connaissance et je peux te dire que le corset est une torture agréable et tes hurlements de souffrance résoneront sous les voutes.

Delphine dû m'aider à me lever, mon corset récemment réduit, m'avait rendu le buste plus raide.

Deux jours maintenant que Delphine avait terminé la première période de resserrage intensif. Elle m'avait fait perdre cinq centimétres de tour de taille en une semaine. C'était très éprouvant, surtout le dernier centimètre, je n'étais pas encore habituée à ma nouvelle taille.

Une fois debout, perchée sur mes talons de dix centimétres, je dus m'appuyer au montant du lit pour rattraper mon équilibre avant de pouvoir faire un pas.

- Dit moi Pamela, tu as vraiment fait tous tes exercices de marche?

- Oui... un peu...

- Un peu! Ou pas du tout? Tu es incapable de te tenir debout! Cela fait des jours que tu n'es pas sortie de ta chambre, et je parie que tu es restée couchée toute la journée! Pamela! Il est temps de te ressaisir, et de faire tes exercices de marche! Dans moins d'une semaine, tu devras changer de corset, porter un corset victorien,plus long, qui te limitera encore plus les mouvements du buste et ce jour là, tu te rendras compte qu'il est un peu tard pour apprendre à marcher correctement. Profite donc que tu ne portes qu'un corset court pour apprendre à marcher avec des hauts talons. Aujourd'hui tu peux encore fléchir légèrement le buste, ce qui est plus facile pour garder ton équilibre. Mais comment fera-tu avec un corset long qui te rendra beaucoup plus rigide? Comment rattraperas-tu ton équilibre sans pouvoir te courber?

Delphine me fit peur, elle ne m'avait jamais parlée ainsi.

- Met ta cape! Me dit-elle. Je vais t'accompagner pour notre promenade dans le parc.

Cela faisait trois jours que je n'étais plus sortie.

- Allons! Suis-moi.

- Je t'en prie Delphine, attend moi, tu marches trop vite...

- Trop vite! Tu as oublié le premier jour de ton arrivée au château, et tes remarques sur notre lenteur pour nous déplacer. Il me semble que le corset et les talons commencent à se faire sentir...

- Ho Delphine, je n'avais jamais porté des talons et un corset et je marche très difficilement avec ces talons trop hauts pour moi.

- Nous marcherons lentement et je te soutiendrai, mais il faut que nous fassions cette promenade.

Je la suivais à petit pas précautionneux dans le couloir. C'était la première fois que j'allais sortir sans être nue sous la cape. Bien que je n'aie pas encore eu le droit de porter une robe, je me sentais lourdement vêtue avec mes sept jupons, mon pantalon de dentelle, mes chemises, mon petit corset très serré et mon cache corset, des bas et ces maudites bottines avec leurs talons de dix cm.

Chaque pas devait se faire avec toute mon attention pour ne pas trébucher, posant le pied bien à plat sur le sol, c'est à dire, la pointe du pied très tendue pour que mes orteils touchent le sol en même temps que mes talons. Ceci m'obligeait à cambrer le pied au maximum. Le pied bien posé, sans me tordre la cheville, je basculais doucement le poids du corps sur le pied, ce qui me faisait dandiner d'une manière excessive.

En voyant cela Delphine me conseilla de marcher à tout petit pas et d'essayer de poser le pied juste devant l'autre et non sur le coté, comme si je marchai en équilibre sur une ligne étroite.

Mes premiers essais ne furent pas très concluants, et mon équilibre encore plus instable.

Delphine poursuivit.

- Je te conseille vraiment de marcher en posant le pied juste devant l'autre, cette marche est un peu précieuse et l'équilibre plus difficile, mais c'est la seule méthode avec un long corset rigide et une jupe étroite. Profite de ta relative liberté de mouvement pour t'entraîner, tu ne portes qu'un petit corset et les chaînes de tes chevilles ne sont pas encore trop courtes.

Tout allait bien, quoique très lentement, jusqu'au moment d'atteindre l'escalier descendant au rez-de-chaussée. L'escalier me parut particulièrement raide, ouvrant sur un gouffre sombre, d'autant plus impressionnant que les talons me grandissaient, me faisaient voir les choses avec un certain vertige.

Et pour corser la situation, mes larges jupons me cachaient les premières marches de l'escalier, m'obligeant à avancer sans voir le vide devant mes pieds.

Je devais à chaque pas, tâter le sol de la pointe de mes orteils, en espérant trouver cette première marche que je ne voyais pas. Enfin, je pus sentir le bord de la première marche, mais mes jupons s'avançaient très en avant au-dessus du vide, et je du serrer très fort la rambarde pour ne pas perdre l'équilibre et ne pas me laisser aspirer par mon vertige.

Delphine voyant mes hésitations, m'encouragea et me dit:

- Pour descendre une marche, tu dois te tenir le plus prêt possible du bord, et ensuite quand tu es bien en équilibre, avance doucement un pied et sent la bordure de la marche avec ton talon, tu te baisse lentement en faisant glisser ton talon sur la bordure de la marche jusqu'au moment ou ton pied touchera la marche inférieure. Après avoir pris ton équilibre sur le pied le plus bas, tu pose l'autre pied sur la même marche. N'essaye pas de descendre normalement, mais marche par marche. C'est un moyen plus sur quand on ne voit plus ces pieds et que l'on porte des hauts talons.

J'avançais doucement le pied droit et en me baissant un peu, j'essayais de trouver la marche avec mon talon, un fois le talon en contact avec le bord de la marche, je me laissai doucement descendre, en faisant glisser le talon. Quelle horrible sensation, en équilibre sur un pied, au bord de cet escalier vertigineux et le deuxième pied qui était toujours dans le vide, je descendais encore... un choc sur le talon, je venais de poser le pied sur la marche.

- Bien! Dit Delphine, ne bouge plus avant d'avoir retrouver une bonne stabilité sur le pied en bas.

Après quelques hésitations, je ramenais facilement l'autre pied sur la même marche.

En me concentrant sur toutes ces manœuvres j'avais réussi à descendre d'une marche, mais le vide devant moi me semblait avoir encore augmenté. Mes jupons reposaient sur le palier derrière moi et devant, le vide... Une mince victoire, une marche et j'étais essoufflée avec mon corset qui ne me permettait pas de reprendre ma respiration. De plus j'avais les jambes qui commençaient à trembler, ma stabilité sur mes hauts talons, devenait de plus en plus précaire...

- Delphine, je t'en prie aide-moi, j'ai le vertige, je ne pourrais jamais descendre cet escalier

 Mes jupons étalés largement devant moi, dans le vide, me donnaient de plus en plus l'impression d'être perchée en équilibre instable au bord d'un gouffre.

Je tournais la tête vers Delphine, sans bouger le reste du corps, et le regard implorant je la suppliais:

- Delphine, je t'en prie...

- Je crois que l'on va différer cette promenade. Ne te retourne pas, je vais t'aider à reculer, inutile de prendre des risques.

Delphine du me soutenir et me guider pour remonter sur le palier, je pus me retourner et rejoindre ma chambre à petit pas

- Tu es vraiment ridicule Pamela. Que de problèmes pour des talons de seulement dix cm! Je suis certaine que durant ces trois jours de repos, tu n'as pratiquement pas marché. J'ai beaucoup de travail avec l'atelier de corset et je ne pourrais pas être toujours derrière toi, t'aiguillonner pour que Mademoiselle veuille bien faire ces exercices! Tu te rappelle que Caroline doit venir demain avec de nouvelles chaussures qui ont onze centimètres de talons. Peux-tu me dire comment tu marcheras demain? Quelle explication donnera-tu à Caroline?

- Excuse-moi Delphine, mais tu m'as vraiment serrée trop fort, mon corset me coupe le souffle et me fatigue beaucoup, je n'ai plus de force...

- Tu m'accuses de t'avoir trop serrée? Tu préfères avoir une silhouette d'hippopotame?

- Non... Je suis contente que tu t'occupes de moi, je ne pensais pas que se serais si difficile et j'espérais que Caroline augmenterait la hauteur de mes talons un peu plus tard...

- Ce n'est pas en espérant que tu apprendras à marcher correctement!

- Mais... comment faire...

- Ho! Pamela, ne pleure pas, je suis ton amie. Ne craint rien, je vais m'arranger avec Caroline pour retarder sa visite avec tes nouvelles chaussures. Je trouverais bien un prétexte, mais nous devons commencer ton entraînement de suite et rattraper le temps perdu. Ta tante Florence va commencer à s'impatienter, et nous ne devons pas la décevoir. Tu dois s'avoir qu'elle me pousse à accélérer ton entraînement. Elle est très impatiente de pouvoir te présenter au concours d'entrée dans son école.

- Merci Delphine de faire patienter ma tante et Caroline.

- Ne rêve pas trop Pamela. Caroline n'attendra pas plus d'un jour ou deux, et tu devras inaugurer ton nouveau corset en même temps que tes talons de onze cm.

- Quelle importance, si je peux avoir ces deux jours de répits.

- Ho Pamela! Tu ne comprends pas. Pourtant l'expérience désastreuse de l'escalier aurait dû t'ouvrir les yeux! Des talons plus hauts, c'est moins d'équilibre, et le nouveau corset est plus long et très fortement baleiné. Ce nouveau corset te limitera beaucoup plus les mouvements du buste et de la taille, et bien sur, tu ne pourras plus faire ces mouvements pour rattraper ton équilibre.

- Ho... mais...

Je venais seulement de m'imaginer, perchée en équilibre instable au sommet de mes talons de onze cm, le corps trop rigide pour retrouver un peu de stabilité. Je m'imaginais comme une colonne vacillant sur son socle et rien ne pourrait empêcher sa chute.

- Bien dit Delphine. Me voyant perdue dans mes rêveries... Après cette promenade bloquée par un escalier un peu raide pour toi, je vais appeler Ninon, qu'elle te déshabille, change ton corset et te couche. Demain: Journée d'entraînement à la marche. Bonne nuit Sophie.

Le lendemain, après mes ablutions, parfumée, corsetée, enjuponnée... Delphine entra, et on pris ensemble un petit déjeuné léger et rapide.

Aussitôt le petit déjeuner terminé, aussitôt debout sur mes talons, les pieds cambré.

Delphine me retroussa mes jupons jusqu'aux genoux pour mieux me voir marcher.

Deux heures debout, à essayer d'avoir une démarche élégante et pas trop chaotique avec ces maudis talons.

- Le pied plus tendu! La pointe de ton pied doit se poser sur le sol en même temps que le talon! Cambre plus la plante du pied! Plus de souplesse! Ta cheville tremble, tu manque d'assurance! Non Pamela, n'essaye pas de faire de grand pas. Je vais être obligée de raccourcir la chaîne de tes chevilles! Tu vois, avec des pas plus petit, c'est plus facile. Pamela! Plus lentement je te prie! Des petits pas gracieux et pas aussi rapides! Prend ton temps.

- Mais, Delphine, je vais mettre un temps fou pour traverser une pièce. Si je dois traverser toute la salle de bal à cette allure, on va se poser des questions sur moi. Tu sais que j'ai horreur que l'on me regarde comme une bête curieuse, surtout quand il y a beaucoup de monde.

- Ma chère et tendre Pamela, je crains que tu ne puisses pas passer inaperçue dans une soirée. Les jupes étroites et les très hauts talons font parties des accessoires, qui interdisent la discrétion. En ralentissant tellement le moindre de nos déplacements, tout le monde a largement le temps de nous voir et de nous observer dans les plus petits détails. Allons Pamela, encore un quart d'heur d'exercices, et nous pourront prendre notre deuxième petit déjeuner.

Heureusement que nos corsets nous obligeaient, par la forte compression de nos estomacs, à manger un peu toutes les deux heures. Sans ces petits répits pour mes pauvres pieds, ces exercices de marche auraient vraiment été insupportables.

Et de nouveau debout, marchant de long en large dans la pièce, fessant le tour de la table, en ligne droite, en tournant, en fessant des demi-tours, en arrière, en avant... la tête me tournait, j'obéissais aux ordres de Delphine comme un petit soldat à la parade.

- Pose le pied plus délicatement! Assure mieux ton équilibre! Essaye de rester bien droite! Ne fléchi pas les jambes! Des pas plus petits! Ne te penche pas en avant! Non Pamela tu dois rester bien droite! N'essaye pas de garder ton équilibre en fléchissant la taille. Souvient toi! Dans deux jours au plus, tu ne pourras plus te courber du tous, ni en avant ni sur le coté. Le nouveau corset que je te prépare sera vraiment plus restrictif. J'ai particulièrement soigné le baleinage, elles seront plus nombreuses et plus épaisses. Je peux t'affirmer que ce nouveau corset ne te permettra plus aucune flexion de la taille.

Deux heures d'exercices, une brève pose et de nouveau deux heures à marcher, à marcher encore et encore. Delphine voulait maintenant que je marche d'une manière un peu bizarre. Je devais poser le pied juste devant l'autre, comme si je devais marcher en équilibre sur un fil de funambule. De plus je devais placer le pied d'une façon spéciale, non plus bien aligné, mais pour le pied droit, le talon à gauche et la pointe des orteils dans le prolongement du pied gauche. Oui c'est un peu compliqué. Cela m'obligeait à marcher en croisant les jambes à chaque pas, et rendait mon équilibre encore plus délicat. Ensuite Delphine m'interdisait de plier mes genoux, je devais marcher sans fléchir les jambes en faisant un petit arc de cercle. Ma jambe droite devait faire cet arc en s'écartant à droite et ensuite passant devant la jambe gauche terminer en croisant la jambe droite devant celle de gauche pour enfin poser le pied droit à... ma gauche. Cette marche plutôt compliquée et sophistiquée n'était pas évidente avec des talons hauts. Essayez donc même sans talon... L'obligation de croiser les jambes à chaque pas devait laisser des traces sur le sol des plus étranges, puisque les traces de gauche étaient laissées par le pied droit!!!

La journée fut longue et éprouvante. Mes pieds douloureux, les muscles de mes mollets tétanisés. J'étais bien trop tendue durant ces exercices, manque de souplesse par manque d'entraînement.

Au moment de me coucher, Delphine me dit.

- Rassure-toi, j'ai pu gagner une journée supplémentaire. Caroline ne viendra que dans deux jours avec tes nouvelles chaussures. Le changement se fera dans l'après midi. Il te reste deux jours et demis pour t'entraîner. Fais de beaux rêves ma chérie. A demain.

Le lendemain, levée tôt par Ninon, qui s'empressa de me pousser sous le trapèze de laçage et m'y attacha les poignets. Je fus suspendue et délacée. Ninon ne prit pas la peine de me faire descendre dans le bain. Elle me lava rapidement avec un gant de toilette, et m'habillât de mes nombreux sous-vêtements, chemise, corset strictement lacé, mes sept jupons... Delphine entra dans la salle de bain et d'habillage. Elle contrôla le laçage de mon corset ainsi que mes chaînes aux chevilles et aux poignets. C'est seulement après ces minutieux contrôles et après m'avoir cadenassé ma ceinture métallique par-dessus le corset, que Delphine autorisa Ninon de me libérer du trapèze.

Nous venions à peine de terminer notre petit déjeuner que ma tante Florence entra visiblement en colère.

- Delphine! Je viens d'apprendre que Pamela marche à peine avec des talons ridiculement petits!

- Florence me détaillait d'un regard dur.

- Lève-toi Pamela!

Je me sentais déshabillée par son inspection.

- Delphine! Comment se fait-il que Pamela porte toujours un corset court?

- Excuse-moi. Dit Delphine. Mais... l'atelier de corseterie est débordé. Son nouveau corset vient juste d'être terminé et...

- QUOI! Et pourquoi ne le porte t-elle pas en ce moment?

- Heu... pour apprendre à marcher avec des talons hauts, Pamela a besoin de garder un peu de souplesse au niveau de la taille. C'est pour son équilibre... un corset trop long et rigide l'empêcherait de...

- TARATATA! Il y a longtemps que Pamela devrait savoir marcher correctement avec des hauts talons. A ce rythme, Pamela sera une vielle dame quand elle se présentera à l'examen d'entrée de notre école.

- Mais Florence, Caroline était absente durant ces trois dernières semaines et...

- NON Delphine, ce n'est pas une raison! Tu es responsable de l'éducation et l'entraînement de Sophie! Tu devais demander à Caroline ces instructions durant son absence!

Le ton de Florence montait de plus en plus. Je ne l'avais jamais vue en colère à ce point.

- Je suis très mécontente! Ces manquements seront punis immédiatement! Vous deux! Suivez-moi dans la salle d'entraînement! Ninon! Allez chercher Caroline, qu'elle nous y rejoigne!

 

 

L'épreuve

 

 

 

Florence nous emmena dans la salle de travaux pratique. Toute la moitié de cette grande salle était occupée par un entrelacs de rambardes. En regardant mieux, ces rambardes étaient alignées de sorte à former un long couloir sinueux. Le sol était recouvert de plusieurs zones très différentes et étranges dans une salle.

En attendant l'arrivée de Caroline, Delphine m'expliqua le but de cette installation.

- Toutes ces rambardes matérialisent de chaque coté, un chemin que les élèves doivent suivre. Mais les barres horizontales de ces rambardes ne sont pas fixées, elles sont juste posées sur le sommet des poteaux, et tu ne pourras pas t'y appuyer. En fait, si tu touches une de ces barres, elle tombera par terre. L'épreuve consiste à faire ce parcourt entre les deux rangées de rambarde sans les faire tomber.

Bien sûr, ce parcourt comporte quelques difficultés. Des difficultés d'autan plus grandes que tes jupons seront plus encombrant et tes talons plus hauts.

- Et je devrais faire tout ce parcourt?

- Evidemment! C'est le parcourt que font toutes celles qui apprennent à marcher avec des talons très hauts.

- Ca me semble plus facile que de descendre les escaliers.

- Ma très chère Pamela, je croix que tu n'as pas très bien observé le sol. Le chemin traverse différentes zones, des zones faciles, comme du parquet ou du carrelage, mais il y a d'autres zones plus difficiles, comme des zones de gravier, des parcours sur du gazon ou du sable, mais surtout des zones de sol très inégales, de gros pavés bien ronds et glissants, des dalles très mal posées, toutes de guingois ou tu ne pourras pas poser le pied à plat, d'autre zone ou le sol est recouvert de grandes dalles mobiles qui bouges quand on marche dessus et aussi une horreur pour les dames en hauts talons, une zone recouverte de gros galets. Je me rappelle avoir essayé de faire quelques pas sur la plage de galet d'Etreta. Je n'avais pas fait deux pas, qu'il fallut m'aider à faire demi-tour. Les talons s'enfoncent entre les galets et tu ne peux tenir que sur la pointe des pieds, posés sur le sommet d'un galet instable, ne demandant qu'a tourner pour te faire tomber.

- Ho Delphine, je m'imaginais marcher avec des hauts talons uniquement dans le château. Ce que tu me décris est un véritable parcourt du combattant.

- C'est un peu cela Pamela. Tu peux remarquer qu'il y a en plus, dans le parcourt des obstacles à franchir. Des obstacles ridicules pour la plupart des gents, mais qui peuvent être infranchissables avec des talons très hauts et une jupe entravée. Regarde, après la zone de gravier, il y a une bordure de 9cm de haut. La chaîne de tes chevilles ne fait que 10cm. Tu passeras tous juste. Et plus loin, un petit escalier, cinq marches seulement, mais des marches tellement étroites que tu devras poser le pied de travers. La montée est facile sur la pointe des pieds, mais la descente...

Caroline entra, visiblement inquiète, d'autant plus que l'accueil d'Florence fut inhabituellement froid.

Florence renvoya Ninon chercher de l'aide chez les couturières de l'atelier dirigé par Caroline.

- Bien! Dit Florence. En attendant l'arrivée des couturières. Je vais vous exposer ma décision vous concernant toutes les trois.

Vu qu'il est inadmissible que Pamela ne soit pas plus avancée dans son éducation.

Vu votre laxisme dans la conduite de cette éducation. Toi Delphine en tant que responsable de Pamela, de ces corsets et de ces entraînements. Toi Caroline pour ton imprévoyance concernant les robes, les sous-vêtements, et les chaussures de Pamela.

J'ai décidé de vous punir collectivement en fonction du résulta de l'épreuve que Pamela va subir.

Ninon revenait accompagnée de quatre couturières.

- HA! Enfin vous voilà! Dit Florence. Ninon! Allez me chercher le nouveau corset de Pamela! Et dépêchez-vous un peu!

Je ne pus m'empêcher de dire...

- Mais Florence, le nouveau corset n'est prévu que dans deux jours, je ne suis pas prête à...

- Silence Pamela. A ce rythme, tu ne seras jamais prête à quoi que se soit! Tu as déjà trop de retard dans tes entraînements. Nous allons vite nous rendre compte de tes capacités à devenir une élégante lady.

Bien! en attendant le retour de Ninon avec le corset de Pamela, voici ma décision:

Pamela va devoir faire tout le parcourt après avoir revêtu son nouveau corset. Ecoute-moi bien Pamela. Tu seras responsable de l'ampleur de la punition que sous subirez toutes les trois.

En faisant le parcourt, à chaque barre qui tombera vous devrez revêtir un jupon supplémentaire par dessus vos vêtements. A chaque chute de Pamela, c'est trois jupons que l'on ajoutera. Et tous les sept jupons, on ajoutera une chemise de dessous, un corset, un cache corset et une robe de velours.

Mesdames les couturières, tous ces vêtements se ferment par des lacets. Vous ne devrez pas faire des nœuds coulissants, mais des triples nœuds ! Quand l'épreuve sera terminée, et nos trois chères et tendres amies bien couvertes, elles seront toutes les trois enfermées dans une chambre, avec interdiction pour qui que se soi de les aider à se déshabiller.

Demain, Pamela subira la même épreuve, dans la tenue qu'elle aura à ce moment et la même punition sera appliquée sur mes trois chères amies. Quel que soit la quantité de vêtement qu'elles porteront encore.

Conclusion mes très chères! Si Pamela maîtrise parfaitement la marche avec des hauts talons, cette punition devrait être très légère, si non... tant pis pour vous!

Il se fit un grand silence. Je regardais le parcourt avec plus d'attention et aussi plus d'inquiétude

- Alors! Vous semblez figées comme des statues de sel! Maryse et Ninon, vous avez à votre disposition un trapèze de laçage et un beau corset tout neuf! Allons du nerf! Attachez Pamela au trapèze et changez son corset. Même tour de taille! Je contrôlerais et gare à vous si sa taille fait un millimètre de trop!

Je fut entraînée aussi vite que je pouvais marcher et aussitôt sous le trapèze, elles me lièrent les poignets à la barre. Je fus soulevée très rapidement. Ninon me détacha la ceinture métallique et elle coupa les lacets avec une paire de forts ciseaux. Mon petit corset me libéra le ventre d'un seul coup, comme s'il avait claqué en deux. Ca me fit mal d'une façon... pas comme un coup de poing dans le ventre, mais un choc brutal, inattendu, un grand souffle d'air me gonflait les poumons de force, sans que je puisse le contrôler.

De suite, Ninon et Maryse, une jeune fille assez forte que je voyais pour la première fois, m'entourèrent le buste avec le nouveau corset, et entreprirent de l'agrafer le plus vite possible. Je les sentais fébriles, mais malgré tout cet énervement, terriblement efficaces. Je fut enfermée dans mon nouveau corset en un rien de temps. Je sentais ces nombreuses baleines me pétrir les hanches la taille et la poitrine, mes seins poussés en haut. Je sentais ma poitrine poussée bien trop haut et trop en avant. Je suis sure que ce corset va me faire une silhouette beaucoup trop provocante. J'ai toujours eu un peu honte d'avoir des seins trop forts. J'avais, jusqu'à ce jour, réussi à les masquer plus ou moins en portant des vêtements qui m'écrasaient la poitrine.

Ninon et Maryse, ne me laissait pas le temps de rêver, ma taille se comprimait déjà, elles s'activaient sur mes lacets et le corset me serrait rapidement sur toute la longueur. L'effet était très différent par rapport à mon petit corset, celui-ci me comprimait la cage thoracique et me limitait ainsi beaucoup plus ma respiration. Je sentais maintenant comme un poids sur ma poitrine. Mes hanches étaient également fortement serrées et la rigidité de mon long corset, me bloquait tous mouvements du bassin.

Aussitôt serrée, les deux caméristes me firent descendre sur mes pieds et je pus me rendre compte combien ce corset était rigide, me bloquant tout le buste dans une position imposée par la forme des baleines et du corset.

Me déplacer, enfermée dans ce nouveau corset était une découverte. Le buste rigide, le bassin bloqué, à chaque pas sur mes hauts talons, c'est tout le buste qui oscillait d'un bloc, au lieu du balancement naturel du bassin.

Quelle étrange sensation de marcher avec un équilibre complètement transformé par la rigidité du long corset. Ma respiration également modifiée, j'étouffais presque, chaque inspiration était durement limitée par le serrage du corset sur ma poitrine. Je me rappelais des conseils de Delphine, "Respirer par le haut!" Oui bien sur, impossible de faire autrement, mais ma respiration était vraiment très limitée et chaque inspiration me soulevait les seins de manière honteusement provocante.

Ninon me conduisit à l'entrée du labyrinthe. Il y avait un bac de gravier long de quelques mètres et de chaque coté, des barres juste posées sur de petit poteau matérialisant le parcours.

Allons! Dit Florence, en avant et rappel-toi! Une chute égale trois jupons supplémentaires, un jupon à chaque barre qui tombera.

J'avançais entre les deux barrières sur le gravier. Mes talons s'enfonçaient dans le gravier, vite un pas en avant, un autre pour rattraper mon équilibre, mais après trois ou quatre pas de plus en plus rapides, je tombais de tout mon long en reversant dans ma chute un poteau.

Je pus me relever avec beaucoup de difficultés, gênée par mes jupons et la raideur de mon corset.

Florence me regardait avec un sourire pas très sympathique. dans ma chute, j'avais fait tomber deux barres...

Deux plus trois égale cinq jupons! Bravos Pamela! Beau score pour trois mètres de parcours.

Je m'avançais maintenant avec plus de prudence Une bordure à franchir, Delphine m'avait prévenue, cette bordure ne faisait que neuf centimètres de haut, mais la chaîne de mes chevilles ne faisait qu'un centimètre de plus. Je m'approchais le plus près possible et je pus facilement la gravir, la descente fut plus délicate, mais si je réussis à garder mon équilibre, une barre de plus tomba bruyamment.

Six dit Florence. La zone suivante était faite de dalles posées de manière très irrégulières et toutes de biais.

Je devais orienter mon pied de sorte à ne pas me tordre les chevilles, mais ces dalles penchaient vraiment dans tous les sens. Cependant j'avançais peut être lentement mais sans accident. Encore un dernier pas et... trop pressée de sortir, je perdis mon équilibre et réussi sans savoir comment à ne pas tomber et... le bruit des barres tombant par terre... je me retournais lentement pour constater les dégâts.

Deux de plus dit Florence. Le cap des sept est dépassé.

Delphine et Caroline portaient déjà six jupons de plus par dessus leurs robes. Ces jupons s'élargissaient autour d'elle comme une petite crinoline. Les caméristes ajoutèrent le septième jupon et ensuite, elles leur firent revêtir une chemise de dessous, un corset lacé très serré, un cache corset, et une robe de velours bleu rois et par dessus, le huitième jupon.

Devant moi, le petit escalier de cinq marches, des marches très étroites. Je pus le monter sur la pointe des pieds, le talon dans le vide. Arrivée au sommet sur une plate forme, la véritable épreuve m'attendait. Impossible de descendre normalement cet escalier. En principe, l'exercice prévoyait que je le descendrai de face les pieds tournés sur le coté, mais je trichais un peu en me positionnant de profile, je pus ainsi descendre cet escalier marche par marche en progressant comme les crabes.

Enfin une épreuve passée avec succès. Malheureusement, en me tournant vers Delphine et Caroline, je touchais à peine une barre qui tomba. Neuf jupons... et le parcourt n'était pas terminé.

La planche à bascule. Une planche large de 20 à 30cm, longue de deux mètres était posée sur un gros cylindre. La planche penchait vers moi et formait ainsi une rampe inclinée que je devais monter. La montée fut facile, la pente de la planche soulageai la tension de mes chevilles, mes talons étant un peu plus bas que la pointe de mes pieds. Je m'arrêtais un peu avant le somment, juste avant que la planche ne bascule dans l'autre sens pour la descente.

Je fit un pas, la planche bascula plus vite que je l'avais imaginé, et mes talons furent subitement plus hauts et me poussaient en avant. Je ne pus me retenir. C'est comme si on m'avait poussée en avant, je tombais en roulant et dans un grand bruit de barres qui tombaient. Le bilant était catastrophique, six barres étaient tombées plus trois points pour ma chute... J'étais honteuse, n'osant plus regarder Delphine et Caroline engoncée dans leur multiple couches de jupons, de robes et de corsets, et qui allaient devoir supporter une punition encore plus pénible par la faute de mon incompétence.

Cinq jupons de plus, leur robe était maintenant aussi large qu'une crinoline des années soixante. Une chemise de dessous, un corset de plus et toujours serré au maximum, un cache corset et une nouvelle robe de velours noir, et puis les quatre jupons de plus pour arriver à dix huit jupons.

Il ne me restait qu'une épreuve, un parcours sur des gros pavés ronds et glissant. Je m'appliquais à bien poser le pied stable, et si possible dans un creux entre les pavés pour ne pas glisser. Ma progression était lente mais sans trop de problème. Ce parcours était relativement long et mes chevilles commençaient à trembler tellement j'étais tendue. La fin du labyrinthe approchait, mais je tremblais de plus en plus sur mes hauts talons instables. Soudain une terrible crampe dans mon mollet gauche. Je pus encore faire un pas, mais il me restait un mètre à faire. Ma crampe ne me permettra jamais de terminer normalement. Je décidais de tenter le tous pour le tous, et poussant avec la jambe valide, j'essayais de traverser le dernier mètre en sautant. Ce qui marcha très bien, je n'accrochais aucune barres, mais je ne pus me recevoir correctement sur ma mauvaise jambe et je tombais à nouveau.

Enfin sortie de cette épreuve...

Bravo Me dit Florence, Grâce à ta dernière chute tu vas permettre à tes deux amies de revêtir trois autres jupons et de finaliser leur habillage par un autre corset et une autre robe, une robe de velours très épais, bien chaude et lourde, avec pour cette dernière robe une jolie traîne de quatre mètres de long. Une traîne particulièrement encombrante. Mais ne soit pas impatiente, Ninon et Maryse vont bientôt pouvoir s'occuper de toi et tu pourras ressentir le poids, la chaleur et l'engoncement de cette accumulation de vêtements.

Delphine et Caroline étaient pétrifiées, comme des poupées recouvertes d'une robe beaucoup trop volumineuse. Elles ne bougeaient plus, le visage rouge, haletantes, semblant attendre qu'on les range dans une vitrine, comme des objets luxueux.

Les deux caméristes rangeaient les vingt et un jupons les trois robes de velours, les trois corsets, trois caches corset, trois chemises de dentelles. Une montagne de vêtements étalés sur une grande table. Un étalage de grand magasin. Il m'était difficile d'imaginer porter toutes ces choses en même temps, et pourtant Delphine et Caroline étaient la preuve vivante que cela devait être possible. Possible mais à quel prix...

Je portais déjà sept jupons et mon nouveau corset plus long et contraignant que le précédent.

Maryse et Ninon me conduisirent au début de la longue table. Elles commencèrent par m'attacher les premiers jupons en faisant des triples nœuds. Après chaque nouveau jupon, elles me faisaient avancer d'un pas vers le jupon suivant sur la table. Les sept premiers jupons fixés solidement à ma taille, Maryse et Ninon, me firent revêtir une chemise dont les manches étaient un peu étroites par dessus ma première chemise, ensuite un petit corset qui ne pouvait descendre sous la taille mais qui montait assez haut plus un cache corset et enfin la robe de velours noir, très lourde. Et pour terminer, le corsage de velours noir également. Les manches très étroites par dessus mes deux chemises à manche longue. L'effet d'engoncement dans des vêtements trop lourds et étroits se faisait déjà sentir.

Un pas en avant, un tiers de la table était maintenant vide, restait deux tiers de table recouvert d'étoffes, de robes... qu'il me faudra bien porter que ça me plaise ou non.

Un petit pas le long de cette table interminable et un jupons de plus, un corset ou une robe lourde, très lourde, étouffante, me bridant de plus en plus. J'avançais lentement, comme une statue, presque sans bouger. Le poids, la chaleur, la respiration difficile et mes pieds qui me fessaient souffrir à force de rester debout, de supporter tout ce poids.

La dernière robe, avec une longue traîne. Mes bras devenus énormes par l'épaisseur des couches de tissus, étaient comme des poteaux, incapables de fléchir ou de bouger.

J'étais une poupée portant une robe immense, les bras largement écartés et droits. Impossible de s'asseoir. Je ne pouvais me déplacer qu'avec une extrême lenteur.

Sur l'ordre d 'Florence, Maryse et Ninon, nous conduisirent à une chambre préparée pour nous trois. Ninon devait nous ouvrir en grand les deux battants des portes pour que nous puissions passer malgré la largeur de nos robes. Maryse fermant la marche et fermant les portes que nous n'aurions pas pus manipuler tellement nos bras étaient bridés par nos multiples couches de robes épaisses.

La progression vers cette chambre fut longue et pénible et nous étions toutes les trois en nage en arrivant dans cette chambre ou on nous enferma.

Je me laissais tomber, épuisée par la chaleur, l'étouffement et le poids de toutes ces couches de tissus.

Le volume des jupons et des robes de velours était tellement important, que je ne pouvais pas m'étendre sur le sol. Je restais assise dans un tas immense de tissu accumulé autour de moi et qui m'obligeait à resté droite, malgré le désire de me coucher à même le sol.

Delphine s'était laissée tombé sur le lit. Ces jambes seraient restées suspendues dans le vide sans ces multiples jupons qui les maintenaient à l'horizontal tellement l'épaisseur de ces robes et jupons était grande. Vu sa posture à demis sur le lit et à demi noyée dans les jupons, je ne voie vraiment pas comment elle pourrait se lever sans aide.

Caroline avait essayé de s'asseoir dans une chaise, qui s'était renversée, repoussée par ces jupons, bien avant qu'elle puisse s'en approcher. Elle semblait maintenant être à genoux, immobilisée par tous ces vêtements.

Ont ne bougeaient plus, et on resta toutes les trois immobilisées toutes l'après midi.

Le soir, Ninon nous rendit visite en cachette et nous aida toutes les trois à nous lever.

Delphine avait-je ne sais comment un peu repris ces esprits.

- Approchez-vous! Dit Delphine. Nous devons nous débarrasser du plus grand nombre de jupons possible. Demain Pamela repasse la même épreuve. Les jupons, corsets et robes vont s'accumuler sur nous, et ceci par dessus les couches de vêtements que nous porterons encore.

- Mais Delphine! Dit Caroline. C'est impossible! Florence ne va quand même pas continuer la punition... On ne pourra jamais porter deux fois plus de vêtements...

- Tu as raison Caroline, c'est pourquoi nous devons enlever le plus de vêtement possible. Nous devrions commencer par déshabiller Pamela en premier, pour qu'elle puisse passer l'épreuve plus facilement. Si non, nous serons encore plus couvertes, plus noyées sous des masses de tissu.

La nuit fut longue et pénible. Chaque jupon devait être dénoué un à un avec leur triple nœuds.

Le matin, j'étais débarrassée de tous mes jupons robes et corsets. Mais Delphine et Caroline n'avaient pas encore terminé quand Florence vint nous chercher pour la deuxième épreuve. Elles avaient réussit à enlever deux robes sur trois, deux corsets sur trois et quatorze jupons sur vingt et un.

Il faudra que je m'améliore rapidement si non, Delphine et Caroline vont étouffer sous leurs multiples couches de vêtements.

 

 

 

 

 

Par pamela - Publié dans : soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 17 janvier 7 17 /01 /Jan 22:58

Habillée et resserrée

 

 

Déjà deux semaines que j'étais arrivée au château. Comme Mende était loin, Le souvenir de mon départ, les jeux dans les bois avec Daniel, mes disputes avec mes parents... tous cela me semblait déjà loin dans le passé. Mais maintenant, j'aspirais à des changements. Si les deux premières semaines avaient été riches en découvertes, je dois dire que l'ennui me gagnait. Les journées enfermée dans mes appartements étaient plutôt monotones. Delphine avait insisté pour que je reste en corset, mais toujours à la même taille durant toute cette période, sans me resserrer.

Cela devait être efficace, car maintenant je me sentais confortablement maintenue et doucement serrée. Quelle différence avec les trois premiers jours. J'appréciais le soutient ferme de mon corset, bien que sa rigidité m'interdise certain mouvement de flexion de la taille.

10 heures le matin. J'attends avec impatience Caroline et Delphine. J'espère que Caroline apportera de quoi m'habiller convenablement.

Deux semaines vivant quasiment nue, seul le corset me couvrait le ventre. Je ne pouvais évidemment pas sortir ainsi. Mes promenades la nuit en compagnie de Delphine étaient un délice. La caresse de l'air frais... Excepté mon corset, j'étais nue sous une grande cape qui ne fermait pas. La magie d'un parc sombre dans le quel on s'imaginait se perdre. Le visage délicat de Delphine très pâle, d'autant plus pâle qu'il se dévoilait par instant, cerné par ses longs cheveux noirs, un visage à peine éclairé par la lumière grise, un peu bleutée de la lune.

10 heures et quart toujours personne. Je ne pouvais pas imaginer qu'ils m'aient oubliée.

On frappe à la porte! Enfin... mon cœur bat fort. Une nouvelle étape m'attend.

Caroline entre suivie de Delphine qui s'approche de moi et m'embrasse tendrement. Caroline s'est arrêtée, me regarde, et s'avance lentement, pour m'embrasser timidement sur la joue.

Ninon entre également portant des cartons et repart aussitôt pour revenir très vite avec d'autres cartons

- Ma chère Pamela"me dit Delphine" comment te sent-tu? Le corset, tu le supportes mieux maintenant?

- Ho! Oui. Je m'y suis bien habituée. Il est devenu agréable à porter, et je suis certaine de pouvoir le porter beaucoup plus serré.

- Tant mieux, car à partir de ce jour, je commence la véritable réduction de ta taille. Mais il faut éviter les excès. Je te réduirais la taille centimètre par centimètre, très lentement et régulièrement. Ceci durant une bonne semaine, et ensuite, tu auras droit à une période de repos sans nouveaux serrages, seulement en gardant le tour de taille que tu auras atteint au bout de cette première période de resserrage.

Mais avant de commencer le resserrage du corset, Caroline va s'occuper de toi.

- Merci Delphine. Caroline, tu vas me donner des vêtements? Je vais enfin pouvoir m'habiller normalement?

- Normalement! Me dit Caroline. Ici rien n'est tout à fait ordinaire, alors la normalité... Mais rassure toi. Tu auras une belle jupe et d'autres choses aussi.

- Ninon t'aidera dit Delphine à Caroline. Elle sait comment lui enlever son corset et elle est une parfaite camériste.

Delphine s'écartait un peu, et s'assis dans un "Voltaire" de sa manière habituelle, sur le bord du fauteuil, se baissant en fléchissant les jambes, le buste parfaitement droit et rigide. Sa taille ne se pliait pas d'un seul millimètre. Delphine nous observait, le buste raide la taille d'une minceur, d'une étroitesse à crier. Seul le haut de sa poitrine montait à chaque inspiration. Elle était une statue, une oeuvre d'art de la mode extrême.

Caroline sortit d'un carton une chemisier de dessous et un string de dentelle fendu dans l'entrejambe. Mais mon corset devait être enlevé et je n'avais plus le droit de me tenir debout sans être corsetée. Caroline se tourna vers Delphine et, comprenant son embarras, appela Ninon, qui me conduisit dans la salle de bain, suivie de Caroline.

Ninon fit descendre la barre de laçage et je passais les poignets dans les sangles de sorte que je puisse être soulevée.

Ninon actionna le treuil et me fit quitter le sol. Elle me délaça et dégrafa mon corset. Je sentais la fraîcheur de l'air sur mon ventre libéré du corset. Ninon sortit de la salle de bain pour demander à Delphine la clef de mes chaînes aux chevilles. Depuis une semaine, mes poignets et mes chevilles étaient restés enchaînés, Ninon ne possédait que la clef de ma ceinture métallique pour pouvoir changer mon corset et me faire prendre mon bain le matin. Comme je ne portais pas d'autre vêtement que mon petit corset, il avait été inutile de me libérer mes poignets que Delphine avait enchaîné pour m'interdire certaine chose. De même que la chaîne de mes chevilles destinée de m'apprendre à marcher à tout petits pas.

Caroline put alors me passer mon nouveau chemisier de dessous qui était lisse au niveau de ventre mais garnie d'une profusion de dentelle sur ma poitrine. Vint ensuite le string de dentelle,avec ses rubans de satin.

 Le grand miroir en face de moi, me donnait une image merveilleuse de ma transformation. Je n'avais jamais porté des dessous aussi élégants et sophistiqués, ma silhouette se transformait radicalement, me faisant des hanches généreuses, très femme, et toutes en douceur vaporeuse, par les dentelles.

Quel dommage que mes poignets me fassent un peu mal, parce que le reste n'était que douceur et volupté.

Ninon revint et m'agrafa mon petit corset qui devait faire contraste entre ma taille fine, étroite et rigide par rapport à mes nouvelles hanches volumineuses douces et vaporeuses. Elle me laça à 54cm, comme le premier jour.

Caroline m'enfila les jambes dans des bas de soie, fixés par des jarretelles qu'elle glissa sous mon string. Vint ensuite une paire de bottines, avec des talons plutôt hauts, je les voyais à peine, mais mes pieds durent se cambrer fortement pour entrer dans ces bottines. Ces bottines montaient à mi-mollets et se fermaient par un lacet que Caroline serra fermement. Ensuite, Caroline appela Delphine, qui m'inspectait sous toutes les coutures.

Delphine demanda à Caroline:

- Tu dois encore lui mettre d'autre chose?

- Oui, elle doit encore porter une jupe et une veste.

- Bien! Dit Delphine"ma tendre Pamela, je vais commencer la véritable réduction de ta taille. Cela se fera par période de 5 ou 6 jours, avec ensuite une semaine de repos, sans nouveau resserrage, le temps que tu t'habitues à ta nouvelle taille et que tes organes internes puissent se déplacer lentement. Durant cette première période, ton corset sera resserré d'un cm supplémentaire chaque matin et ceci pendant 5 jours. Tu es prête?

- … Oui, … je … je l'espère.

- Ho! Quel petit "oui", ne craint rien ma tendre Pamela, je serais sans doute ferme et inflexible, mais rassure-toi, tu n'es pas la première fille à qui j'ai réduit le tour de taille.

Delphine se plaça derrière moi, je sentis le corset se relâcher légèrement quant elle dénoua les lacets, et ensuite la pression sur le ventre augmenta. Delphine avait tiré sur mes lacets, me réduisant la taille d'un centimètre.

Je ne sentais presque pas la différence, et j'aurais souhaité qu'elle me serre encore plus.

- Patience! Me dit Delphine. Ce n'est que le premier resserrage. Dans cinq jours, le dernier centimètre sera beaucoup plus difficile. Tu ne feras plus que 49cm de tour de taille et on pourra fêter ton passage sous la barre des 50cm.

Dans cinq jours… J'imaginais difficilement que je pouvais avoir la taille aussi fine en si peu de temps.

Cinq jours de resserrage à endurer et ensuite un repos pour m'habituer à ma nouvelle silhouette, ma nouvelle compression de mon ventre. Delphine ayant terminé d'ajuster mon corset, Ninon m'enchaîna de nouveau les chevilles par-dessus mes bottines, ensuite comme j'étais de nouveau bien corsetée, et enchaînée, elle me descendit sur mes pieds.

- Ho!

Heureusement que la barre de laçage descendait lentement. C'est avec beaucoup de maladresse que je tentais de poser les pieds au sol. Je n'arrivais pas à trouver la bonne position pour me tenir bien stable sur mes pieds. C'est Caroline qui dû me guider en me tordant les chevilles pour que la pointe de mes talons repose sur le sol en même temps que la pointe de mes orteils. Mes talons bien trop hauts me cambraient douloureusement la plante des pieds et ne me permettaient pas de trouver l'équilibre.

Je ne pus lâcher la barre de laçage qu'avec l'aide et l'appui de Ninon.

Je restais immobile, les pieds tremblants sur leurs talons bien trop hauts pour moi, les jambes fléchies pour soulager la cambrure forcée de mes pauvres pieds.

Delphine et Caroline souriaient en me voyant si peu sure de mon équilibre.

- Caroline dit à Delphine en riant: Je crois bien que notre petite protégée ait besoin d'apprendre à marcher, elle ressemble à un poulain qui vient de naître en équilibre précaire sur ces longues pattes.

- Ho oui! Dit Delphine. Il lui faudra beaucoup d'exercices et de leçons de maintien pour lui apprendre à mettre un pied devant l'autre sans perdre son équilibre, et encore plus de leçons pour qu'elle puisse se déplacer à petits pas hauts perchés, avec un minimum de grâce.

- Delphine ajouta à mon intention: Pamela, je te conseille de t'entraîner aux talons très hauts le plus vite possible. Profites que tu ne portes qu'un petit corset. Le jour ou je te ferais porter un corset plus long et donc plus rigide, il te sera bien plus difficile de garder ton équilibre sur tes hauts talons avec le buste droit et raide.

Il est vrai que j'avais une posture un peu bizarre, les jambes fléchies pour atténuer la cambrure des pieds et le corps penché en avant pour retrouver un peu d'équilibre. Ninon m'aida à faire un petit tour dans le salon. Un petit tour très lent, à petits pas limités autant par la chaîne reliant mes chevilles que par ces talons vraiment trop hauts. Delphine et Caroline m'encourageaient à me redresser, à tendre mes jambes, mais il m'était encore impossible de ne pas fléchires les jambes.

Caroline me demanda de m'approcher. Elle avait sorti d'un autre carton une série de jupons, tout blancs et ornés de volants dans le même style que les volants de mes pantalons. Même style mais plus large et sur toute la hauteur du jupon.

- Caroline dit à Ninon: Mademoiselle, vous devrez assurer l'habillage de Mademoiselle Pamela et je vous prie de suivre les instructions suivantes pour l'ordre dans lequel vous devrez Habiller Mademoiselle Pamela.

- Oui Madame. Répondit Ninon qui semblait inquiète en voyant tout le travail que mon habillage du matin allait lui demander.

- Caroline continua: Vous vous rappelez l'ordre de son habillage: La chemise de dessous, les bas tenus par des jarretelles, le pantalon de dentelle, le corset, et les chaussures pour terminer l'habillage à la barre de laçage. Ensuite, une fois Mademoiselle Pamela libérée de la barre de laçage, le premier jupon. Vous noterez que les jupons sont numérotés. Bien qu'ils se ressemblent et qu'ils sont tous largement garnis de volants de dentelle pour leurs donner du volume, le premier est plus court et descend jusqu'au sol, les jupons suivants sont de plus en plus longs de sorte à descendre également jusqu'au sol malgré leurs ampleurs de plus en plus grandes. Il y a sept jupons superposés pour la robe de jour ordinaire, treize jupons pour la robe du soir et encore plus pour la robe de bal. Par-dessus vous lui mettrez le cache corset. C'est un modèle spécial, dessiné par Madame Delphine. Il a beaucoup de dentelles très denses au niveau de la poitrine et est baleiné comme un corset. Il se lace dans le dos comme un corset de sorte à être au plus près de sa silhouette corsetée, et de ne faire que le minimum d'épaisseur sur sa taille.

Je n'en croyais pas mes oreilles, je pensais que seul mon corset serait resserrer, mais je devais subir des bottines avec des talons atroces et en plus toute cette superposition de jupons, de cache corset… Mais je vais étouffer sous autant de vêtements, je peux à peine marcher avec mes nouvelles chaussures mais si en plus je dois porter toutes ces choses en même temps, je ne pourrais sûrement plus bouger.

Caroline attachait mon premier jupon en montrant bien à Ninon comment nouer le cordon du jupon. Avec mes jambes fléchies, le jupon traînait un peu trop par terre et Caroline me demanda fermement de me redresser.

Les jupons s'accumulaient autour de moi, formant une corolle de plus en plus large qui s'évasait à partir de ma taille corsetée.

Après mes sept jupons, le cache corset qui recouvrait ma poitrine, qui était ainsi couverte pour la première fois, depuis deux semaines. Deux semaines les seins entièrement dénudés. Deux semaines qui m'avaient permit de m'habituer à ne plus porter aucun vêtement et… brutalement… cette accumulation de vêtements lourds et chauds…

Caroline et Delphine restèrent en ma compagnie toute la journée. Elles tenaient à m'observer dans mes nouveaux vêtements, à me faire faire des exercices de marche, à me déplacer avec ces jupons, à gérer leurs encombrements, à me tourner lentement sans faire voler ces jupons et risquer d'accrocher un objet, de le faire tomber… Apprendre à me déplacer dans des lieux encombrés avec grâce, délicatesse malgré le volume de mes jupons. Mais le plus difficile était de marcher. Marcher en étant perchée sur des hauteurs invraisemblables, sans voir mes pieds cachés par les jupons, et les chevilles enchaînées par une chaîne de quinze centimètres, le tout le plus gracieusement possible en me tenant bien droite.

J'étais intriguée par mes chaussures, et je me demandais quel pouvais être la hauteur de mes talons.

- Caroline. Dis-moi, mes chaussures ont des talons très hauts… Mais c'est la première fois que je porte de telles bottines. Peux-tu me dire quelle est la hauteur de mes talons s'il te plaît?

- Mais bien sur ma tendre Sophie. Ils font dix centimètres. Mais ne t'inquiète pas, tu t'y habitueras très vite et tu pourras en porter de biens plus hauts.

- Encore plus haut?

- Oui, mais ne sois pas impatiente, Chaque chose en sont temps. Aujourd'hui, il est plus sage de se limiter à dix centimètres. Plus tard tu auras des talons et des chaussures bien plus intéressantes. Mais avant il faut bien faire tes exercices de marche et acquérir une posture et une démarche plus élégantes.

La journée fut longue et le soir le bien venus. Ninon avait maintenant beaucoup plus de travail pour me déshabiller le soir et ce fut avec soulagement que je pus m'étendre dans mon lit, débarrassée de tous ces jupons encombrants.

Bien que mon corset ait été réduit d'un centimètre, je le sentais à peine et la nuit fut douce.

Lendemain matin. Branle bas de combat.

Il fallait être prête à neuf heures, et deux heures ne furent pas de trop pour prendre mon bain, sortir du bain attachée à la barre de laçage, dessous, pantalon, corset, bas, chaussures, ensuite mes chaînes de chevilles, ma ceinture métallique cadenassée, mes sept jupons et cache corset. Ouf! , Ninon était à bout de souffle, et moi solidement corsetée, perchée au sommet instable de mes talons, étouffant sous ces jupons et tous ces falbalas.

Delphine entra, elle aussi toute essoufflée. Elle avait essayé en vain de rattraper son retard. En fait, elle s'était dépêchée autant que son corset le lui permettait. Et son corset ne lui avait pas permis beaucoup tellement elle aimait être atrocement lacée.

Je dû reprendre place sous la barre de laçage. Vivement soulevée, mon cache corset enlevé. Delphine put ainsi me réduire la taille d'un centimètre supplémentaire. Ninon me relaça mon cache corset et enfin libérée de ma barre de laçage, les exercices et entraînements prévus pour la journée purent commencer.

Le lendemain fut plus calme. Ninon avait un peu plus l'habitude de mon habillage et Delphine était présente quand je me balançais doucement suspendue à la barre de laçage. Delphine me réduisit encore la taille d'un centimètre pour la troisième fois. Et je sentais mon corset me serrer vraiment plus fort.

Le quatrième jour, la réduction d'un nouveau centimètre avait été pénible, mon corset était beaucoup plus dur, la compression douloureuse, mon souffle s'était nettement réduit, et je crus bien me sentir mal quand Ninon me remis sur mes pieds. Les sept jupons et le cache corset ont eu raison de ma résistance, et je dus m'asseoir pour récupérer un peu.

La journée fut longue, je ne pouvais pas faire mes exercices de marche et de maintien complètement. Je devais très souvent arrêter et m'étendre une demi-heure avant de reprendre. Ninon devait m'aider à me relever, mon corset m'avait pris mes forces et mon souffle.

Le cinquième jour. Delphine me serra de nouveau, mais plus lentement, le cinquième centimètre fut le plus éprouvant. Mon corset me serrait durement, il avait acquit plus de rigidité par le serrage.

Descendu de la barre de laçage, j'avais dû prendre un peu de repos avant la suite de mon habillage.

Ninon et Delphine purent enfin m'habiller complètement de mes jupons et cache corset, mais cela me fut une épreuve pénible. Tous ces falbalas m'étouffaient avec un corset impitoyable qui me broyait le ventre et m'empêchait de respirer normalement.

-Courage Pamela "me dit Delphine"tu as réussi à atteindre quarante neuf centimètres de tour de taille. Maintenant, je vais te laisser récupérer un peu de force. Repose-toi bien. Nous reprendrons les exercices dans quelques jours…

 

Par pamela - Publié dans : soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Juin 2017
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus